Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 73
Invisible : 0
Total : 78
· Matavie · Hubix-Jeee · Avraham · Phlaics · Colin Escot
13387 membres inscrits

Montréal: 24 jan 14:45:21
Paris: 24 jan 20:45:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Polychrome. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 26 jan 2013 à 08:48 Citer     Aller en bas de page

Polychrome.






Mes yeux s’ouvrent sur le Boléro de Ravel,
Déjà, quelques couleurs s’amoncèlent.
L’artificier est le compositeur technique
Du balai de fusées allant sur la musique.
La voix de la foule me dit qu’elle est verte,
La couleur des autres, aussi, est une perte.
Au début, feux de bengales illuminent
Mes pupilles d’une belle lumière fine.
Premier sifflement au-dessus de l’eau,
Grand bang incolore nous éclaire trop.

Puis la teinte suit la chaleur des notes
Au rythme explosif du temps qui trotte.
Pas de répit lorsqu’il faut alors deviner
La palette des étincelles qui font briller
Le bleu de la nuit de ces nuances peintes.
Laissez-moi tout voir, écoutez ma plainte.
Les lucioles rouges ou jaunes crépitent,
L’exclamation vive des gens est explicite,
Il me faut à tout prix de mes yeux savoir
Quelle vision je dois réellement croire.

Et la musique, d’intensité, est augmentée.
C’est alors que la pyrotechnie est exagérée
Pour donner vie dans un dernier sursaut,
Au bouquet final, grandiose, couleurs à flot.
J’aime narrer notre monde tel que je le vois,
Mais je voudrais le rêver aussi bien que toi,
Oui, toi, qui connais la réalité, qui la vis
Et qui perçois toute la profondeur de la vie.
Là où tu t’émerveilles, mes yeux faiblissent
Car j’aimerais voir le même feu d’artifice.



  Ludothum.
Majestic


"Accomplis chaque acte de ta vie comme s'il devait être le dernier" Marc Aurèle
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
24 poèmes Liste
323 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2012
Dernière connexion
2 février 2015
  Publié: 26 jan 2013 à 09:49 Citer     Aller en bas de page

Très beaux poème, l'ami. Je l'interprète sûrement à ma façon mais le message que j'y vois me plait.

  La paix n'est que mensonge, il n'y a que la passion.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
758 poèmes Liste
16128 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 26 jan 2013 à 14:13 Citer     Aller en bas de page

Oui, toi, qui connais la réalité, qui la vis
Et qui perçois toute la profondeur de la vie.
Là où tu t’émerveilles, mes yeux faiblissent
Car j’aimerais voir le même feu d’artifice.


Est-ce on pourrait voir le monde tel quel un autre...?'
Je ne crois pas notre vision est toujours un brin , ou tant different de celle des autres car notre voir et notre ressentir les autres son le produit de tout notre unicité

Merci pour ce final beau et intense...

gala

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 26 jan 2013 à 17:43 Citer     Aller en bas de page

Merci Majestic pour ton appréciation qui me touche, merci de t'être arrêté sur mon poème quelques instants...
Merci Gala de ton commentaire et d'avoir su ressentir l'intensité que j'ai voulu y mettre...
Je sais que ce poème n'est pas très explicite, c'est pourquoi je vais vous expliquer pourquoi je l'ai écrit...
Je suis daltonien, et d'après les tests qui existent à ce sujet, je le serais même de façon assez marquée. Après, il existe plusieurs formes que je ne saurais expliquer....
En partant de ce principe, j'ai écrit ce poème qui, pour moi, prend plusieurs sens...
Mais je pars du fait que chacun est libre d'interpréter à sa manière ce qu'il lit, c'est comme ça que je perçois la poésie!
Enfin c'est un avis très personnel bien sûr!
Bonne soirée,
Amicalement,
Ludo.

  Ludothum.
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
531 poèmes Liste
10741 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 27 jan 2013 à 05:39 Citer     Aller en bas de page

Plutôt osé d'écrire un poème sur les couleurs quand on est daltonien. Je sais que ce trouble touche plus les hommes que les femmes, qu'il se transmet par la mère. Certains confondent le bleu et le vert, d'autres perçoivent très peu de couleur, dans sa forme aiguë.

Comme tu es dans l'explication, je n'ai pas compris ces deux vers, peux-tu apporter une précision ?
La voix de la foule me dit qu’elle est verte,
La couleur des autres, aussi, est une perte
.

Bon dimanche,
Catherine

 
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 27 jan 2013 à 14:26 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Catherine,

Tout d'abord, merci de t'être arrêtée quelques instants à lire mon texte, et aussi ta demande de précision me ravit!
Aussi, je vais essayer de te répondre le mieux possible...
"La voix de la foule me dit qu'elle est verte," ... Lorsqu'une fusée explose dans le ciel, les spectateurs s'exclament en général : "Oh! La belle verte!" (par exemple) ; du moins dans mes souvenirs, ça ne sonne pas faux; et comme je suis daltonien, je ne vois pas le vert!!!! Mais le sens de cette phrase, pour moi, évoque aussi le fait de croire ou non ce que disent les gens autour de soi, surtout quand on est dans le trouble de la vie. Ainsi, ici, la foule dit vert, couleur de l'espoir qu'un trouble m'empêche de voir.

"La couleur des autres, aussi, est une perte", disons que je ne vois pas beaucoup de couleurs comme les gens dit "normaux" (suis-je anormal?), alors les autres fusées en explosant ne dévoilent pas beaucoup de sensations ou d'émerveillements à les voir. Mais dans un sens plus poussé, et en raccord avec le vers précédent, je dirais que, troublé, on ne voit pas ce qui défile devant soi, que se soient sentiments, envies, le goût de la vraie vie somme toute!

Le texte dit que j'aimerais voir comme tout le monde, donc ressentir et vivre ce qui doit être... Je te rassure, je vais bien, j'ai écrit ce poème à une époque de ma vie où écrire a pu me faire du bien...

J'espère ne pas avoir été dispersé dans mes explications, enfin c'est ce que j'avais à dire sur ceci...

Bonne soirée,
Amicalement,
Ludo.

  Ludothum.
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1603 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
19 octobre 2021
  Publié: 28 jan 2013 à 09:47 Citer     Aller en bas de page

Un poème très original pour exprimer ce que tu ressens en tant que daltonien.
Le rapprochement entre ces couleurs que tu ne peux distinguer "comme les autres" et le fait que tu aimerais peut-être ressentir comme les autres est vraiment bien trouvé.
Je n'aurais pas deviné à la lecture, sans tes explications, le fait que tu sois daltonien.
En revanche, je pense que chaque personne à sa propre vision (au sens propre et figuré) d'un feu d'artifice... qu'il soit daltonien ou pas.
Amitiés !
La Marmotte

 
Ludothum.


A ceux qui ont tout entendu en me lisant, que plus rien ne soit dit en silence...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
48 poèmes Liste
806 commentaires
Membre depuis
16 novembre 2012
Dernière connexion
11 décembre 2014
  Publié: 29 jan 2013 à 13:34 Citer     Aller en bas de page

Merci La Marmotte pour ton commentaire sympa,
Oui, je suis d'accord avec toi, chacun a sa vision des choses!
Bonne soirée,
Amicalement,
Ludo.

  Ludothum.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 950
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0255] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.