Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 16
Invisible : 0
Total : 17
· M@ry Re@d
13192 membres inscrits

Montréal: 29 juin 05:10:31
Paris: 29 juin 11:10:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: La grande âme... vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 31 jan 2009 à 10:03 Citer vertical_align_bottom

(version 2009)

Einstein a déclaré :
«les générations futures auront du mal à croire qu'un tel homme de chair et de sang a réellement existé »



Protège tes enfants au sacré de ton eau
Toi ! L’Inde des croyants, toi qui fus Son berceau
Je changerai en moi ce qui gène en ce monde
Quand violence est loi de l’animal immonde.
Lorsque je dis Ton nom, Vois ! Ma gorge se noue,
La haine est abandon des hommes à genoux.
Toi, le Marchand de paix, Père de nation
L’amour ne meurt jamais il « vit » Ton action.

Tu nais un jour d’automne au signe d’altruistes
Où Ta mère fredonne en valeurs hindouistes,
D’autres religions T’offrent la tolérance
Pour but qu’en régions trône l’indépendance
Ta terre écartelée aux sangs de ses sillons
Ne sait pas T’oublier, Toi ! Qui portais haillons
Sur la route du temps et malgré leur défaut,
Protège Tes enfants au sacré de Ton eau.

Mariage à douze ans, ne pouvant qu’un : « amen »
Tu T’indignas longtemps de si précoce hymen
La Bhagavad-Gita influença Ta quête
Autant que le Bouddha, Jésus ou Mahomet.
À Londres retranché Tu devins avocat
Acceptes de trancher entre hindous et bourgeois.
En ton cœur flamboyant Il y puisait le mot
Toi ! L’Inde des croyants, toi qui fus Son berceau.

Puis l’Afrique du sud pressent naître Ta voie
Puisque la négritude enlève toute loi.
Quant à la trahison pour Ton déséquilibre :
Garde t’on en prison le plus bel esprit libre ?
De première victoire au goût du non-combat
Indiens liés aux noirs raflent le même droit.
« Je ne veux pas de rois mais la Terre plus ronde,
Je changerai en moi ce qui gène en ce monde »

Tenant l’abrogation de préjugé racial
Tu prends la direction de Ton pays natal,
Vis en communauté dans le sein d’un ashram
La vie en liberté pour le repos de l’âme…
Les Travailleurs en grève ont en Toi leur seul lien
Aux abords de ce rêve où ton aura soutient
Mais un jour les soldats tirèrent à la ronde ;
Quand violence est loi de l’animal immonde.

Et puisque l’homme chute ; en son propre sang, flotte
Tu transformes Ta lutte : entames boycott
Encore emprisonné Ton mouvement halète
Mais prend t’on sa pensée à l’âme si complète ?
Un simple mot de Toi, l’Inde s’immobilise
Sans arme que Ta voix Tu sais stopper la crise.
J’ai ma religion : je T’aime plus que tout
Lorsque je dis Ton nom, Vois ! Ma gorge se noue.

« Enfants de Dieu » ; parias, accéderont aux temples
Alors Tu marcheras en offrant un exemple,
Du sel contre le vil mais pour finir en taule,
Sédition civile envers le monopole.
Tu voulais nous servir sans confort personnel
Non pas Te garantir une place au soleil,
Tu offres le pardon, plantes l’amour partout
La haine est abandon des hommes à genoux.

Si prisé en Europe en obstiné sans faille
De gérance myope effondres la muraille
Contre les dissensions Tu opposes l’ascèse
Nulle reddition ; non-violence est Ta thèse.
Quand s’éteint Ta compagne au nu de Ta présence…
Tu croupis dans Ton bagne au songe indépendance.
En mon cœur désormais je sais l’Opinion
Toi, le Marchand de paix, Père de nation.

Musulmans et Hindous en armes se déchirent
Et l’Homme le plus doux n’empêchera le pire :
L’inde dans sa dérive autonome et si folle…
Cinquième tentative et puis Tu gis au sol
La veille notre « Héros » savait mort imminente.
« Hé Ram » ultimes mots au Dieu qui représente :
Droiture, humilité, courage, abnégation,
L’amour ne meurt jamais il « vit » Ton action.

L’amour ne meurt jamais il « vit » Ton action
Toi, le Marchand de paix, Père de nation,
La haine est abandon des hommes à genoux
Lorsque je dis Ton nom, Vois ! Ma gorge se noue.
Quand violence est loi de l’animal immonde
Je changerai en moi ce qui gène en ce monde.
Toi ! L’Inde des croyants, toi qui fus Son berceau
Protège tes enfants au sacré de ton eau.

 
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
17 juin 2021
  Publié: 31 jan 2009 à 11:39 Citer vertical_align_bottom

Je m'agenouille, j'applaudis, je tire mon chapeau, j'embrasse le sol.

Bravo.

Bravo pour ce poème magnifique....un hommage a cet homme........
Quand je dis beau, je pense magnifique, alors si je te dis magnifique... penses ce que tu veux..

Merci pour cette lecture.

Camille.

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
23748 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
24 janvier
  Publié: 31 jan 2009 à 13:12 Citer vertical_align_bottom

merci pour cet excellent poème !

amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Athenea


quand l'élève est prêt, le maître apparait.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
2526 commentaires
Membre depuis
4 août 2008
Dernière connexion
7 décembre 2015
  Publié: 31 jan 2009 à 16:33 Citer vertical_align_bottom




Excellent, tant dans la forme que dans le fond. Chapeau bas.



Athénéa

  L'essentiel est invisible avec les yeux
D a r l i n'


Le néant me semble à présent un peu moins triste.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
524 commentaires
Membre depuis
20 septembre 2006
Dernière connexion
7 novembre 2015
  Publié: 31 jan 2009 à 16:52 Citer vertical_align_bottom

Très belle écrit
rien à dire.
Merci pour la lecture




Désinvolture.

 
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 1er févr 2009 à 06:20 Citer vertical_align_bottom

Il ne faut pas Lastum, ce ne sont que des mots…
Cependant, « Bapu » le mériterait, Lui
Merci

Merci de l’avoir lu, James

Merci Athénéa

Que les jeunes comme toi, Désinvolture, le découvre ou s’en rappelle est un joli cadeau
merci


 
bonjour
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
471 commentaires
Membre depuis
14 août 2008
Dernière connexion
19 septembre 2009
  Publié: 8 févr 2009 à 06:28 Citer vertical_align_bottom

Merci...
Aussi d'être si souvent présent...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1392
Réponses: 6
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0285] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.