Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 23
Invisible : 0
Total : 25
· Lilium · cro
13678 membres inscrits

Montréal: 28 oct 00:39:38
Paris: 28 oct 06:39:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Appréhension des nuits d'amour Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
claireee


aime, rêve, désire et souffre! (J. Lahor)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
159 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2003
Dernière connexion
13 novembre 2012
  Publié: 5 déc 2003 à 07:00
Modifié:  13 avr 2008 à 09:49 par claireee
Citer     Aller en bas de page




Restons sur un sourire, tout au plus un baiser
Envisageons l’avenir comme dupant le passé
Et d’un regard furtif saisissons cet instant
Éternel où nos âmes rient comme de vrais enfants

Image d’un autre monde où le rêve est permis
Le désir exprimé et la morale bannie
Où l’homme n’est plus fidèle qu’à ses propres prières
Heureux comme ces enfants ignorant les frontières

Et le temps d’un soupir laisser voler l’esprit
Dans un ciel sans contrainte où ton nom resurgit
Je deviens simple acteur de mes rêves inavoués
Que m’inspire ton corps ton sexe et ton toucher

Mais déjà ce murmure, la voix de la sagesse
S’intensifie avec chacune de tes caresses
C’est un son bourdonnant, c’est un cri terrifiant
La marque de l’outrage réfréné juste à temps

« Repousse le, rejette le, il veut d’un coup de rein
Son corps puant d’extase, toucher, goûter au tien
Repousse le il est temps, ne le laisse pas entrer
Et ne jouis en ce monde que par nécessité »

Ton regard est fiévreux et se perd dans le vide
Ton corps encore brûlant et ton désir avide
Mais que veux tu Vertu est dans ma peau gravée
J’ai suivi nos aînés, leurs conseils avisés

S’il s’approche un peu trop, tends la joue pour une bise
Et ne sois dans la vie, qu’à la Vertu soumise
Mais parfois contre toi, parfois je sens mon corps
Qui bout, qui crie qui jouit, qui en demande encore

Et là j’ose en silence toucher à cette ivresse
J’ose à cœur étourdi fondre sous tes caresses
Mon cœur s’ouvre et jubile, se donne sans mensonge
Mais juste en pleine nuit, et rien que dans mes songes

 
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
23 juin 2020
  Publié: 6 déc 2003 à 10:26 Citer     Aller en bas de page

Chère Drragie

Je me suis longtemps demandé s'il n'y avait que la morale qui pouvait inhiber ce genre de sensation... L'être humain étant tellement complexe de par le fait qu'il pense et qu'il a une conscience, qu'il soit doué de raison et aussi de sentiments... tout serait beaucoup plus simple si nous n'étions que des animaux je pense...

Il faut toujours être en adéquation avec soi même

Et surtout ne jamais regretter !

Très belles paroles que ton poème

j'

 
ISOLA
Impossible d'afficher l'image
on ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible à l'oeil
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
3148 commentaires
Membre depuis
6 octobre 2002
Dernière connexion
23 juin 2020
  Publié: 6 déc 2003 à 13:54 Citer     Aller en bas de page

Il y a un moyen de le savoir chère Draggie !

Nous sommes réellement nous même lorsque le désir rencontre l'amour... Alors demeure au fond cette certitude d'être vraiment soi car l'amour nous révèle à nous même

Sans Amour l'âme se perd dans les méandres de l'incertitude.

Ne perds surtout pas la foi en toi...

 
Davoid


Le seigneur des ténèbres
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
62 commentaires
Membre depuis
2 août 2003
Dernière connexion
22 décembre 2007
  Publié: 6 jan 2004 à 12:51 Citer     Aller en bas de page

Les désirs sont le reflet de ce que l'animal en nous veux.
Une certaines beauté dans ctte chose, mais la société inculque des valeurs morales qui nous obligent à réprimer ces sensations. C'est ce qui fait que nous sommes si humains. Des animaux dans une culture. On nous montre ce qui est bien ce qui est mal... on se brime dans notre propre liberté en acceptant les termes de ce contrat social. L'impulsivité, le désir... on se le permet qu'en amour, mais c'est la seule chose dont on se souviens le mieux. Sans doutes le meilleur. L'amour... ne serait-ce que l'extension spirituelle de ce qu'est le désir?

 
PAPEMICH


Dans le regard du poète, se consument les mots de l'âme
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
116 poèmes Liste
1676 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2002
Dernière connexion
4 avril 2011
  Publié: 19 jan 2004 à 09:14 Citer     Aller en bas de page

pourtant, c'est si simple....

ouvrir la porte, franchir la barrière.

fermer les yeux et vouloir craindre, désirer, pour un moment de connaître la peur, tout en l'apprivoisant.

Ta vie est la tienne. Les réponses que tu cherches sont en toi. Mais il te faut écouter avec le coeur, et taire, pour un instant, la raison.

heu... je m'égare....

je voulais te dire...

Un très joli petit chef d'oeuvre.

Magnifique !!

papemich

  http://papemich.free.fr/
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1070
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.