Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 49
Invisible : 0
Total : 52
· André
Équipe de gestion
· Ashimati · Bestiole
13402 membres inscrits

Montréal: 10 avr 08:01:49
Paris: 10 avr 14:01:49
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Quai N°2 : Le vagabond - Feudb & Ashimati Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Modérateur

Statut: En ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
342 poèmes Liste
7486 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 29 sept 2020 à 10:13
Modifié:  30 sept 2020 à 01:18 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Quai N°2 :Le vagabond



Il neigeait dru ce soir-là.

La ruelle était déserte et seules quelques ombres courbées, éclairées par les lanternes jaunes et stroboscopiques des ampoules qui rendaient l’âme, se faufilaient au loin.
La ville engourdie par le froid semblait léthargique, shootée, saupoudrée de grains floconneux et glacés.

Il marchait, au hasard, son blouson luisait par intermittence, au bon vouloir des ampoules à l’agonie.
Il avait tout laissé chez elle, ses rires, ses angoisses et même son envie de vivre. Dans le sac en toile, pendu à son épaule, il n'y avait aucun souvenir, à quoi bon, là où il allait, il fallait voyager léger.

Le souffle glacial du vent et les flocons qui frappaient son visage buriné par la mer et le soleil, étaient bien suffisants pour se sentir encore un peu vivant.

Il irait vers l’ouest... C'est chouette l'ouest, le soleil se couche toujours plus tard.
Et puis c’est de là qu’il vient même s’il s’en fout. On n'a pas besoin de mourir ou l’on naît, surtout pas. Et quand bien même ce n’est pas pour crever, on ne repart jamais de zéro.
Parce qu’il l’avait dans la peau, et jamais aucune autre n’aurait ce goût de sucre et de sel mélangés, ni la couleur de son regard, quand il se perdait au delà de l’horizon.

Ses yeux sauvages et tristes à la fois.

Ses pas le menaient sans réfléchir vers sa dernière destination, irrémédiablement.

Le froid s'intensifiant, il releva le col de son blouson, glissa les mains dans ses poches, la neige redoublait de violence lui floutant la vue.
Il connaissait les rues par cœur, plus que quelques mètres et il se grillerait une clope à l’abri du porche de la vieille porte en bois haute de quatre mètres.

La fumée se mêlait aux flocons, qui déjà effaçaient ses traces sur le trottoir.
Un sac vide, une rue déserte, plus de pas d'où il venait : il devenait invisible, mais pas invincible.

Son sac trop léger lui pesait sur le dos, du moins c’était le vide qui l’envahissait aussi et lui serrait la gorge.
Il tirait sur sa cigarette, et il lui semblait sentir son parfum dans les odeurs de tabac, comme il y a quelques heures à peine. Il la voyait à cet instant, il la sentait , il avait encore le grain de sa peau sur le bout de ses doigts.
Comme la petite fille aux allumettes, il voulait que cet instant dure encore et ralluma une deuxième clope.

L’ouest pouvait attendre encore cinq minutes...

FeudAsh
Septembre 2020

 
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
234 poèmes Liste
16923 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 30 sept 2020 à 12:36 Citer     Aller en bas de page

J'ai beaucoup aimé

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
doux18 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
206 poèmes Liste
703 commentaires
Membre depuis
4 septembre 2016
Dernière connexion
9 avril
  Publié: 6 oct 2020 à 13:45 Citer     Aller en bas de page

Un très beau texte, une errance qui me rappelle le "Soleil des Mourants" de Jean-Claude Izzo, même si l'atmosphère est plus ensoleillée dans ce dernier.

On sent presque ici l'odeur du tabac, le bruit mat d'un pas qui s'enfonce dans la neige, la lumière hésitante dans le gris du soir. Et un amour comme une plaie ouverte.

Merci de ce partage,

Pierre-Emmanuel

 
FeudB

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7481 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 10 oct 2020 à 02:57 Citer     Aller en bas de page

Alice, Mido, Doux18

Merci pour vos lectures et d’avoir laissé vos ressentis sous nos mots.
Amitiés
F

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
556 poèmes Liste
24654 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
10 avril
  Publié: 25 oct 2020 à 11:28 Citer     Aller en bas de page

J'ai lu tous les autres, mais celui là, je l'avais passé, quel dommage, il reflète bien la silhouette de marins, je connais, mais cette histoire là est si bien écrite, qu'il me semble vivre un film avec de très grands acteurs.
J'en sens l'odeur de la dernière cigarette et j'ai l'impression que ce marin là reviendra bien vite.
Mais quel talent vous avez.
Faut connaître la vie des marins pour faire ce récit superbe.
Un grand merci à tous les deux.
Du coup j'ai une chanson qui me trotte dans la tête et ce sera pour toute la journée
Bises amicales ODE 31 - 17
Ce ne fut pas la boucaille dans votre tête

  OM
FeudB

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7481 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
3 avril
  Publié: 28 oct 2020 à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
J'ai lu tous les autres, mais celui là, je l'avais passé, quel dommage, il reflète bien la silhouette de marins, je connais, mais cette histoire là est si bien écrite, qu'il me semble vivre un film avec de très grands acteurs.
J'en sens l'odeur de la dernière cigarette et j'ai l'impression que ce marin là reviendra bien vite.
Mais quel talent vous avez.
Faut connaître la vie des marins pour faire ce récit superbe.
Un grand merci à tous les deux.
Du coup j'ai une chanson qui me trotte dans la tête et ce sera pour toute la journée
Bises amicales ODE 31 - 17
Ce ne fut pas la boucaille dans votre tête



Merci Ode pour ta lecture (meme dans le désordre! ;-) ).
Bises
Feu

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 448
Réponses: 5
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0212] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.