Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 26
Équipe de gestion
· Nitrox
13357 membres inscrits

Montréal: 18 oct 16:38:13
Paris: 18 oct 22:38:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: J'ai violé la mort et craché à la face de Dieu… Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1] :: Répondre
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 27 avr 2011 à 09:58
Modifié:  10 mai 2014 à 07:28 par Ishtar
Citer     Aller en bas de page

Un silence de mort régnait sur l’étendue de cette vie.
Un autre jour sombre, sans espoir, sans goût, sans envie.
Une morne plaine où se contemple le chaos quotidien
Un amalgame putrescible entre le mal et le bien.

Une journée bien plus sombre à l’apogée de cette douleur.
Vent glacial et froid intense qui pénètre en ma demeure.
Toi en qui je n’ai jamais cru et que je maudis si souvent,
Ta seule réponse ne viendra qu’à la fin de mon dernier hurlement.

Une ombre noire se présente à la porte de cette vie de supercherie
J’implore ton aide et tu m’envoies la mort, quelle tricherie.
Je n’attendais rien d’autre venant de toi, mis à part cette trahison
Elle résonne aussi fort que les prières de ceux qui te demandent "pardon".

La mort entre en moi comme une délivrance ultime
Mais au moment fatal elle recule et s’incline.
Au fond de ce corps meurtri il reste une étincelle de vie
La mort est là et devant cette étincelle de rage elle se replie.

La mort semble plus qu’apaisante aujourd’hui,
Alors que mon âme se noie de la tristesse que je produis.
La mort comprend enfin que la rage qui m’anime,
Est plus puissante que ta volonté divine…

J’ai pénétré dans son antre un jour noir de septembre.
J’ai circulé au plus profond de ses sombres méandres.
La mort était là figée, immobile…
Comme une statue de pierre aussi belle que futile.

J’ai voyagé au delà de mes espérances insomniaques
Cherchant une raison de rester gravé sur une plaque.
Ma seule volonté était de te croiser Dieu de douleur,
Pour te présenter la facture de toute cette vie d’horreur.

Il n'y a pas de tombe aussi profonde pour m’ensevelir
Rien qui ne m’empêchera un jour de revenir.
Revenir pour contempler les flammes de ton propre bûcher
Celles qui nous apporteront enfin notre propre vérité.

La mort qui devait te présenter mon corps décomposé en ce jour de septembre
Ne te montrera que les traces que j’ai laissées dans les profondeurs de ses propres cendres.
J’ai violé la mort que tu m’avais envoyée,
Celle qui de moi devait enfin te délivrer.

Aucun de nous ne trouvera plus la paix,
A chaque nouvelle étape nous nous perdrons à jamais.
Ta sinistre besogne tu devras bientôt l’assumer
Entre tes bonnes paroles et tes pauvres vérités.

J’ai réduit la mort à sa plus simple expression,
Nécrophage servante d’un Dieu dépourvu de raison.
Tu vas devoir changer le concept de ton purgatoire,
Ceux qui croient encore en toi n'y verront plus que de l’illusoire.

Mon esprit va éclater sous la pression de ce monde sordide
Géré par un Dieu qui réplique sans fin d’une touche morbide.
Au crépuscule d’une vie sans adieux,
J’irai enfin cracher à la face de Dieu...

Rédigé le 27 avril 2011 en écoutant " Rob Dougan - Clubbed to death - Matrix"

 
ecrinf
Impossible d'afficher l'image
Je me retourne encore et d'un regard d'envie Je contemple ces mots que je n'ai pas écrits
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
1522 commentaires
Membre depuis
14 février 2011
Dernière connexion
15 août
  Publié: 27 avr 2011 à 10:39 Citer     Aller en bas de page

R.D.V manqué avec la mort (pas tout à fait quand même)
Et échange glacial avec Dieu ton concurrent

Tes fêtes pascales se sont bien passées dans l'ensemble…

Ténébreuses pensées

Écrinf

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 27 avr 2011 à 11:03 Citer     Aller en bas de page

ecrinf

Dans l'ensemble j'ai raté pas mal de chose dans la vie... celui-ci n'est qu'un raté de plus.

Sombre pensée...

 
bekrimation


Celui dont le visage ne brille pas ne sera jamais une étoile
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
929 commentaires
Membre depuis
1er mai 2008
Dernière connexion
22 mars 2020
  Publié: 27 avr 2011 à 21:13 Citer     Aller en bas de page

Je citerai juste Camus qui dit : "Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni fertile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul, forme un monde",
un monde cruel qui nous livre à notre solitude qui trouve la mort absurde et qui nous pousse à nous interroger sur le sens de la vie ( qui n'en a pas) au lieu de se contenter de la vivre telle qu'elle est.
Ce texte est le fruit d'un déchirement quasi obsessionnel d'une violence peu commune qui m'a plu par son ton révolté et provocateur, par l'intensité des chocs produits par une sincérité certaine qui risque de ne pas séduire tout tes lecteurs. Mais je te comprends, tu écris d'abord pour t'éclater. Alors, continue, tu le fais bien!!!
Bekri*




*désolé si c'est long

  J’ai des cheveux qui blanchissent à vue,Des rides qui racontent toutes les guerres,Et je crie … et j’appelle : Je voudrais joindre Une femme inconnue et que J’aime
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 28 avr 2011 à 03:17 Citer     Aller en bas de page

bekrimation

J'aime tes analyses Bekri... tu es si loin de la vérité et en même temps tellement proche. A Camus, je préférerais plutôt Beaudelaire mais chacun son truc.
La violence et la haine ont parfois besoin de l'écriture pour montrer toute l'étendue de leur pouvoir. Et parfois il arrive que cette haine prenne le pas sur la raison.
Et comme je dis souvent, un fond musical, un état d'esprit qui s'installe et la magie de la plume fait le reste.

Si tu aime lire ma révolte il te reste encore pas mal de "texte" à lire venant de moi... Ce qui serais un grand honneur pour moi que d'avoir ton avis.
Entre nous ton style n'est pas le mien, mais j'aime la lecture de tes textes qui me change de mes lectures quotidienne. Même si j'avoue ici que Alphonse Blaise reste dans mes favoris.

Ma réponse est égal à la tienne, par respect je ne pouvais faire moins...

En toute amitié...

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 28 avr 2011 à 03:22 Citer     Aller en bas de page

Chris Charmeur

On y va tous un jour ou l'autre... Seul certitude au jour de notre naissance c'est qu'à un moment ou un autre il va falloir mourir.
La seul différence d'un être humain à un autre c'est que l'on ne sait pas quand.

La mort est comme un animal en cage, un jour ou l'autre elle se retourne contre son gardien..; Tu vois il ni a pas d'échappatoire, un jour ou l'autre la mort te rattrape.
Quoiqu'il en soit je te souhaite d'y arriver le plus tard possible, même si parfois on essaye contre toute logique de précipiter cette fatale rencontre.

PS: si tu y arrive avant moi, remets lui mon bonjour et n'oublie pas de dire à Dieu que c'est une belle crapule.

Amicalement.

 
pyc


La vie peut avoir de beaux visages !
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1040 poèmes Liste
16794 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 28 avr 2011 à 03:23 Citer     Aller en bas de page

une inspiration plus que sombre, qui choque même quand on découvre ces vers...mais choquer ne veut pas dire déplaire, car ce n'est pas non plus une suite de tableaux morbides sans fondement, au contraire, on peut cerner une intelligence d'écriture...du moins, c'est ce que je retire de ma lecture, qui il est certain, ne laisse pas sans réaction quand on arrive à son terme !
amitiés sincères à toi.
pyc.

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 28 avr 2011 à 04:15 Citer     Aller en bas de page

pyc

venant d'une personne qui possède 687 poème dans ça liste, c'est un compliment qui me va droit au coeur.
L'intelligence d'écriture est facultative, on a mal ou pas... on est dans son jus ou pas... on écris avec son coeur ou pas... On écris avec ses tripes ou on garde ça au plus profond de sois...
J'avais juste envie de partager.
Il y a tellement de texte qui ont été écris à une époque de ma vie et que je n'oserais jamais diffuser ici au risque de me faire censurer au premier jet.

Je suis heureux (si du moins ce mot à encore une signifiçation) de te compter au nombre de mes lecteurs.

Sincère amitié.

HH

 
Alphonse BLAISE.

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
302 poèmes Liste
15605 commentaires
Membre depuis
18 juin 2006
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 28 avr 2011 à 08:05
Modifié:  28 avr 2011 à 08:08 par Alphonse BLAISE.
Citer     Aller en bas de page

Merci cher HH d'aimer ce que j'écris ( suis un peu surprise car je suis ton contraire, cela tient peut-être à ce que les extrêmes s'attirent.....) moi j'aime ta façon forte et pénétrante de dire les choses et d'exprimer tes ressentis...même si je ne partage pas certaines de tes opinions...j'aime ce que tu dégages ...comme je te l'ai dis déjà, Baudelaire ne te renierai pas...

Je suis fataliste et je sais que certaines choses de la vie nous échappent

Alex

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 28 avr 2011 à 09:32 Citer     Aller en bas de page

Alphonse BLAISE

Et quand on parle du loup (ou plutôt de la louve)...
Ce que tu écris reflète ce que j'aurais du écrire si la vie avait été autrement vis à vis de moi et ce n'est pas peu dire que t'es écris ouvrent certaines portes que je referme aussitôt.

La force de mes écris récapitule à merveille la personnalité qui est mienne... Choqué les autres, le monde, les bien pensants et ceux qui croient tout savoir de la vie au risque d'être moi même bannis.
Il ni a pas de fumée sans feu, étant bien placé pour le savoir j'irais encore sans doute écrire un jour à l'ombre de 4 murs.

Ma plus profonde sympathie t'accompagne...

HH

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 1er mai 2011 à 15:32 Citer     Aller en bas de page

Ankou

Je ne sais pas si j'ai un don, mais j'aime écrire...
L'aspect "ténèbres" ça, c'est dans la famille. lol

Bonne lecture et merci.

Amiçalement.

HH

 
Jake Warren


Connaître sa souffrance, funeste curiosité ...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
332 poèmes Liste
198 commentaires
Membre depuis
10 avril 2009
Dernière connexion
29 septembre
  Publié: 17 mai 2011 à 12:39 Citer     Aller en bas de page

il y a part de folie dans tous génie et si cette affirmation a quelque chose de vrai alors je peux sans grandement m'exposer à la moindre plaisanterie dire que tu verses dans la folie la plus grande qu'il m'était donné de regarder

lire un de tes poèmes est pareil à danser avec une menthe religieuse : d'abord elle te séduit et fais ressortir toute la passion est la sensualité en elle et quand tu atteins le paroxysme du plaisir, la mise à mort vient aussi soudaine et violente que le mistral du midi quand il est couvert de la froideur de l'hiver

  Et le corbeau, immuable, est toujours installé, toujours installé sur le buste pâle de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre ; et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve ; et la lumière de la lampe, en ruisselant sur lui, projette son ombre sur le plancher ; et mon âme, hors du cercle de cette ombre qui gît flottante sur le plancher, ne pourra plus s’élever, — jamais plus !
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 17 mai 2011 à 13:12 Citer     Aller en bas de page

the screamwritter I

Waouuuuuuuuuuuuu... ben ça pour un compliment.
Je dois dire que ton oeuvre ne me laisse pas indifférent et tu as un esprit d'analyse qui ne déplaît pas du tout.

Merci pour ton passage...

 
Éclat de Lune


« La liberté consiste moins à faire sa volonté qu'à ne pas être soumis à celle d'autrui. » Rousseau
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
215 commentaires
Membre depuis
23 juin 2011
Dernière connexion
17 juillet 2019
  Publié: 25 juin 2011 à 09:14 Citer     Aller en bas de page

"La mort entre en moi comme une délivrance ultime
Mais au moment fatal elle recule et s’incline.
Au fond de ce corps meurtri il reste une étincelle de vie
La mort est là et devant cette étincelle de rage elle se replie."

Très beau texte. Je ne trouve plus rien à dire, sinon que reste en vie, juste pour railler la mort.

Éclat de Lune

  La musique est mon alcool
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 25 juin 2011 à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Éclat de Lune

merci pour ton commentaire, même s'il ni a plus rien à dire...

amicalement...

HH

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 6 juin 2015 à 06:19 Citer     Aller en bas de page

sanews

Merci pour ton commentaire, mais la je suis plutôt "gentil" sur ce coup la.

Amitié

 
HH


Pour ceux qui se battent, la vie à une saveur que ceux qui se protègent ne gouterons jamais...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
902 commentaires
Membre depuis
30 septembre 2009
Dernière connexion
26 juillet
  Publié: 10 juin 2015 à 07:30 Citer     Aller en bas de page

sanews

OK, promis je ne dirais rien... lol

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1973
Réponses: 16
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0414] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.