Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 465
Invisible : 0
Total : 469
· guy Olivié · Colin Escot
Équipe de gestion
· Bestiole · Catwoman
13387 membres inscrits

Montréal: 7 déc 04:25:07
Paris: 7 déc 10:25:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: Etat Assassin Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 29 juil 2019 à 03:08 Citer     Aller en bas de page

Je suis handicapé, je crois l’humanité,
Des conseillers d’état, qui oublient le « peuple »,
Dont ils sont exsangues, étant privilégiés.
Qui renouvellera, tous ces hors du « peuple » ?

Qui laissent accuser, les élus otages,
Par les méchants médias, la France s’appauvrit,
D’abus de dépensés, qui sont des outrages,
Que « peuple » ne sait pas, ou de propos mentis.

Que d’emprunts contactés, que nos enfants paieront.
Non reconnaissances, des vies productives,
Excitent des révoltés, qui peu à peu, mourront.

La France aimerait, retrouver des espoirs,
Scandales en absences, ni peurs destructives.
Des emplois satisfaisants, et de gratuits vouloirs.

Des riches sont sans vues, en argents virtuels.
Numéraires d’abus, en deviennent cruels.

5691-07 (12) (27-07-19)

Elections truquées,
Choix qui profitent à qui ?
Aux privilégiés ?

 
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
331 commentaires
Membre depuis
19 mars 2019
Dernière connexion
8 mars
  Publié: 29 juil 2019 à 15:13 Citer     Aller en bas de page

Je te recommande de lire David Van Reybrouck et son ouvrage intitulé "Contre les élections" qui traite du sujet que tu abordes en gras et dans ton texte. Pour le reste, tu prêches un convaincu donc pas d'utilité, pour moi en tout cas, d'en faire un duo d'opinion. Autrement, j'ai apprécié ce passage:

"Que d’emprunts contactés, que nos enfants paieront.
Non reconnaissances, des vies productives,
Excitent des révoltés, qui peu à peu, mourront."

Bel été à toi, Sam & Muse.






















 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 30 juil 2019 à 02:35 Citer     Aller en bas de page

- une erreur d'orthographe dans le texte est présente.
- c'est plus que contacté qu'il faut lire, ce qui est déjà une forme d'abus.
- il faut lire contracté, puisqu'ils ont déjà eu lieux,
et que pour payer les trains de vies des privilégiés de l'état,
ces endettements continus, malgré les dénonciations de la cour des comptes, qu'aucun élu de l'opposition, ni des médias à scandales, n'osent rendre publiques, et de demander les pourquoi.
- certains regards n'oseront pas faire évoluer les compteurs.
- la poésie est une forme de voyage des pensées, pour des partages en perceptions individualisées. tout comme les textes évoquant des moments amoureux, les évocations d'inconforts des vivres ensembles peuvent aussi se vouloir être poétisées.
oui, ces parcours peuvent être dérangeant, et ne pas susciter de réactivités lisibles par tous.

 
Naej

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
3771 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2008
Dernière connexion
18 avril
  Publié: 30 juil 2019 à 11:33 Citer     Aller en bas de page

Soixante millions de Gilets jaunes et on les fout dehors !! le risque c'est que d'autres prennent
leurs places
Amts - Naej -

  Carpe diem...
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 31 juil 2019 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

non JEAN,
- le risque est que la FRANCE, perde ses repères, ses attentes, ses ambitions, ses envies de partages, ses raison d'accueillir des frères et des sœurs non clandestins, des présences qui puissent nous demander comment elles peuvent s'adapter à nos "us et coutumes", en nous proposant les leurs,
- les brassages d'idées de vivres ensembles et sensations d'exister, sur les ronds points, ces palabres sont des convivialités de créativités, que le ministre dit de l'intérieur, l'Élysée et Bercy, ne peuvent pas comprendre. nos élus de la prétendu opposition, ne pensent qu'à devenir des privilégiés, en oubliant de nous représenter sans proposer des oppositions mais des alternatives ou des attentes qui ne sont pas forcement d'ordres financières.
- il existe aux PTT une boite aux lettres pour le "père noël",
- pourquoi le ministère de l'intérieur, ne pourrait-il pas avoir "un lieu d'envois en boite à idées, avec des réponses écrites de reconnaissances, pour des "est-ce que ça serait possible", "ici nous avons essayé d'entreprendre, sans trouver de soutiens à des médiatisations, pour que la FRANCE et les bonnes volontés qui animent le territoire, puissent être fiers d'en faire parties".
- tu as des idées JEAN, pour transformer ces rêves en réalités ?

 
Jozardo


Connaitre la verité et la cacher, est un pire crime.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
30 commentaires
Membre depuis
29 août 2018
Dernière connexion
18 novembre 2019
  Publié: 2 août 2019 à 03:15 Citer     Aller en bas de page

Les paroles d'un vrai citoyen qui pense à l'avenir, et qui en a marre des ceux qui bloques l'avancement d'un peuple.

  Josue KASUMP
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
344 poèmes Liste
11085 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
23 novembre
  Publié: 3 août 2019 à 02:36 Citer     Aller en bas de page

oui et non.
oui, parce que confinés dans des privilèges, une castre généralement devenue parisienne, très médiatisée sur des boucs émissaires, un président et ses élus ou désignés en fusibles,
- une castre formatée et intouchable,
- qui est devenue surtout pour les magouilles et les hobbies,
- une raison d'être des élites.
- ces privilégiés devraient être renouvelés avec chaque nouveaux gouvernants de la France.
- quitte à reprendre les mêmes, en les faisant connaitre par le journal officiel, avec leurs nominations à des fonctions.
- hélas les médiatisations et les élus par votes organisés ou désignations de partis,
- préfèrent s'enrichir avec les jeux du cirque, et non faire vivre les fonctions de ces organisations, dans de réelles informations (à scandales pourtant)
non, parce que les tentations, et les compromissions doivent envisager certains abus, comme disait un ancien président; la politique c'est comme l'andouillette, ça doit sentir la merde, mais pas trop.
- merci de faire vivre cette mise à disponibilité.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1041
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0211] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.