Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 157
Invisible : 0
Total : 158
· Fried
13494 membres inscrits

Montréal: 23 oct 03:20:46
Paris: 23 oct 09:20:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Question Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 18 jan à 04:48 Citer     Aller en bas de page



Quand on dort tête-bêche
Peut on se rouler des pelles ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26144 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 18 jan à 10:15 Citer     Aller en bas de page

N'est-ce pas se jauger des pieds à la tête?
Pour les pelles tu en appelles à ton bon vouloir et à ton savoir. Un exercice difficile à accomplir.
Quelle bonne question
Bien vu AUDE
Biz ODE

  OM
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
436 poèmes Liste
4955 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
16 octobre
  Publié: 19 jan à 02:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Aude,
c'est extrêmement compliqué même pour une tête de pioche. C'est un coup à se casser la binette et à se prendre un râteau.
Bises
Pierre

  Pichardin
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26144 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 19 jan à 10:16 Citer     Aller en bas de page

Sans parler de manche et c'est être manche de ne pouvoir trouver la solution.
ODE 31 - 17

  OM
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 19 jan à 12:36 Citer     Aller en bas de page

Je me creuse la tête sur des riens. Merci Ode3117 et Pichardin de m'aider à résoudre ce problème.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
66 poèmes Liste
356 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 19 jan à 12:54
Modifié:  19 jan à 12:56 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

Je me posais une question qui est peut-être stupide : tu veux parler de "pelles à queue" ? Parce que, si c'est le cas, le fait d'être "rond comme un' queue d'pelle" pourrait peut-être être un début de solution. Mais ma réflexion n'est peut-être que celle d'une pimbêche...

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 20 jan à 15:13
Modifié:  20 jan à 15:15 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie
Je me posais une question qui est peut-être stupide : tu veux parler de "pelles à queue" ? Parce que, si c'est le cas, le fait d'être "rond comme un' queue d'pelle" pourrait peut-être être un début de solution. Mais ma réflexion n'est peut-être que celle d'une pimbêche...



Quand on est rond comme une queue de pelle, avec en plus un col pelle à tarte, on peut se casser la binette.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
341 poèmes Liste
10965 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 28 jan à 04:34 Citer     Aller en bas de page

quand des cons serres, là vers hier, lave aux scies,
Quand on dort tête-bêche (avec les pieds dans le nez)
Peut on se rouler des pelles ? (chez Caterpillar peut-être.)

 
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
251 poèmes Liste
4716 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 28 jan à 10:03 Citer     Aller en bas de page

On risquerait peut-être des crises d'attaque à pelles à rebours

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22985 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
27 septembre
  Publié: 28 jan à 11:15 Citer     Aller en bas de page

Personne, Samamuse, Quoiqouije :

En ce moment je sui en plein chantier : je recompte les pieds de mes vers fébrilement. Comme les pieds remuent, c'est assez dangereux, j'ai mis un casque.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 392
Réponses: 9

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0213] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.