Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 24
Invisibles : 2
Total : 28
· Avraham · ode3117
13265 membres inscrits

Montréal: 16 jan 14:01:48
Paris: 16 jan 20:01:48
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Réalité. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adrien BDJ


"Je ne vais tout de même pas faire de ma vie une affaire personnelle!"
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2013
Dernière connexion
16 août 2013
  Publié: 29 jan 2013 à 08:41
Modifié:  5 févr 2013 à 05:42 par Adrien BDJ
Citer     Aller en bas de page

De lourds nuages surplombent la ville d’un duvet naissant.
Le cliquetis des toits tinte un appel luisant
Qui dévale le dédale des rues pentues, de leurs accords,
S’éclaircissants aux bords des rives d’un fleuve lent,
Qui disperse le calme,
Qui disperse le temps.

La brume basse,
Qui ce matin recouvrait d’un drap d’ombre la fragilité des vivants,
Draine le silence par gouttes argentées ;
De ces secondes dont le décompte suspendu en Moments
Met l’âme en doute qui attend le futur arriver.

Plus bas,
Sur un îlot de branches ténues, flotte un vieux Saule.

Sa présence immobile épouse l’air
Parfum immense, dense, éternel.
Et,
Soudainement,
Je touche mon bras
Pour m’assurer que je suis bien réelle.

 
Narcissange


emia t ej tnat seniev sem snad sap semusnoc et en ut ùo ruoj nu sap tse n lI
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
153 poèmes Liste
2182 commentaires
Membre depuis
23 novembre 2008
Dernière connexion
18 septembre 2016
  Publié: 29 jan 2013 à 12:09 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien ce style... belle toile poétique en tout cas... merci du partage et bienvenue à vous

  ma971
Dyonisos

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
125 poèmes Liste
115 commentaires
Membre depuis
17 juillet 2011
Dernière connexion
2 décembre 2021
  Publié: 29 jan 2013 à 15:31 Citer     Aller en bas de page

enivrant, traduire l'instant, avec tes mots, peindre un tableau des plus charmant...j'aime

 
katiouchka

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
6 poèmes Liste
116 commentaires
Membre depuis
15 août 2011
Dernière connexion
26 septembre 2013
  Publié: 29 jan 2013 à 17:09 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien cette atmosphère de mauvais rêve tout éveillé, où tout semble si angoissant qu'il faut se toucher pour se prouver que l'on est bien réel.

  « Le bonheur est un festin de miettes. » Jacques Faizant
Adrien BDJ


"Je ne vais tout de même pas faire de ma vie une affaire personnelle!"
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
5 poèmes Liste
22 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2013
Dernière connexion
16 août 2013
  Publié: 30 jan 2013 à 02:56 Citer     Aller en bas de page

Merci pour vos commentaires,

Je vois que les ressentis sont différents. De la paix à l'angoisse. "Rien aura eu lieu que le lieu" comme dirait un certain Mallarmé.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 693
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0241] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.