Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 10
Invisible : 1
Total : 12
· Melchior DEMEST
13192 membres inscrits

Montréal: 29 juin 06:49:56
Paris: 29 juin 12:49:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Tes larmes louent son oeil pour pas cher vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
429 poèmes Liste
1112 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
15 octobre 2021
  Publié: 31 jan 2014 à 13:38
Modifié:  1er févr 2014 à 13:51 par Bombadil
Citer vertical_align_bottom

La lune dans une ampoule
un serpent hystérique en guise de filament
et le verre étrange d'un poème
les contenant tous.

Qui veut bien appuyer sur l'interrupteur ?

Des fleurs immondes
que les pleurs inondent
et le rectangle hypothèse
d'un cercueil
voilà comment je vais finir

mais auparavant
dans un dernier baroud
avec la demoiselle d'honneur
je vais dans l'ordre :

tordre mon phallus
dans le sens des aiguilles d'une montre
afin qu'il te donne l'heure tordu
de la putréfaction de notre amour
mort de rire
pendant le mariage de nuit blanche
avec rouge de honte

trafiquer l'interrupteur clitoridien
de ton amour propre
et vendre des lassos à la sortie du rodéo
où ton-cow boy m'a posé le lapin
sorti de ton chapeau

m'acheter une chemise et des virgules
la chemise pour planquer mes fardeaux
et les virgules pour me laisser le temps
de trouver mes mots
et tu vas devenir la racine carrée de nulle part
alors que j'ai longtemps été le double de toi

et finalement
je vais me foutre en boule
sur le canapé
comme un chat de gouttière
et je vais commencer à laper la pluie
qui est tombée hier
et ronronner comme un nuage gris
en frottant mon dos à ton parapluie
puisque tu pleures la ville entière
depuis que j'en suis parti
mais finalement tes larmes louent son œil pour pas cher.
Je suis allé à la séance de seize heures
voir un film à ma fenêtre
c'était l'histoire d'un lampadaire
qui jetait une lumière désertique
en plein dans la gueule de la solitude
un chien courait avec le nez en l'air
sûr, y avait un os quelque part
et le taxi est passé avec l'acteur principal
un crooner habillé avec du brouillard
et il a regardé à travers ma fenêtre
si j'étais toujours okay pour le second rôle
alors je l'ai rassuré
en hurlant ma réplique
"va te faire mettre !"
et puis il ont gueulé coupez
et c'est là que les lames de rasoirs ont commencé
à danser.
Mais parait-il que je suis…

…je suis de la pluie
avec des yeux d'enfants

je suis un arbre de l'automne
le vent accompagne mon agonie
de la sienne

je suis un fil électrique
que ton doigt a choisi
pour allumer ailleurs

je suis trois fois rien
et tout ce que tu voulais

je suis la cicatrice
qui invente le couteau
la mer froide
dans le ventre refroidi du bateau

je suis l'angle étrange
de ton calcul

je suis
je suis celui qui est venu
et par lequel sans aucun doute
tu t'évaderas

je suis l'aube arachnide
de l'aquarelle

je suis déjà
sans avoir eu de temps pour bientôt
et tu es "voilà"
(une fable dont la morale est ton soupir)

 
Emile-André

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
219 poèmes Liste
154 commentaires
Membre depuis
9 mai 2013
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 1er févr 2014 à 10:44 Citer vertical_align_bottom

" m'acheter une chemise et des virgules
la chemise pour planquer mes fardeaux
et les virgules pour me laisser le temps
de trouver mes mots
et tu vas devenir la racine carrée de nul part
alors que j'ai longtemps été le double de toi "
Ces vers m'ont bouleversé.

Ce poème m'a mis les larmes aux yeux, et c'est pas facile. Quelle déchirante succession de mots, si bien emboîté les un les autres.
Je ne suis pas mécontent d'avoir cliqué au hasard sur ton poème.
Bravo, c'est magnifiquement triste.

Drima.

 
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9828 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
14 mai
  Publié: 1er févr 2014 à 22:14
Modifié:  1er févr 2014 à 22:18 par SélénaéLaLouveFéline
Citer vertical_align_bottom

mandrinmodern

Il n'y a rien à jeter tout est splendide, il y a de meilleurs mots mais où sont -ils ?, impossible à trouver, cachés... Si si pourtant un me vient excellentissime...et bien d'autres encore d'aussi majestueux ...

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
429 poèmes Liste
1112 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
15 octobre 2021
  Publié: 2 févr 2014 à 06:47 Citer vertical_align_bottom

merci a vous deux.
Ecrire un poème est un doute.
Vous venez de le dissiper en partie.

mandrinmodern

 
so sweet

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
627 commentaires
Membre depuis
26 mars 2013
Dernière connexion
7 décembre 2019
  Publié: 2 févr 2014 à 16:31
Modifié:  3 févr 2014 à 06:24 par so sweet
Citer vertical_align_bottom

ne doute pas de ton originalité car ces images sont loin d'être banales et offre une personnalité à ton poème.
et pas que, l'émotion transpire toujours dans tes mots, quand je te lis j'entends toujours cette voix rauque passant à différents tons, de arrogante, à brute, de mélancolique à solitaire, de romantique à sensible, et tous les tons son présents dans ce seul poème.
c'est l'unicité de ta plume.
en bref j'ai adoré.

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
429 poèmes Liste
1112 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
15 octobre 2021
  Publié: 3 févr 2014 à 10:11 Citer vertical_align_bottom

ça marche !
Merci a vous.
Bon, je vais en faire un autre.

Mandrimodern

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
856 poèmes Liste
3270 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 19 août 2014 à 03:52 Citer vertical_align_bottom



Mes Pluriels sur 1 muet (sans bras).

 
Lis tes ratures

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
429 poèmes Liste
1112 commentaires
Membre depuis
19 décembre 2017
Dernière connexion
15 octobre 2021
  Publié: 23 août 2014 à 07:11 Citer vertical_align_bottom

N'est ce pas le propre du pluriel d'en faire trop ?


merci , mandrinmodern

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1385
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0283] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.