Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 28
Invisible : 1
Total : 30
· naroic
13640 membres inscrits

Montréal: 28 jan 18:04:00
Paris: 29 jan 00:04:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: 09/11/2021 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lilu

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
97 poèmes Liste
628 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2009
Dernière connexion
11 décembre 2021
  Publié: 9 nov 2021 à 08:17
Modifié:  9 nov 2021 à 08:23 par Lilu
Citer     Aller en bas de page

Il faut parfois lutter pour se retrouver dans le brouahah du quotidien.

Fermer les yeux et sentir l’air de la mer parcourir ses poumons, retrouver cet sensation d’envol avant le vide. Je n'aurais jamais les mots parfaits pour décrire ce moment. Celui où l’on sent que l’on se ment à soi même et que si l’on continue la trahison deviendra la vérité de trop d’années.

Je ne sais pas vivre de certitudes, elles me font peur. Je ne sais que profiter du moment, des âmes, des lieux, des pierres et des confidences. J’ai parfois l'impression d’être une maison dont les murs sont faits de tous ceux qui ont partagé un instant de ma vie. Certaines pierres n'ayant rien en commun avec d’autres, je me demande alors si je suis le ciment de toutes ces histoires.

Aujourd’hui l’air est frais, le ciel est d'un bleu intense, les oiseaux chantent et au milieu de la foule je suis moi.


 
silence.


chut...tais-moi.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
492 commentaires
Membre depuis
1er décembre 2008
Dernière connexion
4 janvier
  Publié: 9 nov 2021 à 10:54
Modifié:  9 nov 2021 à 10:54 par silence.
Citer     Aller en bas de page

je ne sais pas trop comment faire pour (te) dire que je suis passé par ces quelques mots

Et ça a du chouette, les maisons bigarrées, je trouve. Surtout celles qui ne sont pas finies, non ?

(la bise)

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
67 poèmes Liste
6395 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
10 janvier
  Publié: 10 nov 2021 à 02:39 Citer     Aller en bas de page

Coucou Fanny
Toujours là -bas où il y a du bon vin!
Ma seule certitude à part notre mort à tous c’est que dans la vie il faut douter de tout😕
Tu as l’air en pleine forme tant mieux😘
Bisous
JC

  Bannir en poésie comme antan on brûlait les hérétiques
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Qu'ai je su de la vie à l'étreinte étouffée, la connaissance ultime, cyclone aux yeux de jade. Bavant nos deux matières en un lit de soies d'ombres.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
19254 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
28 janvier
  Publié: 28 nov 2021 à 17:53
Modifié:  28 nov 2021 à 17:55 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Les autres ne font que nous traverser, au fond l'essentiel est d'être soi. Trahir qui ou quoi si dans le moment tout est vrai ?
J'ai ces questions aussi, chacun est seul dans sa tête, verbaliser ca aide, mais y a t'il seulement des réponses...

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
datura.


Il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
241 poèmes Liste
695 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
25 janvier
  Publié: 11 déc 2021 à 16:22 Citer     Aller en bas de page

Merci pour tes mots Lilu. Nous sommes tant à nous mentir et chercher quelque part une raison d'être fou et de rêver encore.

Nous sommes des dendrites,dans un grand cerveau sans bord, un vaisseau dont nous sommes vassal et qui traverse les océans sans s'arrêter sur aucun île, mais en y laissant nos trésors. Il n'y a pas de certitude, jamais.

Peut-être une seule, celle que parfois quelque écho, en s'entrechoquant donne un étrange éclat aux cieux que nous habitons.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 209
Réponses: 4

Page : [1]

État du vote : 0/13263

 

 
Cette page a été générée en [0,0243] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.