Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 49
Invisible : 0
Total : 51
· Alphonse BLAISE. · Avraham
13275 membres inscrits

Montréal: 2 décembre 10:40:17
Paris: 2 décembre 16:40:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Où l'on écrit à la craie sur le mur d'un bunker vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Lux


dites non au patron, mais oui à la voisine.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
217 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2008
Dernière connexion
24 oct à 10:33
  Publié: 19 nov 2012 à 19:50
Modifié:  19 nov 2012 à 20:31 par Lux
Citer vertical_align_bottom

Où l'on écrit à la craie sur le mur d'un bunker


Cap blanc nez cap gris nez
avec quelque chose qui bat entre les deux
quelque chose d'entre les terres
de ces falaises inachevées
que l'on ne franchit qu'une fois
de ces frissons d'hiver
qui périssent en été
de ces instants fragiles qui naissent du désir
de ces instants fragiles
où l'on écrit à la craie sur des murs qui s'effondrent
et laissent un peu de place à la mer agitée

aux interdits

comme un amour passé à la chaux
de cet amour passé à
gober les mouches à
prendre l'air en dehors du monde
de ces falaises qui
penchent un peu trop vers d'anciennes fissures
de ces rêves essoufflés semblables à ton sourire
de ces bateaux qui coulent à peine sortis du port - rien n'est plus éclatant que l'ombre de ta main sur le mur d'un bunker
Cap blanc nez cap gris nez
avec vue sur des mots que je ne reconnais pas
de ces mots qui en ont plein la bouche
arrachés à la terre, à l'écume en sursis
de ces coups portés au ventre
lents, sourds, miraculeux
et qui prennent le pas sur les battements du cœur
de ces coups lents, sourds, ourlés d'amour et de bitume
qui font gonfler les voiles et taire les marées
de ce mal de mer comme une leçon bien apprise
tourne tourne comme des prisons dans la tête
tourne tourne tournera comme des prisons
dans
ma
tête
empêchant les frissons de franchir le sous-sol
et de ces chairs pleines à craquer, de ces fourmilières qui enflent
comme des tumeurs
où l'on écrit à la craie
où l'on écrit à la craie des phrases-catastrophes
rien n'est plus éclatant que l'ombre des bunkers sur tes mains qui s'agitent
rien n'est plus éclatant que l'ombre de tes mains en plein cœur de la Manche
rien
de ces ombres d'hiver
qui oublient les saisons
de ces malaises d'enfant qui font pencher la lune
et la brume qui craque dès qu'on touche à la coque
de ces presque-pirates
qui pissent en priant
de ces prisons carrées retenant nos soupirs
de ces livres fripés
d'avoir frappé la côte
des délices amers
à ces mots qui effraient
il ne reste qu'un souffle
à parcourir caché
à pas de loups dans l'innocence.

 
Lux


dites non au patron, mais oui à la voisine.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
217 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2008
Dernière connexion
24 oct à 10:33
  Publié: 28 déc 2012 à 15:47 Citer vertical_align_bottom

C'est drôle que tu dises ça Pietro. Non je ne fais pas de photo mais justement, ce texte est issu d'une photo...
Et j'ai un passif assez singulier avec la photographie !

 
pluriels


À ma femme et, puisqu'elle est toutes les femmes, à toutes les femmes pour elle encore
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
910 poèmes Liste
3419 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2006
Dernière connexion
5 juil à 02:10
  Publié: 13 août 2014 à 05:20 Citer vertical_align_bottom



...des mots noirs

...à la craie blanche

...sur tableau noir

...en un jour noir

mais le noir te va bien !

Mes Pluriels d'arc-en-ciel

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 784
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0334] secondes.
 © 2000 - 2023 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.