Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 18
Invisible : 1
Total : 22
· Luciole321 · Avraham · JYL
13217 membres inscrits

Montréal: 3 déc 14:05:32
Paris: 3 déc 20:05:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Le coin de la technique : Les formes poétiques :: Haïku d’hiver (variantes rythmiques et annotations) vertical_align_bottom arrow_forward_ios

Page : [1] :: Répondre
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 27 juil 2010 à 09:45
Modifié:  22 sept 2011 à 09:04 par Ashimati
Citer vertical_align_bottom





le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   tout à coup
ce   rameau se casse





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / tout à coup / ce / rameau se casse *


2 2 1 ~
2 2 2 1
1 2 2 ~ **

* Ici, les coupes rythmiques propres à la poésie française. Ces coupes coïncident avec chaque groupe de sens dégagé (C'est ainsi que l'on comprend notre langue quand nous l'entendons, par reconnaissance de ces groupes).

** Le texte est de plus calé sur les plus petites unités de prononciation propre au japonais.
Dans le haîku du Moyen-Age écrit en japonais, un mot de trois syllabes se compose de deux unités de prononciation : 1 2 ou 2 1, un mot de quatre syllabes de deux unités : 2 2.
Pour peu que l'on prononce distinctement les syllabes, trouvant dès lors très naturellement la position des accents, cette réduction devient discernable dans le français.

1 - Mots de césure cinquième et douzième (double Kireji). Un petit tour de force   lol
Le mot de césure peut-être cinquième, septième, huitième, neuvième, dixième ou douzième.

La ~ représente un temps (qui n'est pas nécessairement une pause dans le cas de la première) comptant pour une unité de prononciation mais non retenue en japonais dans le décompte des 17 mores. Les poètes japonais y furent sensibles dans les temps anciens.

Les mores sont un découpage bien plus fin de la syllabe que dans notre langue. Nous pourrions les écrire selon ce mode et cela nous mèrerait à des formes bien plus brèves que le haïku (3/5/3 - 2/5/2 - 3/7/3 - 2/7/2 et pourquoi pas 3/3/3 ou le 4/4/4 de l'alexandrin romantique).

L’insistance sur le « ce » amène à le prononcer seul dans le corps de la phrase tout comme « fort ».

Note : j’ai découvert le rythme interne des haïku japonais du moyen âge par mes propres moyens il y a près de deux ans mais cette découverte remonte à une quarantaine d’années (seulement).




le vent
            forcit
                    / fort /
                                jusqu’à
                                             ce que /
                                                           tout à
                                                                     coup
                                                                             / ce /
                                                                                      rameau
                                                                                                   se casse




Variantes rythmiques



Ces variantes, outre leur ryhtmique différenciée, visent au placement plus ou moins libre des divers groupes de sens qui compose le haïku, ce que permet bien le japonais, plus difficilement le français.




***




le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   ce rameau
casse   tout à coup





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / ce rameau casse / tout à coup



2 2 1 ~
2 2 1 2
2 2 1 ~

Mot de césure cinquième (Kireji)
Pas de pause entre « rameau » et « casse »
5/12 (au lieu de 5/7/5) est acceptable et accepté dans le haïku japonais.
12/5 également.


***




le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   ce rameau
tout à coup   se casse





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / ce rameau / tout à coup / se casse



2 2 1 ~
2 2 1 2
2 1 2 ~

Mot de césure cinquième (Kireji)


***




le vent forcit   fort
tout à coup   jusqu’à ce que
ce   rameau se casse





le vent forcit / fort / tout à coup // jusqu’à ce que / ce / rameau se casse



2 2 1 ~
2 1 2 2
1 2 2 ~

Mots de césure cinquième et douzième (double Kireji)
Insistance sur le « ce »
Césure huitième // propre à la langue française


***




le vent forcit
jusqu’à ce que   tout à coup
se casse ce rameau





le vent forcit // jusqu’à ce que / tout à coup / se casse ce rameau



est une variante Kumagatori (Hachô) – 4/7/6 (17)

2 2 ~
2 2 2 1
1 2 1 2 ~

Pas de mot de Césure (Kireji)
Césure cinquième // (facultative) propre au français.


***




le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   tout à coup
se casse ce rameau





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / tout à coup / se casse ce rameau



est une variante Ji amari – 5/7/6 = 18

2 2 1 ~
2 2 2 1
1 2 1 2 ~

Mot de césure cinquième


***




le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   tout à coup
ce rameau casse





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / tout à coup / ce rameau casse



est une variante Ji tarazu – 5/7/4 (16)

2 2 1 ~
2 2 2 1
1 2 1 ~

Mot de césure cinquième


***




le vent forcit   fort
jusqu’à ce que   tout à coup
rameau se casse





le vent forcit / fort / jusqu’à ce que / tout à coup / rameau se casse



est une variante Ji tarazu – 5/7/4 (16)

2 2 1 ~
2 2 2 1
1 2 1 ~

Mot de césure cinquième

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Tilou8897 Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
678 poèmes Liste
18729 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 27 juil 2010 à 14:30
Modifié:  27 juil 2010 à 16:22 par Tilou8897
Citer vertical_align_bottom

J'ai à peu près tout suivi... Mais je m'interroge sur un point... L'usage de telle ou telle variante a-t-elle de manière "codifiée" une conséquence sur l'intention ou le sens de l'haïku... Ou bien n'est-ce que des aménagements liés simplement à une "nomenclature" basée sur la rythmique ?

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 27 juil 2010 à 18:30 Citer vertical_align_bottom

Bonsoir, Tilou8897 !

Merci pour votre questionnement.

Nulle incidence quant à l’intention du Haïku, juste une variation de sens, au plus. Du moins pour ceux que j’ai pu écrire.

« Le vent forcit, fort tout à coup » alors que dans tous les autres seule la casse du rameau est soudaine, subite.

Pour le lecteur et l’écoutant japonais du Moyen-Age, au contraire, cela devait certainement induire quelques finesses de sens, quelques subtilités quant à l’intention du haïku et plus probablement de son auteur, un trait de caractère propre à chacun, un peu comme une signature.

Mon but premier était plutôt de trouver la forme la plus harmonieuse quant au rythme en étant au plus proche de la musicalité propre à la poésie telle que nous la pratiquons, voire de celle d’une prose rythmée.

La découverte d’un rythme interne, harmonique, dans les haïkus du Moyen-Age m’a amené à adapter, autant que faire se peut, ce rythme au français : le résultat est une prose rythmée, pour ainsi dire cachée, au sein même de ces trois petits vers comme dans les haïkus japonais des anciens temps.

Mon second travail dans ces haïkus est d’atteindre un positionnement plus ou moins libre des divers groupes nominaux qui les composent, un peu comme une pièce à géométrie variable, d’où « l’aménagement » en des écritures variées du même morceau.

Mais je dois bien concéder que l’écriture en est particulièrement ardue, surtout le premier jet, malgré le caractère de simplicité qui peut en ressortir à la lecture.

Le but ultime que je poursuis est un haïku fait de noms communs en visant le dépouillement sémantique sans pour autant perdre le sens poétique et c’est là qu’un rythme propre, interne, caché mais révélé par les mots eux-mêmes lors de leur diction, devrait lui conférer toute sa dimension.

Et je dois bien dire que cela est une autre paire de manches.

En tout état de cause, les poètes japonais du Moyen-Age ont bien établi une nomenclature basée sur le rythme. Et c’est là ce qu’il m’a plu de reproduire, d’adapter. Cette codification explique que les poètes de cette époque n’écrivaient que 2 à 3000 haïkus dans une vie alors qu’au dix-neuvième, le code ayant été délaissé puis perdu, il pouvait s’en écrire 30 000, aujourd’hui 300 000, dans une vie.


Amicalement,

Eric


Note : un autre de mes travaux sur le haïku est l’écriture de pièces mesurées comme le faisaient les grecs anciens (Syllabes brèves et longues, accentuation). « la feuille » publiée sur ce site en est un exemple.

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Tilou8897 Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
678 poèmes Liste
18729 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 3 août 2010 à 14:33 Citer vertical_align_bottom

Ca pourrait presque s'apparenter à la systématique appliquée au haïku...

En tout cas, merci de ta réponse aussi complète et longue...

De toute évidence le sujet te passionne et rien que ça... Ca fait plaisir à lire...

Je ne partage pas forcer la même "fascination" pour le haïku... Je pense, plus par goût que par manque d'intérêt par rapport à la forme... En revanche, le travail sur le rythme et les groupes en tant que signature... Cela m'intéresse grandement... La note particulière de chaque "plume" vient de là...

Et c'est peut-être cela qui m'éloigne du haïku... L'enfermement dans un rythme trop "codifié" autant qu'étroit... Compliqué d'y garder sa marque de fabrique...


Amicalement

Tilou

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 4 sept 2010 à 18:52
Modifié:  4 sept 2010 à 18:53 par lastexit
Citer vertical_align_bottom

Merci, Tilou8897 !


Les vacances se terminent. Me voilà de retour.
Désolé donc d'une réponse si tardive.

"Compliqué d'y garder sa marque de fabrique..."

Oui ! Comme tu dis !

L'on aurait du, quand il fut introduit en France, adapter le haïku à notre propre poésie en adoptant une forme féminine qui, elle, nous est plus naturelle (4/6/4 ou 6/8/6) plutôt que de s'empêtrer dans la forme trop masculine du haïku japonais (et ce avec l'avantage non négligeable d'éviter l'écueil de la prose dans ce type de poésie fort courte).

Je commence à prendre ce genre de liberté et en retire une bien plus grande satisfaction.



A++, éric.

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
545 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 11 avr 2011 à 16:57 Citer vertical_align_bottom


lol

« Mouais ! Mouais ! Mouais !... »

lol


Mouais ! (De Ouais ! avec prosthèse de m, la lettre "m" ou peut-être le chanteur "M") : (Familier) marque l'affirmatif, forcé ou contraint, ou tout simplement une affirmation de pratique, et non de principe, par « obligation » ; un « oui » dubitatif ou insatisfait. (Source : Wiktionnaire, le dictionnaire libre).



lol

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2486
Réponses: 5

Page : [1]

 

 
Cette page a été générée en [0,0266] secondes.
 © 2000 - 2022 VizFX.ca - Tous droits réservés  | Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.