Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 20
· datura.
Équipe de gestion
· Ashimati
13385 membres inscrits

Montréal: 24 jan 08:06:09
Paris: 24 jan 14:06:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Les Éphémères (juin 2017) : "En apesanteur" :: Confusion Onirique Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
220 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
5 janvier 2021
  Publié: 11 juin 2017 à 18:12
Modifié:  24 juin 2017 à 08:39 par Emme
Citer     Aller en bas de page




Confusion Onirique

La plaie s’éprend de l’horloge, le temps s’éventre.
L’irréductible outrage, revenant, me convie en son antre.
Le Dragon rouge approche, vomissant son puant enfer.
Un brumeux mutisme égorgeur, avide de régressions,
Fait tinter l’hallali ; sonne le glas du captieux paradis.
Ses os sur sa gorge sont l’échafaud de cette tragédie.

Elle est momie ambulante, sans langue, les yeux percés.
Et dans la crypte aux tourments où suinte la terreur,
Je la sens qui me regarde. Est-ce moi ? Est-ce elle ?
Est-elle la came ? Suis-je l'isoloir ? Sommes-nous la... "Bête" ?
C’est dans cette fournaise ardente aux vapeurs d’éther
Que j’entame une danse disloquée de pantin décalqué.
Où est ma tête ? Où sont ses jambes ? Y a-t-il un sens ?
La rumeur me dit que son cœur s’est teint... d'une singularité.

Je suis cadavre ambulant, bouche close, regard morose...
Et dans sa crypte aux cieux empourprés par la frayeur,
Elle m’exige à son macabre bal. Je m’abandonne, démasquée.
Est-ce elle ? Est-ce moi ? Suis-je la Bête ? Laissez-moi !
(Qui-ça, toi ? Non toi ! Ah ! tu veux dire nous ? Grrrrrr…)
J’entame alors une danse immortelle de pantin décalqué,
Tournoyant au gré de folles incantations du cœur.
Où est ma tête ? Où sont ses jambes ? Y a-t-il un sens ?
Dans le lointain, La Pesante Heure profère sa mise en garde :
« Ton cœur s’éteint dans un néant sidéral »



  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
De Margotin


savoir bien faire! Sans le poète la plume n'a aucun sens. Sans critique le poète ne vit pas.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
2459 commentaires
Membre depuis
4 janvier 2016
Dernière connexion
17 novembre 2021
  Publié: 12 juin 2017 à 00:30
Modifié:  14 juin 2017 à 09:50 par De Margotin
Citer     Aller en bas de page



Mais j'aime

  “Élève tes mots doux et tendres. Pas la voix! c'est la pluie, qui fait grandir les plantes, pas le tonnerre. ”
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
138 poèmes Liste
6117 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
13 janvier
  Publié: 13 juin 2017 à 01:07 Citer     Aller en bas de page

Rêve macabre... Suis je la bête? Est ce plutôt toi ou bien nous?
Quête de sens et d'absolu. J'ai aimé cette pesanteur angoissante.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
5095 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
1er janvier
  Publié: 13 juin 2017 à 01:14 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Saphariel,
Ça me fait penser à la Danse macabre du cimetière des Saints Innocents.
Amicalement
Pichardin

  Pichardin
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
352 poèmes Liste
6419 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
21 janvier
  Publié: 14 juin 2017 à 12:29 Citer     Aller en bas de page

Original je ne sais quoi dire c'est simplement un ressenti particulier qui me met presque mal à l'aise. lecture intéressante.

amitiés

Yvon

  YD
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
220 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
5 janvier 2021
  Publié: 18 juin 2017 à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Merci à chacun de vous... j'apprécie la visite...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
PA...

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
1012 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2016
Dernière connexion
28 février 2018
  Publié: 3 juil 2017 à 17:54 Citer     Aller en bas de page

Salutation Saphariel

Pas très loin de nos soirs de mort lente
La mort n’existe plus, elle est vivante à souhait
Et elle danse dans l'enfer de nos têtes béantes

Merci pour le texte (inspiration)



PA…

 
Saphariel


Tirons notre courage de notre desespoir même. (Sénèque)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
220 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2017
Dernière connexion
5 janvier 2021
  Publié: 14 août 2017 à 11:30 Citer     Aller en bas de page

Merci à toi Pa... j'apprécie...

  On a tous une Némésis en soi. La différence entre l’optimiste et le pessimiste, est que ce dernier la conçoit quand le premier ne fait que l'entrevoir sans jamais l'affronter...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1106
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0278] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.