Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 6
Invités : 15
Invisible : 1
Total : 22
· In Poésie · CIELBLEU69 · pyc · Fried · marchepascal · Dukes
13217 membres inscrits

Montréal: 2 déc 16:59:15
Paris: 2 déc 22:59:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: Cronos, ou la lente digestion vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
Timoline


Mais nomdidjou, il est où cet interrupteur ??
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
6 février 2008
Dernière connexion
3 juin 2017
  Publié: 27 nov 2010 à 10:14
Modifié:  28 nov 2010 à 09:32 par Timoline
Citer vertical_align_bottom

Elle : - tiens, ta montre... elle n'avance pas un peu ?
Lui : - euh non
Elle : - ah bon. Il n'est pas 11h15 ?
Lui : - environ, si
Elle : - j'avais cru voir 25 sur ton poignet
Lui : - oui, juste. Je vois ce que tu veux dire
Elle : - ce que je... te suis plus là
Lui : - non, en fait je ne suis pas un fan de tout ce qui est horaire, calendrier, agenda, etc. Le stress de la ponctualité, très peu pour moi.
Elle : - donc ta montre galope toute seule depuis des années...
Lui : - ben je l'ajuste quand même de temps en temps
Elle : - alors là mon vieux, je pige plus rien
Lui : - bon, si tu veux, autour de moi c'est dingue comme tout fonctionne à la minute près. J'ai dû songer un peu aux autres et pour ne pas être en retard trop souvent, j'avance ma montre de 10 minutes pour être plus à l'aise.
Elle : - ah ok, je me disais aussi... Tu m'as répondu qu'elle n'avançait pas...
Lui : - je ne m'en rends plus compte en fait
Elle : - et ton truc alors, ça marche ?
Lui : - oui... En tout cas au début oui
Elle : - au début ?
Lui : - oui, maintenant c'est vrai que je corrige mentalement, l'habitude quoi
Elle : - houlà, donc tu lis 25 et tu penses 15 ?
Lui : - c'est un peu ça oui
Elle : - et cela ne donne plus rien comme avantage sans doute. Tu ne devrais pas te remettre à l'heure juste ?
Lui : - j'y ai pensé mais… j'aurais le dos au mur, et avec cette correction dont j'ai pris l'habitude...
Elle : - tu crains d'accumuler les retards ou de devoir faire sans cesse du contre-la-montre
Lui : - quelque part il faudrait que je rajoute 10 minutes pour retrouver l'effet du début
Elle : - hé bé pour quelqu'un qui veut échapper au stress horaire, en finir par se créer un fuseau propre, qui change à chaque saison...
Lui : - bien sûr cela n'a pas de sens, cette manière de fonctionner m'isolerait de plus en plus, or seul je n'ai aucun besoin de montre, de temps objectivé.
Elle : - marrant cette expression de temps objectif... C'est vrai qu'il est totalement subjectif, d'ailleurs pour se le représenter il faut le spatialiser...
Lui : - tout à fait, et le plus drôle est que dans cette dimension objective, le présent n'existe pas, impossible à figer
Elle : - c'est vrai. Donc c'est cela que tu souhaites préserver: ton temps subjectif.
Lui : - tu as tout compris
Elle : - mais ta décision a priori anodine de mettre dix minutes entre toi et les autres, tu n'as pas l'impression qu'elle t'enferme carrément et bien plus qu'eux encore, dans une sorte d'obsession du temps et du calcul horaire ? Comme si tu...
Lui : - bah c'est bon, on va pas en faire un plat pour dix petites minutes hein, puis faut que je file moi, je vais être complètement à la bourre si ça continue. Allez ciao !

 
Tilou8897 Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
678 poèmes Liste
18729 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 27 nov 2010 à 11:48 Citer vertical_align_bottom

Je crois que c'est, entre autre, pour ça que j'ai mis ma montre dans un placard, y a quelques années...

(on dirait presque du Beckett)

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
133 poèmes Liste
7766 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 27 nov 2010 à 16:26 Citer vertical_align_bottom

j'aime beaucoup !
je ne porte pas de montre, et tout ce qui donne l'heure chez moi, donne la même heure, les minutes .... c'est secondaire, mais ca doit avancer.. suis rarement à la bourre..



  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Au Nom de la Rose


Une fleur de sang, pour tous les maux de la Terre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
96 poèmes Liste
1651 commentaires
Membre depuis
21 décembre 2004
Dernière connexion
30 avril 2016
  Publié: 27 nov 2010 à 17:00 Citer vertical_align_bottom

Le temps me donne des ulcères. Plusieurs choses dans une journée, ou une semaine, me stress.

J'aime le calme, l'hébétude. Dans la lune.

Décider au jour le jour de où j'irai, ce que je ferai et pourquoi je le ferai.

Je trouve toujours quelque chose de toute façon.

La seule chose qu'il y a toujours à l'horaire, c'est écrire.

J'ai aimé, vraiment, cette lecture. Ça donne beaucoup de perspective.

Merci.

David

  La culture et la science ne nous aident pas à aimer.
Timoline


Mais nomdidjou, il est où cet interrupteur ??
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
6 février 2008
Dernière connexion
3 juin 2017
  Publié: 28 nov 2010 à 09:28 Citer vertical_align_bottom


Merci à vous quatre.

Ce petit bout de journal c'est surtout le temps qu'il voudrait tuer...
Et bizarrement lui se porte toujours très bien, c'est plutôt nous qui morflons au final

Petit clin d'oeil au tableau de Goya, qu'on pourrait imaginer sur le cadran de ladite montre... un peu de fraîcheur quoi

Sioux

T.



 
datura.


Il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
288 poèmes Liste
710 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 29 nov 2012 à 17:12 Citer vertical_align_bottom

c'est un peu comme si c'était hier, il y a deux ans

 
Timoline


Mais nomdidjou, il est où cet interrupteur ??
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
225 commentaires
Membre depuis
6 février 2008
Dernière connexion
3 juin 2017
  Publié: 29 nov 2012 à 17:36 Citer vertical_align_bottom

Salut mister Daraut, oui tu as raison... Rien n'a changé, si ce n'est moi-même, complètement étranger ici, maintenant

Que tout t'aille bien

T.

 
Lumie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
24 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2012
Dernière connexion
5 juin 2017
  Publié: 30 nov 2012 à 10:32 Citer vertical_align_bottom

On s'en fiche c'est rigolo les décalages. De l'absurde de situation. Des retards et des avances. Les corrections et les oublis de correction.
Ca me donne un
sourire.

 
MonCielEstCrypté


Penser l'impensable, Nommer l'inommable, Contester l'incontestable
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
479 commentaires
Membre depuis
13 mars 2011
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 30 nov 2012 à 19:24 Citer vertical_align_bottom

J'adore toujours

  T'es bien jolie, mais est-ce que tu fond sur la langue?
Jeanne


Les mots savent de nous ce que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
1213 commentaires
Membre depuis
15 février 2012
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 3 déc 2012 à 16:54 Citer vertical_align_bottom

Comme l'impression de revisiter une scène déjà vécue...Je me suis retrouvée à avancer ma montre de 10 minutes pour à nouveau..."préserver mon temps subjectif". ça me plait bien !


Blottie

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1218
Réponses: 9

Page : [1]

 

 
Cette page a été générée en [0,0244] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.