Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 41
· La Brune Colombe
13206 membres inscrits

Montréal: 7 oct 07:40:12
Paris: 7 oct 13:40:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Je ne changerai pas vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 10 juin 2014 à 05:41 Citer vertical_align_bottom

Du moins, je serai incapable d'abandonner mes valeurs, qui sont ce qu'elles sont. Je n'y arrive pas, chaque fois ça me rend malade. Je ne peux pas, je ne peux pas.

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Audrey Deroze


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
829 poèmes Liste
23108 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 10 juin 2014 à 05:56 Citer vertical_align_bottom

Qui te le demande ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 10 juin 2014 à 15:31 Citer vertical_align_bottom

Personne. Mais m'y pousser, quelques uns... comme si ne plus avoir les valeurs que j'ai serait la meilleure chose à faire pour moi.

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Audrey Deroze


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
829 poèmes Liste
23108 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 10 juin 2014 à 16:01 Citer vertical_align_bottom

dis leur zut

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
1er mai
  Publié: 11 juin 2014 à 03:20 Citer vertical_align_bottom

Aude : oh, c'est fait ça.

Christine : je me pense assez solide de ce côté, n'ayez crainte ( oui, je vouvoie par défaut, je ne tiens pas à commettre d'impair). Nos valeurs changent avec le temps, mais ce ne sont pas aux autres de l'imposer ou de le suggérer de manière malsaine, je suis d'accord. Si je n'écoute pas ma conscience, elle finit toujours par se rappeler à moi; effectivement, elle m'a évité bien des déconvenues...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2085
Réponses: 4

Page : [1]

 

 
Cette page a été générée en [0,0157] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.