Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 58
Invisible : 0
Total : 58
13651 membres inscrits

Montréal: 25 oct 21:18:01
Paris: 26 oct 03:18:01
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Gâtés, les enfants ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 24 déc 2016 à 09:34
Modifié:  24 déc 2016 à 11:48 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page




Dans le crachotement d'une cervelle brûlée, dans les chialeries qui grimpent aux globes oculaires et redescendent jusqu'au gosier, une, deux, trois et mille vagues d’écœurement comme un mauvais café avalé d'un trait.
Le tord-boyaux d'un énième matin aussi fade que les autres depuis...

Mélange de stupeur et de la nostalgia féroce, de celle qui est née avec nous quand autour d'une table de fête, on était les seuls à avoir les yeux ouverts sur le vide et la catastrophe inévitables.

On les voyait riant tous, ceux aimés passionnément, par nous, les mômes sauvages, rétifs aux caresses qui nous ébouriffaient les cheveux, aussi rêches qu'un souvenir.

Y'a pas pire que ces "je me souviens", tu te le rappelles ? On avait six ans à peine et déjà on savait...

Quoi ? Juste un grand rien. Enfin, presque...

Parce que le drame dans l'histoire, c'est que nous, on est toujours vivants. En apparence.

Mais y'a rien à faire, on a beau voiler les miroirs, se ronger la chair jusqu'aux os, les autres nous interpelleront toujours pour demander leur chemin alors qu'on n'est pas fichus de se remémorer notre adresse. Et on sursautera comme des diables montés sur ressort tellement on a perdu l'habitude des voix étrangères.
Et on voudra s'échapper du piège d'une illusion de vie et clouer le bec aux passants qui nous saluent encore, alors qu'on est pas "là".

On tapera sur des portes invisibles, on hurlera des noms - les vôtres, vous qui auriez pu nous faire croire au beau temps sous une chienne de pluie - pour qu'ils viennent nous délivrer, on chialera en dedans pis en dehors à se dégoûter du sel pour longtemps. Nous, les enfants gâtés, qu'ils disaient...



Riagal, le 24 décembre 2016.

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Maman Luciole


Tout but est un leurre, seul le voyage est véritable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
69 poèmes Liste
1603 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2012
Dernière connexion
18 octobre
  Publié: 28 déc 2016 à 09:55 Citer     Aller en bas de page

Ria

non, pas tous gâtés les enfants... tu as tellement raison...

et si certaines personnes en sont persuadées, elles n'ont qu'à lire ton texte, fort, très fort,

et pour ceux qui sont en grande souffrance, j'aurais aimé avoir les bras assez grands pour les protéger... mais comment faire...

passer sous tes lignes reste pour moi une expérience forte...



Maman Luciole

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
92 poèmes Liste
4021 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 28 déc 2016 à 13:17 Citer     Aller en bas de page


Touchée......... coulée

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
ode3117 Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
601 poèmes Liste
26159 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 28 déc 2016 à 13:55
Modifié:  29 déc 2016 à 10:02 par ode3117
Citer     Aller en bas de page

C'est un écrit comme tu sais si bien le faire, tu nous troubles, nous touches, nous fais trembler sous tes mots et on en ressent une vive émotion
Bises SOLEIL
La cigogne qui est toujours sur son clocher
ODE 31 - 17

  OM
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
6211 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 29 déc 2016 à 09:33 Citer     Aller en bas de page

Ah mon Raga
De mon temps............
c'était mieux, tous les vieux cons te le diront, bon maintenant je fais partie de ces vieux cons alors je vais te le dire autrement, je pense que plus tard ça sera pire!
dans Plus de cent ans hein, alors profitons dès à présent du bon vin ou des roses, c'est selon, ce long voyage qu'est la vie!
Bonne année .2017 et 2018 ( au cas où j'oublie hein)
Jc

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
751 poèmes Liste
15975 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 29 déc 2016 à 11:17 Citer     Aller en bas de page



Deux fois je suis venue commenter ce journal qui me touche. Ma connexion à cause du mauvais temps est incertaine...(vive la neige si elle enfin arrivera !).

A ' plus, nous sommes un peu tous de survivants en difficultés mais CHARMANTS

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
RiagalenArtem


Regards sur l'Invisible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3895 commentaires
Membre depuis
3 août 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 16 mars 2017 à 10:22
Modifié:  16 mars 2017 à 17:54 par RiagalenArtem
Citer     Aller en bas de page

Hello Mum'Luciole, Sidonie, ma Cigogne, mon JC, Lilia daragaïa, avec un grand merci pour ces p'tits mots. Suis touché...
C'est un retour...pas seulement un détour...f'in je l'espère.

J'ai pas mal de lectures à rattraper. En attendant, je vous embrasse...

(pis je signale que ma boîte à lettres est pleine, alors si je réponds pas aux mp trouvés today, je le ferai dès que possible...)

Là, je dois y aller...à très bientôt.
Paka !
Riaga-'Ria-Raga)....

  "C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible." Gustave Flaubert -
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 836
Réponses: 6

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0221] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.