Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 44
Invisible : 0
Total : 44
13546 membres inscrits

Montréal: 26 jan 18:18:45
Paris: 27 jan 00:18:45
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: A trop vouloir chercher Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
bibun


Le signe obscur
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
26 commentaires
Membre depuis
11 avril 2007
Dernière connexion
28 juin 2016
  Publié: 16 nov 2009 à 03:38
Modifié:  16 nov 2009 à 03:56 par argile
Citer     Aller en bas de page


A l'aube de l'enfance, partir sur les routes tenter sa chance, échanger l'errance contre l'espérance et pouvoir combler tout ce que la vie a pu subtiliser. Une seule destination, une seule obsession, faire que le bonheur ne soit pas qu'une illusion, mais que cela soit une véritable révolution d'émotion qui puisse couper la respiration. Se retrouver aux pieds d'une colline à devoir escalader, espérer que tous ses rêves puissent être exaucés de l'autre côté, alors sans tarder commencer à grimper le cœur léger. Connaître l'âge de raison une fois avoir gravi le sommet, prendre juste un peu de temps pour se reposer et regarder avec intensité toute l'espérance qu'il y aura peut-être en contre bas, qu'on ne distingue pas, mais dans laquelle on a foi. Une pensée qui fait tout oublier, cette fatigue venue tenter d'étrangler la volonté sans pouvoir y parvenir, parce que rien ne pourra l'anéantir, pour cela il suffit de se rappeler ses douloureux souvenirs. Accélérer ses pas afin de laisser ses années de galère, fuir ces guerres d'hier qui ont laissé bien des blessures dans sa chair. Au soleil couchant, la vieillesse accompagnant les derniers pas de l'autre versant et s'apercevoir que le bonheur finalement est absent. Derrière cette colline où il y avait tant d'espoir se trouvait juste un homme en capuche noire, s'avançant tranquillement comme poussé par le vent. Trop fatigué pour l'esquiver ou même déserter, finir seulement par comprendre que le bonheur à présent n'était malheureusement plus à portée, qu'il venait de se dissiper. Arrivé à ma hauteur, impossible de voir le visage de mon fossoyeur, juste distinguer ses mots où raisonnait l'écho du chaos.
"Le bonheur que tu souhaitais t'a tellement aveuglé que le temps a fini par le consumer. Le bonheur se trouvait dans chacune des journées que tu as traversées, mais tu t'en es détourné. Le bonheur ne se trouve pas, parce qu'il se trouve là tout autour de toi, il suffit pour cela de bien regarder sur toutes les choses sur lesquelles tes yeux peuvent se poser. L'obsession et l'obstination t'amènent irrémédiablement vers une route sans destination, juste un semblant d'illusion en étant trop aveuglé pour ne pas voir tout le bonheur, qui devant tes yeux pouvait se dessiner. Que reste-t-il aujourd'hui de cette quête insensée, si ce n'est des regrets d'être passé à côté de tout ce qui aurait pu t'effleurer, te faire frissonner, te faire rire à gorge déployée... A quoi bon maintenant, puisqu'il est temps à présent de s'avancer vers le firmament..."
Compagnon d'un seul soir, celui à qui on ne pouvait voir le regard, une main qui se tend, un geste prudent, j'entends déjà les hurlements. Se retourner encore une fois, une dernière fois... une vision sur un monde perdu, des rêves dissolus et un espoir déçu. Si le temps était possible à remonter... mais voilà l'impossible réalité. Alors si j'avais un conseil à formuler, le bonheur n'est pas à chercher, c'est lui qui viendra à toi se présenter, si tu veux bien l'accepter. Alors profitons de ces quelques minutes à égrainer et laisse toi charmer par ce ciel étoilé...

  Bibun
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1184
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0179] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.