Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 113
Invisible : 0
Total : 114
· zouzou31
13357 membres inscrits

Montréal: 18 oct 15:29:17
Paris: 18 oct 21:29:17
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Elle et lui - avec Damon (repost) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1486 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
10 octobre
  Publié: 27 oct 2020 à 09:39
Modifié:  27 oct 2020 à 14:22 par Ishtar
Citer     Aller en bas de page

C'était charmant de les voir, elle
Frêle – c'en était fou – le frôler
Lui, contour massif et déréel
Malgré son cuir, s'en exalter

Dépareillés, comme un binôme
Sans pareil en apesanteur,
L'une posée sur l'autre – trône
Mouvant, baigné par les senteurs

Qu'elle attirait dans son sillage;
« Mon aérienne », il l'appelait.
Les voir mêlés – un alliage
Où l'aube se réverbérait.

La nuit, ô charmant paysage :
Nos deux contraires se serraient
L'un contre l'autre – avec l'usage
Le désir croît, ils susurraient

Des vibratos imperceptibles
Au diapason – Ne s’émouvoir
De ce tableau est impossible,
Reflet d’une ombre où se mouvoir.

Elle trouvait la délicatesse
De s’appliquer à étirer
Sans fin son éphémère vieillesse
Pourtant ses jours étaient comptés

Ne se sentant d’espoir sans ailes
Le centenaire sans vaciller
Vers un sommeil intemporel
Avec la belle alla glisser

Encore aujourd’hui se raconte
L’histoire d’un couple extravagant
Demoiselle et son mastodonte
La libellule et l’éléphant

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
527 poèmes Liste
10600 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 27 oct 2020 à 12:11 Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Joli conte. L'amour se fiche du temps qui passe.

😊

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
235 poèmes Liste
17141 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 27 oct 2020 à 13:01 Citer     Aller en bas de page

Très plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
5015 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
26 septembre
  Publié: 28 oct 2020 à 04:20 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Chlamys et Damon,

Un poème habile et subtil aux pénétrantes allégories (l'amour, la mort). Bravo

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Jacques-Marie JAHEL
Impossible d'afficher l'image
Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à vous. Albert Camus
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
1163 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2016
Dernière connexion
5 août
  Publié: 28 oct 2020 à 13:18
Modifié:  29 oct 2020 à 07:14 par Jacques-Marie JAHEL
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Chlamys, bonsoir Damon,

Un conte, une fable, un écrit subtilement construit qui nous laisse suspendus aux mots choisis et qui nous mène vers une chute inattendue mais ô combien sublime.

Bien amicalement.
JMJ

 
SHElene


Il y a un phoque dans ma piscine
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
210 poèmes Liste
1960 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 1er nov 2020 à 14:47 Citer     Aller en bas de page

Bel accord de plumes, dommage que celle de Damon se soit "envolée". Une façon de lui dire "Reviens !"?
à tous deux

  SHElene
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1486 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
10 octobre
  Publié: 2 nov 2020 à 03:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de SHElene
Bel accord de plumes, dommage que celle de Damon se soit "envolée". Une façon de lui dire "Reviens !"?
à tous deux


Bonjour SHElene , oui, la présence de Damon sur ce site me manque aussi. Et "Elle et lui" s'était envolé avec ses autres poèmes ... Heureusement, j'ai pu récupérer le texte grâce à ... euh ...
Comme Catwoman l'écrit dans sa citation d'Andrée Chédid :
"Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais." En voilà donc une interprétation.

Merci Catwoman, Mido, Jean-Louis, Jacques-Marie, SienKieWicz, SHElene, pour vos appréciations qui me confirment que j'ai eu raison de republier.
Portez-vous bien et tenez-vous loin du virus de la zizanie, il est mortel !

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 590
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0209] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.