Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 74
Invisible : 0
Total : 80
· Xenia · Sol_M · patrick dabard · Jean-Claude · Laur'Ha
Équipe de gestion
· Ashimati
13215 membres inscrits

Montréal: 6 déc 06:20:07
Paris: 6 déc 12:20:07
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: entre deux stations la mer Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
*Alexis*


parce que la fraternité est plus forte que les tremblements de terre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
526 commentaires
Membre depuis
26 juillet 2008
Dernière connexion
1er novembre 2013
  Publié: 3 mars 2010 à 16:07
Modifié:  4 avr 2010 à 21:05 par *Alexis*
Citer     Aller en bas de page

entre deux stations la mer



la solitude frémit
le long des quais

baiser polaire à la douce lueur des lèvres

l’air vibre plein de rumeurs
marines et métalliques

le long des quais

palpite la terre soudain
pleine de frissons
de la gueule de la terre surgit
bleue comme un train la mer

le long des murs les écrans
nouent à la conscience
la silencieuse fumée des formes

je regarde les gens
ils sont tristes
pareils à des nombres pareils à l’hiver

le silence mord leur cœur fécond d’appels
les portes se ferment la mer recommence à voyager
rumeurs de métal bleu

vaporeux redeviennent les mots

et chacun sait que le voyage
peu importe le trajet
durera jusque tard le soir

  Si je connaissais l'Italie/Où Raphaël fit ses tableaux (Oswald Durand, poète du terroir haïtien))
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
819 poèmes Liste
23005 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 décembre
  Publié: 3 mars 2010 à 16:41 Citer     Aller en bas de page

et chacun sait que le voyage
peu importe le lieu
durera jusqu’à tard le soir


Poème de voyage au saveurs rouillées et salées. Évocateur et dépaysant mais pas simple à comprendre.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mademoiselle Phébus


Just let me fall out the window with confetti in my hair. (Tom Waits)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
115 poèmes Liste
1548 commentaires
Membre depuis
9 mars 2005
Dernière connexion
8 mars 2020
  Publié: 4 mars 2010 à 02:40 Citer     Aller en bas de page

juste pour dire que je suis passée,
que ça m'a fais du bien de lire de tes mots
et que j'ai trouvé ça très prenant.

J'suis pas très bavarde, mais c'est du fond du coeur.

  (Là-haut l'absence entière et le bleu charbonnant.) Par le jour se levaient des géants tristes, un violon en carton-pâte sous le rêve. (Fernand O. -Le Soleil sous la mort)
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 980
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.