Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 51
Invisible : 1
Total : 52
13346 membres inscrits

Montréal: 20 jan 19:09:18
Paris: 21 jan 01:09:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les mots gelés Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
poète à ses heures


La poésie exprime tout haut ce que chacun ressent tout bas.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
290 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
13 avril 2011
  Publié: 7 jan 2009 à 12:39 Citer     Aller en bas de page


Les mots gelés


Décembre étend ses jours fuyant le monde.
Les arbres robustes devenus porcelaines
S’étiolent au rythme des heures vagabondes
Sous le ciel voilé d’une saison croque-mitaine.

Aux jours trop courts succèdent les nuits sans fin
Où les maux se glissent au fond des couvertures.
Sombre certitude d’un hier pareil à demain
Le sommeil tarde piqué de barbelures.

Images amères et parfums indélébiles
Déchirent les rêves jusqu’au petit matin.
Sous les flots de souvenirs volubiles
J’en appelais à l’aide le céleste divin.

Qu’il dépêche un ange à ma complainte
Et qu’il envoie quelques espoirs immaculés
Pour que mes pensées grisâtres se teintent
Aux couleurs opalines des matins givrés.

Sur des zéphyrs commandés par Éole
Je voyais mon appel s’élever aux cieux
Traverser les étoiles en farandole
En empruntant la voie des Dieux.

Mais les mots ont gelé
Dans les vents glacés de l’hiver.



25 dec 2008

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
14 janvier
  Publié: 7 jan 2009 à 13:06 Citer     Aller en bas de page

une encre triste , merci pour ce partage

amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Pourrait-on rêver mieux comme ultime lecture Que le livre infini de tes lèvres qui tremblent ? (@Chimay)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
305 poèmes Liste
19221 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 7 jan 2009 à 14:56 Citer     Aller en bas de page

"Le sommeil tarde piqué de barbelures."
(connaissais pas barbelures tiens)

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
attic
Impossible d'afficher l'image
La chouette de minerve prend son envol au crépuscule (Hegel)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
10 décembre 2008
Dernière connexion
18 janvier 2009
  Publié: 8 jan 2009 à 08:59 Citer     Aller en bas de page

mais c'est tout plein beau, ce texte. Merci

 
poète à ses heures


La poésie exprime tout haut ce que chacun ressent tout bas.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
20 poèmes Liste
290 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
13 avril 2011
  Publié: 9 jan 2009 à 09:10 Citer     Aller en bas de page

Coucou à tous

Le printemps arrive et les mots finiront bien par décongeler.

En attendant c'est avec des mots très chauds que je vous remercies d'être passé me voir. Et j'espère vous revoir vous aussi dans vos prochains poèmes.

A très bientôt.

 
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 9 jan 2009 à 16:14 Citer     Aller en bas de page

Je lis beaucoup de poèmes sur l'hiver en ce moment... et pourtant je ne m'en lasse pas!
Le tien me plaît tout particulièrement: son ambiance, son rythme et son ressenti...
C'est beau quoi!
Merci
Echo

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
ffab
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
4 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2008
Dernière connexion
25 janvier 2016
  Publié: 10 jan 2009 à 14:23 Citer     Aller en bas de page

c'est le premier de tes poèmes que je découvre. tu n'as pas la plume gelée.

 
Mariesarah

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
3769 commentaires
Membre depuis
6 février 2007
Dernière connexion
20 octobre 2010
  Publié: 19 jan 2009 à 16:26 Citer     Aller en bas de page

Mon ami,


Peut-être que tes mots sont gelés .... mais Dieu qu'ils sont beaux et transcrivent ici mes impressions et mon ressenti sur Décembre ! Un mois que n'aime pas !

Ton talent n'est pas gelé non plus, il explose à chaque poésie.

Je t'embrasse et je t'offre toute mon amitié poétique,


Mariesarah

  ... et si je m'en vais avant toi, dis toi bien que je serai là, j'épouserai la pluie le vent, le soleil et les éléments pour te caresser tout le temps (Francoise Hardy) merci M-Paule (comme une brise bise de mes aimés sur ma joue)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1650
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0265] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.