Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 23
· Avraham
13361 membres inscrits

Montréal: 27 sept 06:30:33
Paris: 27 sept 12:30:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Au revoir Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 21 juin 2015 à 09:06
Modifié:  24 juin 2015 à 03:17 par Daniel
Citer     Aller en bas de page

Au revoir (1991)


Les âges d'aujourd'hui s'emmêlent aux âges de ta voix
Dépassés par le vent, et gémissent parfois
Ton nom sans retour.
Rien ne s'arrête pourtant, tes lendemains sont nôtres,
Mes souvenirs sont ton présent
Et je hante pour toi les trottoirs désolés,
La lumière du matin.

Ta mort trop jeune est revenue apaisée
A l’instant précis de ma rencontre
Avec le Seul,
Là, sur le clocher fragile d’une nuit,
Entre deux jours sans fin.
D’abord devant mes yeux obscurs,
Puis au bout de chaque regard,
Enfin dans tous les gestes du monde.

Hé, Bruno, vois danser les milans, là-haut,
Cette fête du vent sur ton pays d'adieu.

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
221 poèmes Liste
13083 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 22 juin 2015 à 10:03 Citer     Aller en bas de page

Très beau poème Daniel, très bien écrit, joliment dit ... mais si triste
J'aime beaucoup "Cette fête du vent en ton pays d'adieu" ...
A bientôt !

ISABELLE.

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 22 juin 2015 à 19:46 Citer     Aller en bas de page

Merci Isabelle.

Cet ami cher était amoureux de nature, et les rapaces (les milans, dans son coin, entre autres) le passionnaient. D'où les deux derniers vers.

Merci encore.

Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
15026 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
31 juillet
  Publié: 23 juin 2015 à 18:16 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Daniel,

C'est très émouvant !
Très bel hommage à ton ami !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 29 juin 2015 à 07:04 Citer     Aller en bas de page

Merci Sybilla !

Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1039 poèmes Liste
16776 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
13 septembre
  Publié: 22 mars 2016 à 08:43 Citer     Aller en bas de page

Bonjour...

quand on vit un deuil, il y a tellement de souffrances, vécues chacun à notre manière mais qui nous touchent tous, car on y a été ou on y sera forcément confronté. Les douleurs s'expriment à travers les mots, et on pourrait lire cent poèmes sur le sujet, on ne serait pas pour autant indifférent au mal exposé dans les vers.
la fin est forte, par son rapport avec cette belle passion.
Amicalement.
pyc.

 
Daniel

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
131 poèmes Liste
395 commentaires
Membre depuis
14 mars 2014
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 30 mars 2016 à 10:12 Citer     Aller en bas de page

Merci Pyc !

Daniel

  Critiques négatives absolument reçues, il faut bien se construire.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 665
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0250] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.