Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 33
Invisible : 0
Total : 37
· QUOIQOUIJE · Luciole321 · JYL · Vieille Cabane
13217 membres inscrits

Montréal: 3 déc 13:06:08
Paris: 3 déc 19:06:08
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Un grand cahier (le Sonnet au risque de la Folie) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 2 jan 2014 à 14:45
Modifié:  27 mars 2015 à 13:05 par lastexit
Citer vertical_align_bottom






          Un grand cahier de coton blanc, au chagrin noir,
          Comte du temps, conte la vie, compte mes jours,
          Mais aujourd’hui plus rien ne va : deux fois, dix fois,
          Cent fois les mêmes mots reviennent sous ma plume...

          Cent fois les mêmes maux reviennent sous ma plume ;
          Deux fois, dix fois, cent fois, douze notes comptées
          Déflorent le silence en dentelles de sons :
          Il ne me manque, hélas, que d’en saisir le sens.

          Je crains fort, pour le coup, d’avoir cassé mon œuf,
          Ne laissant aux regards qu’une coquille vide
          Pour seule page écrite en cinquante ans d’histoire.

          Me voici désormais le jouet malheureux
          D’un passe-temps frivole aussi déconcertant
          Que la moindre marotte à laquelle on s’enchaîne.






Sonnet en rimes blanches,


in « les Solitudes sonores »
in « Fragments sauvés des ruines de mon esprit »

Eric Paul Andrieu
Montpellier, 2013



© ® L’auteur

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
239 poèmes Liste
17556 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
3 décembre
  Publié: 3 jan 2014 à 10:07 Citer vertical_align_bottom

parfois nos maux emprisonne notre plume
bel écrit

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 3 jan 2014 à 12:14 Citer vertical_align_bottom

un sonnet en rime blanche que j'ai APPRÉCIÉ

Merci de genre de sonnet très rare

Amitiés James

  Membre de la Société des poètes Français.
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 6 jan 2014 à 01:29 Citer vertical_align_bottom


! mido ben ! James !



Grand merci à tous deux.

Vers blancs, rimes blanches sont rares en effet dans toute la poésie française, mais que l'on songe un instant à toutes les formes métrées, quantitatives ou accentuelles, qui ne reposent pas sur la récurrence de la rime...

...« trop souvent, un poème, pour une rime, ne rime à rien »...

Voilà plus de trente ans que je reconstruis ce que la règle détruit trop souvent : le corps, le message. Rien de mieux qu'une décomposition du classique pour une recomposition moderne de la Beauté.

Les effets de la rime sont conservés et c’est la seule chose qui importe.

Tout attaché que je sois à la forme du sonnet, j’ai rejeté la rime dans son sens restrictif, y préférant le vers blanc, la rime blanche pour dire vrai, en privilégiant la justesse de mon sentiment, de mes émotions... de mes impressions. Il est un autre travail, très intérieur, tout aussi musical, autant dans les mots que dans mon âme.




Amitiés, éric



  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1047
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0205] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.