Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 11
Invisible : 1
Total : 13
· datura.
13216 membres inscrits

Montréal: 29 nov 19:18:55
Paris: 30 nov 01:18:55
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Nouvelles littéraires :: Aux creux de nos demain vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 20 sept 2008 à 08:15
Modifié:  20 sept 2008 à 08:16 par bonjour
Citer vertical_align_bottom

Aux creux de nos demain

Puisqu’un présent conquis s’habille en beau du temps,
La vue remaquillée d’un départ d’hirondelle
Volant un pieux printemps à l’azur citronnelle
Imitant la moirée des belles de l’étang.
Existent des idées plus folles que l’amour
Au lieu de nos deux cœurs en rêves d’une nuit,
S’ouvre l’âme à la Vie pour s’éprendre aujourd’hui
Aux creux de nos deux mains jusqu’à la fin des jours.

En chapardant l’instant aux abords de l’enfance
Ce plein air si serein que les pins acidulent,
Ils jouaient tendrement à de grands funambules
Sur le fil délicat de la belle insouciance…
Il était ce garçon plus léger qu’une idée,
Elle était cette fille à l’élan félidé…
Dans nos cœurs sans un bruit : Ces souvenirs battants…
Puisqu’un présent conquis s’habille en beau du temps !

Quel est ce rendez-vous ? Ce fou qui nous arrive ?
Ce bleu placide ancré ? Cet or au bout de langue ?
Âme de vent baignée aux cours du Gange tangue
Quand plonge le destin que son cadeaux nous rive
Pour atteindre le ciel, touchant les horizons
Sur les divins couchants de prochaines saisons.
En mon iris obscur s’éclaire ta prunelle ;
La vue remaquillée d’un départ d’hirondelle.

Ils s’étaient tant aimés… Alors s’aiment encor !
Au jardin libéré de l’étreinte éphémère,
Plantent le lit vivant d’un baiser outremer,
Puis après trop d’années, sèment enfin leurs corps.
Épanouissent alors le fruit de leur naissance,
Ce délice juteux d’une réminiscence.
Découvrant un amour à l’aire ascensionnelle
Volant un pieux printemps à l’azur citronnelle.

L’union calligraphiée sur un livre satin
De son galbe élégant si jalousé des nymphes
Capte la volupté dessinée par un sylphe*
Sur le grimoire ailé de nos tendres matins
Qu’alors un vent coquin adoucit le rivage,
Soufflant dru sur les grains amorce l’accostage
Vers un désir teinté rose compromettant
Imitant la moirée des belles de l’étang.

Je sais la voie du sage et apprends à me taire…
Ton ami le sourire allume ton visage…
Au chemin du hasard en suivant les présages
La rencontre magique engendra notre terre.
Depuis, d’une ombre pure un sablier caresse
Sa seconde d’automne installant notre ivresse,
En nos esprits féconds pour rimer ce retour,
Existent des idées plus folles que l’amour.

La belle au bois dormant rit de sa renaissance.
Plus crapaud que charmant le prince à sa beauté
En obole d’aimer posée sur le papier.
Si, de mon point de vue, je n’avais d’importance
Auprès de ton aura l’essence devient fière
Lorsqu’en songe léger s’étale dans l ‘éther ;
L’ombilical discret qui fleurit sans ennui
Au lieu de nos deux cœurs en rêves d’une nuit,

L’hymen du premier mot Trésor, te fut offert
Je veux qu’il soit aussi le dernier prononcé
Que personne ne prête un goût de renoncer !
Je ne sais respirer que pour te satisfaire.
Une petite place enfante un grand honneur
Qu’alors te retrouver se prénomme bonheur
Le temps reste garant d’amour en usufruit
S’ouvre l’âme à la Vie pour s’éprendre aujourd’hui.

Je retrouve ma foi laissée si loin derrière
pour croire de nouveau à la saine existence
Jurer ma dévotion au pieux de ta présence.
La chaleur de tes doigts pour unique prière,
Mes souvenirs de toi en plus humble fortune
Le contact précieux des cheveux couleur prune…
Je peux m’éteindre alors content de mon séjour
Aux creux de nos deux mains jusqu’à la fin des jours.

Aux creux de nos deux mains jusqu’à la fin des jours
S’ouvre l’âme à la Vie - pour s’éprendre aujourd’hui -
Au lieu de nos deux cœurs en rêves d’une nuit.
Existent des idées plus folles que l’amour
Imitant la moirée des belles de l’étang,
Volant un pieux printemps à l’azur citronnelle :
La vue remaquillée d’un départ d’hirondelle
Puisqu’un présent conquis s’habille en beau du temps…

Laure.

 
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 22 sept 2008 à 05:04 Citer vertical_align_bottom

Oui, c’est ça !
Le passé se mêle au présent…
Puisqu’il s’agît de la re-naissance d’un (premier) amour d’enfance…
Quelques décennies plus tard…

Merci d’avoir pris de temps pour tout lire et en plus celui de me laisser une trace…

Amitiés à l'idem

 
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 27 sept 2008 à 14:38 Citer vertical_align_bottom

Merci Roxane...
à bientôt "chez" toi !

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1768
Réponses: 2
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0193] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.