Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Les parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 76
Invisible : 0
Total : 78
· messaisons · Dukes Forever
13291 membres inscrits

Montréal: 25 février 11:24:43
Paris: 25 février 17:24:43
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Les chinois prennent bien l'anesthésiant vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
17 jan à 16:36
  Publié: 2 mai 2009 à 20:56
Modifié:  4 oct 2009 à 14:36 par Tilou8897
Citer vertical_align_bottom


Dimanche 3 mai 2009
1h19 du matin


C'est la première fois depuis plusieurs années que j'écris sur du papier et la première constatation qui s'impose est que j'écris vraiment mal.
Ce cahier est vieux. Demain il sentira bon.
Mais il fait nuit et cette nuit sent mauvais.
J'entends quelques cris, ça ne m'inquiète pas. Qui s'inquiète aujourd'hui d'un hurlement après un bruit de verre brisé ?
Et puis, si c'est vraiment un crâne qui a heurté une vitre, c'est peut-être un jeu simplement.
Ce cahier, si vieux soit-il ne compte que quelques feuilles écrites. Sur la première, on lit :

"Mardi 24 juin 2003 22h23
Du jour où j'ai compris qu'il y avait un problème"

Le crayon à papier est largement effacé depuis le temps et je crois que ça m'arrange parce que le peu que j'arrive à lire me fait pitié.

J'écris à la lumière d'un vieux téléphone, sans doute aussi vieux que ce cahier ; ils vont bien ensemble et me font penser au moment révolu où ils ont été jeunes et clinquants, et je me dis qu'ils ne devaient pas être moins élégants que là maintenant, dans mes mains.

J'écris oui, un peu bêtement, pour rester éveillé mais je ne dormirai pas de toute façon. Cette nuit sent mauvais.
Pour essayer de comprendre quelque chose alors. Cet espoir fou d'avoir enfin un coup de couteau véritable en pleine gorge, hurler sa vie, et enfin, respirer.
Cela n'arrivera pas. J'ai un couteau mais plus de gorge.

J'écris mais je voudrais parler, parler à un enfant âgé dont je ne connaîtrai ni le prénom ni les yeux.
Juste entendre un thorax irrégulier.
Un enfant âgé, tu sais, qui oublierait juste pour ce soir, juste une fois, qui oublierait de me proposer une tequila, une pipe ou un mouchoir.
Le crâne sanguinolent de tout-à-l'heure est en train de se battre avec un scooter à l'arrêt.
Je pense à Descartes.
J'espère que ma vie sera "utile à quelques-uns sans être nuisible à personne et que tous me seront gré de ma franchise".
J'ai aimé retrouvé ce morceau dans le crayon à papier.
Oui j'espère.

Cette nuit devient tout-à-fait nauséabonde désormais.
Il y a une peur timide qui s'installe.
Qui s'installe en même temps que des voix supplémentaires autour de l'homme au scooter.
Je repense à un chinois qui s'était pris un velux sur le front et que j'avais ensuite recousu.
Il y a mille raisons pour que ce pauvre type ait vraiment des morceaux de verre en travers du crâne et que je sois un salaud de ne pas lâcher ce téléphone et ce cahier.
Cette pensée n'est même pas dérangeante. Quand il aura suffisamment purgé son sang pour sentir à nouveau la douleur, il saura bien faire la différence entre un épi de cheveux et un tesson de bouteille.

Je parcours rapidement les murs de cette pièce.
Aucun enfant âgé n'a pris position.
Le piano me donne envie d'être pianiste.
Le bureau me donne envie d'être poète.
La fenêtre me donne envie.
Je pense à tous les enfants âgés qui auront une tequila, une pipe ou un mouchoir ce soir.
Comme toujours, comme éternellement, juste après, me reviennent les morts qui ont compté.
Tous les morts que j'ai vu partir n'ont pas compté.
Mais ces quelques-là ont compté oui.
Il n'y a pas de larmes.
Cette nuit puante ne les mérite pas.
Je ne suis pas triste, la tristesse c'est autre chose.

Un coup de frein brutal suivi de cris me tire de l'Écosse où je m'étais engagé.
Ça ne m'inquiète pas.
Toutes mes histoires finissent à Edimbourg.




 
IciOuLa

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
99 poèmes Liste
1480 commentaires
Membre depuis
21 octobre 2004
Dernière connexion
30 jan à 19:37
  Publié: 3 mai 2009 à 04:38 Citer vertical_align_bottom

Que te dire ? Que l'écriture et toi vous avez un truc ensemble, c'est sûr...

 
Lux


dites non au patron, mais oui à la voisine.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
217 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2008
Dernière connexion
24 oct à 10:33
  Publié: 11 mai 2009 à 15:55 Citer vertical_align_bottom

pff

ça me laisse sans voix

 
Lux


dites non au patron, mais oui à la voisine.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
217 commentaires
Membre depuis
23 décembre 2008
Dernière connexion
24 oct à 10:33
  Publié: 11 mai 2009 à 16:38 Citer vertical_align_bottom

effectivement


je vois pas trop ce que je pourrais ajouter d'intéressant

merci Tizen
et merci, D.é. (c'est le hasard, ce surnom) pour la musique

 
Blitzkrieg lullaby


Making love with his ego, Zigy sucked up into his mind... Like a lepper Messiah...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
262 commentaires
Membre depuis
7 juin 2009
Dernière connexion
13 juil 2015 à 17:06
  Publié: 21 juin 2009 à 16:14 Citer vertical_align_bottom

J'ai bien aimé aussi mais pas autant que celui sur la solitude qui reste mon préféré...
Merci pour ces 6 textes qui crédibilisent ce site et me remettent pas mal en question^^

 
Tizen

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
110 commentaires
Membre depuis
16 mars 2009
Dernière connexion
17 jan à 16:36
  Publié: 26 mai 2011 à 17:09
Modifié:  26 mai 2011 à 17:09 par Tizen
Citer vertical_align_bottom

> IciOuLa : j'ai aimé savoir que tu étais passé, toi qui je reviens si souvent lire quand l'écriture me fuit..

> Lux : merci d'avoir laissé le soupir.. ça lui va bien à ce texte...

> Blitzkrieg lullaby : fais attention de ne pas trop aimer la solitude quand même hein... on s'habitue vite.. merci en tout cas

 
Chevalier Liqueur


Je ne suis pas là pour être aimé...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
82 poèmes Liste
2478 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2007
Dernière connexion
10 oct à 15:52
  Publié: 8 juil 2011 à 01:13 Citer vertical_align_bottom

bon ben voilà... on y est... excellent...

  N'attends pas que je sois tombé pour la France...
datura.


Il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
356 poèmes Liste
771 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
Il y a -296 minute
  Publié: 8 juin 2013 à 14:34
Modifié:  8 juin 2013 à 14:34 par  datura.
Citer vertical_align_bottom

tu écris toujours ? parce que je te lis encor.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2965
Réponses: 7
Réponses uniques: 6
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Ne plus revoir les orages de printemps (Autres)
Auteur : Tizen

 

 
Cette page a été générée en [0,0187] secondes.
 © 2000 - 2024 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.