Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 23
· Jean-Claude
Équipe de gestion
· Ashimati
13462 membres inscrits

Montréal: 16 juin 15:11:02
Paris: 16 juin 21:11:02
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal : Les mots des Autres... :: Lettres à un jeune poète Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
47 poèmes Liste
331 commentaires
Membre depuis
19 mars 2019
Dernière connexion
8 mars
  Publié: 8 mars à 15:01 Citer     Aller en bas de page

[...] Vous demandez si vos vers sont bons. Vous me le demandez à moi. Vous l'avez demandé à d'autres avant moi. Vous les adressez à des revues. Vous les comparez avec d'autres poèmes et vous vous inquiétez que certaines rédactions refusent vos tentatives. Eh bien, je vous demande (puisque vous m'avez permis de vous donner conseil) d'abandonner tout cela. Vous regardez dehors, et c'est la dernière chose que vous avez à faire. Personne ne peut vous conseiller ni vous aider, personne. Il n'y a qu'un seul moyen. Rentrez en vous-même. Sondez la raison qui vous commande d'écrire ; examinez si elle étend ses racines dans les tréfonds de votre coeur et consultez votre conscience : devriez-vous mourir s'il vous était interdit d'écrire ? Et surtout : demandez-vous, aux heures les plus tranquilles de votre nuit : dois-je écrire ? Creusez au fond de vous pour y trouver la réponse enfouie. Et si celle-ci s'avère positive, si, à cette grave question, il vous est donné de répondre un simple et puissant "oui, je dois", alors construisez votre vie suivant cette nécessité ; votre vie, jusqu'en ses heures les plus anodines, les plus infimes, doit être signe et témoin de ce besoin. Approchez alors la nature. Essayez de dire, comme un premier homme, ce que vous voyez, vivez, aimez, perdez. N'écrivez pas de poèmes d'amour ; évitez d'emblée les formes trop courantes et communes : ce sont les plus difficiles, car il faut une pleine maturité de force pour donner ce qui nous est propre, là où la tradition s'est mille fois illustrée, souvent avec éclat. C'est pourquoi, fuyez les grands motifs pour ceux que votre quotidien vous offre ; décrivez vos tristesses et vos désirs, les pensées qui vous traversent, votre croyance en quelque espèce de beauté - décrivez tout cela avec une sincérité fervente, tranquille et humble et, pour vous exprimer, utilisez les choses de votre entourage, les images de vos rêves et les objets de vos souvenirs. Si votre quotidien vous paraît trop pauvre, ne l'accusez pas ; accusez-vous plutôt, dites-vous que vous n'êtes pas assez poète pour évoquer ses richesses ; car il n'y a pas de pauvreté, pas de lieu pauvre et indifférent pour celui qui crée. Seriez-vous dans une prison dont les murs vous couperaient de tous les bruits du monde - ne vous resterait-il pas votre enfance, cette précieuse et royale richesse, ce trésor des souvenirs ? Tournez vers elle votre attention. Essayez de remonter au jour les sensations englouties de ce vaste passé ; votre personnalité s'affermira, votre solitude s'élargira, elle deviendra une pénombre où habiter, tout à l'écart du bruit des autres. - Et si de ce retour en vous-même, de cette plongée dans votre propre monde il naît des vers, alors vous ne penserez plus à demander à personne si ce sont de bons vers. Et vous n'essaierez pas d'intéresser des revues à ces travaux : car vous verrez en eux votre bien naturel et précieux, une part et une voix de votre vie. Une oeuvre d'art est bonne quand elle est née d'une nécessité. Cette origine est sa valeur : elle seule la juge. C'est pourquoi, cher Monsieur, je n'ai su que vous donner ce conseil : entrez en vous, sondez les profondeurs où votre vie prend source ; vous y trouverez la réponse à la question "dois-je créer ?". Ecoutez-la sonner à vos oreilles, sans trop l'interpréter. Il apparaîtra peut-être alors que vous êtes appelé à être artiste. Ce sera votre lot, acceptez-le, portez son fardeau et sa grandeur, sans demander quel salaire extérieur vous pourriez en attendre. Car celui qui crée doit être pour lui-même un monde et tout trouver en lui-même et dans la nature à laquelle il s'est joint.

Mais peut-être aussi, après cette descente en vous-même et dans vos solitudes, devrez-vous renoncer à être poète (le seul fait, je l'ai dit, de sentir que l'on pourrait vivre sans écrire nous interdit de l'être). Mais même alors, ce retour intérieur auquel je vous invite n'aura pas été vain. Votre vie, dans tous les cas, trouvera de là ses propres chemins ; qu'ils soient bons, riches et vastes, voilà ce que je vous souhaite plus que je ne saurais dire.

Qu'ajouter encore ? Il me semble avoir fait un juste sort à tout. Car finalement je n'ai voulu que vous conseiller de croître sur la voie tranquille et sérieuse de votre développement ; vous ne lui ferez jamais plus violence qu'en regardant dehors et en cherchant au-dehors une solution à des questions auxquelles seul votre sentiment le plus intime, à votre heure la plus feutrée, aura peut-être la réponse [...]


Rainer Maria Rilke à Franz Xaver Kappus - Paris, le 17 février 1903

( Extrait de "Lettres à un jeune poète")



 
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
260 poèmes Liste
7280 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
15 juin
  Publié: 12 juin à 12:58 Citer     Aller en bas de page

Voilà bien là un conseil sage, digne d'un poète qui traverse l'infiniment grand de la poésie, sans le moindre doute...

La profondeur de soi, les tréfonds, même, il faut les sonder, en extirper la moelle, il n'y a pas réellement de secret...

La richesse des souvenirs, de la mémoire, de l'imagination, des rêves, tout est là...

Et, comme il le dit si bien, la nécessité d'écrire, elle est le sauf conduit de tout art...

Merci Franck, d'avoir proposé ce texte, dommage que personne n'a commenté...

Maintenant, c'est fait...

Amicalement...

Hubix.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 84
Réponses: 1

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1061/13348

8.8%
 
 93 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 82 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 51 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.5%
 
 164 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 19 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 113 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.5%
 
 207 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.3%
 
 332 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0276] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.