Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 337
Invisible : 0
Total : 340
· Jean-Claude · Fried · Avraham
13391 membres inscrits

Montréal: 8 déc 02:34:47
Paris: 8 déc 08:34:47
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes tristes :: Testament Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
pitchi.ôl

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
74 poèmes Liste
26 commentaires
Membre depuis
29 août 2008
Dernière connexion
7 septembre 2011
  Publié: 4 mars 2009 à 15:56 Citer     Aller en bas de page

M’y voilà… Se peut-il qu’il soit
Chose au monde plus admirable ?
S’écoulant, au goulet des sables,
Mon âme file entre mes doigts.

Mon âme part. Elle me délivre.
Nul n’a soumis sa décision.
Je ne vais plus vivre en prison
Puisqu’enfin, je ne vais plus vivre.

Je n’aurai le regret, vois-tu,
Que d’une île, un jour de naufrage,
Une étreinte, une nuit d’orage
Et vos yeux, à peine entrevus.

J’aurai le regret des centaines,
Des milliers de pages oubliées,
Des livres à jamais refermés,
Et de colères trop soudaines.

Le regret d’avoir tant commis
D’erreurs, mon cœur, impardonnables…
De ne croire en Dieu ni en Diable
Et, pourtant, m’affliger ainsi.

De l’Archange, le sabre au clair,
Je ne guignerai point la Porte.
J’ai déjà, des maux qui m’emportent,
Vécu les affres de l’Enfer.

Le Paradis n’est point pour moi.
Je l’ai tenu de main débile.
Demain, j’irai voir la Sibylle
Et lui dirai qu’elle ne sait pas,

Qu’elle ne sait rien, qu’elle est gardienne
De mystères qui n’en sont pas.
Je la supplierai, toutefois,
De me parler la langue ancienne…

La langue des bœufs, des charrons,
Des dieux parlant aux créatures.
Les premiers mots de la nature
Et le murmure des sillons.

Alors, sans une once de foi,
Je m’agenouillerai, tranquille,
Et remettrai mon âme vile
Au sort qu’elle méritera.

Ô mon amour, je me ferai
Aussi minable qu’on peut l’être…
Mon coeur, ô ! pardon pour la lettre
Que vous ne recevrez jamais.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 4 mars 2009 à 16:08 Citer     Aller en bas de page

merci pour ce moment de lecture, quel testatment !

amitiés
james

  Membre de la Société des poètes Français.
Idou

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
189 poèmes Liste
3746 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
22 mars 2017
  Publié: 6 mars 2009 à 15:58
Modifié:  6 mars 2009 à 16:01 par Idou
Citer     Aller en bas de page

mon coeur aux larmes sensibles ce soir .. se retrouve complètement dans un brouillard argenté ... où le gris s'oblige à briller pour la nuit .. tellement ces promesses d'amour, d'éternité, de pardon, de don de soi au-delà la vie, sont immenses de beauté ...


un amour poétique si imprégné en toi ... coulant dans tes veines de troubadour romantique et passionné et affecté ...

testament: le dernier livre de l'amour qui fait écho au firmament ...

c'est magnifique

vraiment !

  Seirén - ©
Nymphette


Aimer jusqu'à la déchirure. Aimer même trop, même mal... J. Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
690 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2008
Dernière connexion
21 juin 2013
  Publié: 11 mars 2009 à 15:01 Citer     Aller en bas de page

Citation de pitchi.ôl

J’aurai le regret des centaines,
Des milliers de pages oubliées,
Des livres à jamais refermés,
Et de colères trop soudaines.

Le regret d’avoir tant commis
D’erreurs, mon cœur, impardonnables…
De ne croire en Dieu ni en Diable
Et, pourtant, m’affliger ainsi.

....
Ô mon amour, je me ferai
Aussi minable qu’on peut l’être…
Mon coeur, ô ! pardon pour la lettre
Que vous ne recevrez jamais.




Tout ce que je ressens en ce moment !!!!

Tendrement Sabine

  Aimer, sans songer à aimer
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1548
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Doutes Nocturnes (Amour)
Auteur : Idou
Assise dos au mur (Tristes)
Auteur : Miroir
La petite Camargue... (Autres)
Auteur : Mustang (libre)
Vole moi un baiser (Amour)
Auteur : Mystic4Ever
Dans les cendres et le sang (Amour)
Auteur : Miroir
Serrement d’amour (Amour)
Auteur : Mystic4Ever

 

 
Cette page a été générée en [0,0199] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.