Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 78
Invisible : 0
Total : 78
13353 membres inscrits

Montréal: 16 oct 17:07:28
Paris: 16 oct 23:07:28
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Comme la vie est belle ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
802 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 3 juin à 01:14
Modifié:  3 juin à 07:18 par Xuyozi
Citer     Aller en bas de page

Ah ! comme la vie est belle ! Les petits oiseaux chantent dans la joie du Printemps retrouvé ; le ruisseau coule à l’horizon du bonheur ; le soleil, dans sa bonté infinie, nous darde ses rayons d’or et nous donne la vie ; les grillons grilloneront à la vêprée, ils me l’ont promis ; Minette ronronne à la croisée et Médor s’endort heureux de son os près du foyer.

Quel bon repas j’ai savouré ; et ce fin rosé, ah ! Dieu, quel enchantement ! Et Marie qui m’aime et me dévore des yeux de ses yeux de biche amoureuse ; et les enfants, Gwendolyne-Aline et Julien-Philibert-Isidore, comme ils sont charmants dans leurs habits de jeunesse ! Et si studieux et obéissants, de vrais anges du Bon Dieu — oui, la vie est un trésor de bonheurs vécus et anticipés. Quel noir nuage oserait assombrir un destin si… si… les mots me manquent, vraiment… il ne me reste plus qu’à fermer les yeux et entonner un chant silencieux de reconnaissance devant la magnificence de la Terre et des Cieux.

Mais… réveillez-vous, réveillez-vous ! Les petits oiseaux ont cessé de pépier et le ruisseau s’est tari à l’horizon de l’oubli ; le vieux Manoir s’est vidé et n’abrite plus que des fantômes et de vieux souvenirs, qui ont emporté jusqu'à Médor et le gentil Minet ; Edward a suivi Marie dans la tombe et les enfants sont partis au loin parler des langues inconnues. Réveillons-nous, réveillons-nous ! Nous ne faisions que rêver avant de nous engloutir dans le cauchemar tiède et blême de notre triste existence.

X.

  Je dis vague, donc je suis poète. ~Xuyozi
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
600 poèmes Liste
26141 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 3 juin à 03:41 Citer     Aller en bas de page

Rêver, c'est déjà ça, un régal de lire ce poème, il est permis de songer à ces petits bonheurs, ne les laissons pas s'envoler si ils se réalisent, tout est possible.
Laissons les cauchemars de côté et respirons à fond, malgré ce masque qui va disparaître comme bien d'autres soucis.
Merci pour ce poème, même si la fin est à passer outre.
Bien amicalement ODE 31 - 17

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
802 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 3 juin à 10:09 Citer     Aller en bas de page

Merci, Ode, pour ce pertinent commentaire. Seulement, il ne s'agit pas d'un poème, mais d'une réflexion philosophique sous forme d'allégorie. Je donne in extenso une définition de l'allégorie pour l'édification générale .

---

allégorie \a.le.ɡɔ.ʁi\ féminin

Expression de la pensée se prêtant à une interprétation figurée, indépendamment de son sens littéral et permettant de frapper les esprits.
Exemple d'allégorie, sur la mort : Je vis cette faucheuse, elle était dans son champ. Elle allait à grands pas, moissonnant et fauchant.

J’ai toujours été séduit par les allégories, leçons par l’image en même temps qu’énigmes à résoudre, et souvent attirantes figures féminines fortes de leur propre beauté et de tout ce qu’un symbole, par définition, a de trouble.
La Bible ou les livres saints des autres religions sont de grands poèmes contemporains de l’époque orale où, l’écrit n’existant pas, les rythmes et les cadences, les périodes et les allitérations, mais aussi les allégories et les paraboles, les mythes et les apologues facilitaient la mémorisation, donc la récitation, donc la pratique religieuse.

(Art) Représentation concrète et imagée par des éléments descriptifs d’une idée abstraite.
Le bandeau, les ailes et l’enfance de Cupidon sont une allégorie qui représente le caractère et les effets de la passion de l’amour.

Les mystères des Grecs et des Égyptiens étaient remplis d’allégories.
Les allégories en peinture sont généralement froides.
En peinture, lʼusage de lʼallégorie fait partie des procédés maniéristes auxquels lʼartiste peintre nʼa que trop souvent recours, à défaut de lʼinspiration.

(figures) Métaphore prolongée dans plusieurs descriptions d'une chose abstraite par du concret.
Saint Augustin le déclare expressément : « une chose notifiée par allégorie est certainement plus expressive, plus agréable, plus imposante que lorsqu’on l’énonce en des termes techniques. »

---

Il s'agit donc ici d'une allégorie du bonheur, du faux bonheur, pourrait-on dire, en tout cas d'un bonheur bien éphémère.

Je t'envoie, Ode, mon meilleur salut optimiste...

  Je dis vague, donc je suis poète. ~Xuyozi
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
600 poèmes Liste
26141 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 3 juin à 11:08 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci pour toutes ces explications, j'en prends note, si j'ai dit poème, je te prie de bien vouloir m'en excuser.
Les gens jettent des tas de livres et j'ai pu en récupérer sur Saint François d'Assise et des livres religieux...de quoi enrichir mes lectures, mes pensées aussi.
Merci à toi
ODE 31 - 17

  OM
Xuyozi Cet utilisateur est un membre privilège


Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
802 commentaires
Membre depuis
17 mai
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 3 juin à 12:35 Citer     Aller en bas de page

Chère Ode,

Avec Saint François vous serez aux oiseaux, et les chats vous feront la cour. Si vous rencontrez un lion, il vous tendra la patte pour bien vous montrer qu'il a rangé ses griffes. Et si le bonheur vous visite, ne lui demandez rien, il s'effarouche facilement ; faites mine même d'être indifférente et il vous suivra partout.



X.

  Je dis vague, donc je suis poète. ~Xuyozi
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 115
Réponses: 4

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0175] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.