Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 27
Invisible : 0
Total : 28
· Vincent Mathieu
13359 membres inscrits

Montréal: 19 oct 17:31:34
Paris: 19 oct 23:31:34
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: Fleur bleue Aubépin des Ardrets et Aude Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 20 sept 2020 à 15:43 Citer     Aller en bas de page




Y’en a c’est « nique ta mère », moi je suis nyctalope,
C’est là qu’est la nuance, espèce de malappris !
Et si parfois, la nuit, on m’appelle salope
Ce sont des mots d’amour et non pas de mépris.
 
Oui c’est ça : « nycthémère » - une nuit et un jour -,
La vie d’un éphémère comme sont les amours
Sous les mots d’un amant et leurs bouquets cinglants
De fleurs bleues sur maman quand la vrille son gland.
 
Les rencontres nocturnes sont parfois des méprises,
Mais leur goût souvent dure comme un doigt dans la prise
Électrique qu’enfant on nous interdisait
Et qui, un jour, pourtant, sut nous électriser.
 
Des yeux noirs qui rutilent, des dents de loup féroce
Ont promis l’amour sombre et rien d’autre à la fin
Et je leur en sais gré, parce qu’ils étaient beaux gosses
Ne demandant pas plus que d’assouvir ma faim.
 
Je les ai pris ainsi, le temps qu’ils étaient libres,
Des hommes sans attaches, des diables et non des anges.
Nos atomes un moment à l’unisson qui vibrent
Et nous ne faisons qu’un le temps qu’on se mélange.
 
Au matin je leur dis : « Adieu mon sans regret »,
Et l’amour défleurit dans mon jardin secret.
Femme, mère et amante, fille aussi de mon père,
Et dans la nuit voyante de ces hommes, mes pairs.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
303 poèmes Liste
19088 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 20 sept 2020 à 16:20 Citer     Aller en bas de page

Et bien, un texte bien mené, c'est un auto-portrait non ?

J'adore en particulier ce quatrain :

"Les rencontres nocturnes sont parfois des méprises,
Mais leur goût souvent dure comme un doigt dans la prise
Électrique qu’enfant on nous interdisait
Et qui, un jour, pourtant, sut nous électriser."

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 21 sept 2020 à 04:14 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bestiole
Et bien, un texte bien mené, c'est un auto-portrait non ?

J'adore en particulier ce quatrain :

"Les rencontres nocturnes sont parfois des méprises,
Mais leur goût souvent dure comme un doigt dans la prise
Électrique qu’enfant on nous interdisait
Et qui, un jour, pourtant, sut nous électriser."



C'est le portrait d'Aubépin
Merci Bestiole

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Ishtar Cet utilisateur est un membre privilège

Modératrice

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
454 poèmes Liste
15053 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 21 sept 2020 à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Ca claque comme un slam. J'aime beaucoup !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 21 sept 2020 à 13:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Adamantine
Ca claque comme un slam. J'aime beaucoup !



Tu as remarqué, hein ? Aubépin et moi on se lance dans le rapgame ! On va faire un clip où je lave sa voiture (ou l'inverse)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
356 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 23 sept 2020 à 01:55
Modifié:  23 sept 2020 à 01:57 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

Belle partie de cash-cash où le je semble un autre et multiple à la fois. Étrange fleur bleue où défleurit l’amour dans l’orage électrique, quand les hommes, la nuit, sont des (deux?) boules de cristal. Merci !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 23 sept 2020 à 05:07 Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie
Belle partie de cash-cash où le je semble un autre et multiple à la fois. Étrange fleur bleue où défleurit l’amour dans l’orage électrique, quand les hommes, la nuit, sont des (deux?) boules de cristal. Merci !



Un premier duo avec Aubépin, dont l'écriture a coulé de source. Merci de l'avoir lu et apprécié Quitterie.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
600 poèmes Liste
26144 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 12 oct 2020 à 03:22
Modifié:  12 oct 2020 à 03:22 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

Un bel équilibre, pas facile a composer et à décrire.
Vous vous en êtes tirés à merveille.
Oui, un peu du genre slam et j'apprécie ce duo qui se complète, original aussi
Merci à vous deux.
BIZ amicales ODE 31 - 17

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 13 oct 2020 à 13:51 Citer     Aller en bas de page

Citation de ode3117
Un bel équilibre, pas facile a composer et à décrire.
Vous vous en êtes tirés à merveille.
Oui, un peu du genre slam et j'apprécie ce duo qui se complète, original aussi
Merci à vous deux.
BIZ amicales ODE 31 - 17



Merci Ode3117, un slam en featuring, comme on dit pour être "à la page".

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Morteüs


Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
17 poèmes Liste
188 commentaires
Membre depuis
12 juillet
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 28 juil à 15:51 Citer     Aller en bas de page

On dirait une triste rose nocturne qui sombre dans le néant, comme ce foutu monde qui sombre dans la pornographie...

  Que des roses fleurissent sur vôtre croix...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 719
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0253] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.