Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 9
Invisible : 0
Total : 10
· rimarien
13202 membres inscrits

Montréal: 21 sept 22:53:51
Paris: 22 sept 04:53:51
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: les soixante dix (chanson) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 12 juin 2010 à 10:26 Citer     Aller en bas de page



On est né dans les soixante dix
Entre Giscard et Casimir
Le chômage faisait pas d’souci,
Tous les lèvent tôt avaient d’l’av’nir

Chacun pouvait croire en sa chance.
Aux flots bleus, se faire des vacances.
Se soigner n’était pas un luxe
Y avait des cadeaux chez Bonux.

On pouvait vivre de son travail,
L’ascenseur n’était pas en panne.
Un toit pour tous était permis
Pas de famille sans logis

Et on nous chantait des bobards
Pour la société en progrès.
Au possible on nous faisait croire.
C’était pas vrai.

Donnez-vous la main
En croisant les doigts
Pour faire de demain
Un monde où l’Humain
Fasse enfin la Loi

Vingt ans dans les quatre vingt dix
C’était déjà moins rigolo.
Après un dernier tour de piste
Coluche nous laissait les restos.

Consommer restait la consigne
Et les parents faisaient crédits
Pour nous inscrire en Marketing
Com et tutti quanti !

Mais du côté des entreprises
On commence à virer les vieux.
Dès 50 ans qu’on se le dise
A L’Assedic on fait la queue.

On nous chante encore les bobards
D’une société en progrès
Au possible on veut nous faire croire
Mais c’est pas vrai.

Donnez-vous la main
En croisant les doigts
Pour faire de demain
Un monde où l’Humain
Fasse enfin la Loi

Pour arriver à l’an deux mille
Un bac + 6 au fond des poches
Sans relation dans la famille
T’as des chances de finir en cloche.

Du business à la Charité,
Le géni se veut hérité,
Du show biz à la politique
Le talent se fait génétique.

On nous chante encore les bobards
D’une société en progrès
Au possible on veut nous faire croire
Mais c’est pas vrai.

Donnez-vous la main
En croisant les doigts
Pour faire de demain
Un monde ou l’Humain
Fasse enfin la Loi

  L'essentiel est invisible avec les yeux
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 12 juin 2010 à 11:51 Citer     Aller en bas de page

C'est vrai. Tu as tout à fait raison. Un bilan pas très optimiste. Merci pour ce partage

amicalement
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7563 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
21 septembre
  Publié: 13 juin 2010 à 03:52 Citer     Aller en bas de page

Très reel retour en arrière, où on s'apercoit, qu'après 40 ans y'a plus de cadeau chez bonux, et manger va devenir un luxe..
ou va t on.. ?
merci pour ce partage.
Amitiés
.

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
clovis67
Impossible d'afficher l'image
On transforme sa main en la mettant dans une autre. (P. Eluard)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
5170 commentaires
Membre depuis
5 août 2008
Dernière connexion
8 août 2013
  Publié: 14 juin 2010 à 15:45 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Athénéa, vraiment tu as nous écrit un bien triste bilan de notre société actuelle sous une belle forme poétique… mais hélas tellement vrai

Avec toute mon amitié

Pierre

  vivre sans espoir, c'est cesser de vivre (Dostoïevski)
Lacase Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Si Eve n'avait pas pensé qu'à sa pomme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
6070 commentaires
Membre depuis
25 juillet 2008
Dernière connexion
16 septembre
  Publié: 16 juin 2010 à 16:10 Citer     Aller en bas de page

Content de te relire Athénéa.

  Si le berger a le Mans qui a les rillettes?
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1269
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0210] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.