Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 18
Invisible : 0
Total : 20
· glycine · PierreCell
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 18:55:21
Paris: 3 déc 00:55:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Lettres ouvertes :: Correspondance Magik_rune & Sunila (4) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Avertissement

Ce texte peut ne pas convenir à certains lecteurs.



Page : [1]
Magik_Rune


Il est toujours possible d'espérer, et c'est justement cela qui est désespérant.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
80 poèmes Liste
1489 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2002
Dernière connexion
11 avril 2013
  Publié: 11 nov 2004 à 12:49
Modifié:  25 oct 2010 à 05:19 par Lunastrelle
Citer vertical_align_bottom

À Sunila, ma chair et mes os,

Avant d'écrire plus loin cette présente lettre, je suis dans le regret de vous annoncer que je ne pourrai comparaître le 14 décembre prochain. Pourquoi ? C'est simple. Voici ma raison : je mourrai d'un cancer de la colonne vertébrale.

Ce sera par un soir horrible. Clair, chaud, parfumé, sensuel.

Je mourrai d'un pourrissement de certaines cellules peu connues ; je mourrai d'une jambe arrachée par un rat géant jailli d'un trou géant...1

J'espère que mon argumentation vous semble convaincante et appropriée. Apparemment, citer du Vian est le remède à tous les mots.2

Enfin... Après lecture de votre dernière lettre3, je dois une fois de plus m'opposer à votre point de vue.

Voilà.

Je m'oppose.

Passons à autre chose. Nous ne devons pas ressasser les même sujet si nous ne voulons pas que baissent les cotes de lecture de notre feuilleton de cyber-réalité.

Oui, la médiocrité existe, oui, elle est omniprésente, c'est inévitable. Ce n'est bien entendu pas une raison pour organiser une chasse aux mauvais poèmes (communément appelés "poèmes"), ou (pire) une chasse aux mauvais poètes (communément appelés "poètes"). Loin de moi cette idée.

Mais éviter un extrême signifie-t-il verser dans son opposé ?

Que signifie ce culte, cette religion de la médiocrité ?

J'ai déjà tenté de définir ce que la Poésie n'est pas.4

Je vais me risquer à énoncer ce qu'elle est, au moins en partie :

Elle est changement. En fait, le mot "changement" est bien faible. Elle est Révolution. Ce n'est pas en s'appuyant sur ce qui s'est déjà fait que l'art (il est possible de généraliser, dans une certaine mesure) évolue, mais au contraire en s'y opposant (sans toutefois renier systématiquement), en détruisant un édifice qui déjà ne faisait qu'ingurgiter ses propres déjections. (Si certains s'y reconnaissent, à la bonne heure.)

Oui, la médiocrité existe, mais qu'est-elle vraiment ? Est-elle réellement tapie au fond d'un lac, tel un génie des profondeurs ? Ou n'est-ce pas plutôt dans l'eau stagnante d'un étang où elle vit en apnée qu'il faut la chercher ?

Un message aux poètes qui n'hésitent pas à taxer de médiocre "ces merdes" qui flottent un peu partout dans le bain parfumé de leur complaisance : Berg. Et lisez Gargantua, de Rabelais (vous savez, dans la Pléiade...) : c'est probablement plus scatologique que tout ce qui s'est fait en "merde" sur ce site. Le pauvre se ferait lapider s'il postait ici (et s'il était en état de le faire. Du genre assez vivant pour ça. En tout cas). Et pourtant...

Sur ce, j'ose attendre votre réponse, Sunila.

Au revoir.

Guillaume


1 Message aux chasseurs de mythomanes : si vous me poursuivez, sachez que je n'aurai pas d'arme et que vous pourrez tirer.5
2 Oui, à tous les mots. Un problème avec ça ?
4 Quelque part sur le site. Si vous voulez lire cette intervention, voyez la chose comme une chasse au trésor...6
5 J'aime bien Vian, mais je soutiens qu'une argumentation qui se compose d'une seule citation est déficiente.
6 Bonne chance !

  À force de brûler de désir, l'être se carbonise, et les cendres viennent assécher les larmes...
Page : [1] :: Réponses non permises

 

 



Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2334
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0169] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.