Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 169
Invisible : 0
Total : 170
· Xingu
13361 membres inscrits

Montréal: 20 oct 16:19:37
Paris: 20 oct 22:19:37
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Journal :: "le Sujet ne peut être vide" j'essayerais d'en rire... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
6 juin 2020
  Publié: 8 juin 2010 à 20:51
Modifié:  9 juin 2010 à 13:11 par Astre
Citer     Aller en bas de page

Quand tout ce qui semblait être vrai...

Quand tout ce qui était vrai...

Quand tout s'écroule... c'est peut être ça la réalité.

Tout s'écroule autours de moi, et je ne comprends pas, peut être jamais...

***

Il n'y a pas de musique qui accompagne mes pensées ce soir, mes mots n'en demande pas, mes mots s'en foutent, mes mots tu t'en fou...

Je n'ai pas essayé d'être amoureux, je l'étais...
Enfin le suis-je toujours?

J'aimerais vous supplier de me donner des mots, de ceux qui savent crier, qui savent hurler, qui savent déchirer ce putain de silence.
J'aimerais vous prier de me donner le désir de ne pas m'enfuir, de ne pas devenir la Haine, la Rage, la Violence de l'homme.

***

Je ne pleure pas... je ne peux plus... la signification d'une larme m'est perdue. Je me hais.

Qu'ais je fais? Mais dis le moi? Hier à cette même heure je souriais des mots que je désirais t'offrir...
Des poèmes je t'en ai écris il y en a d'autres, tant d'autres, que j'ai sur le cœur, que j'ai dans le sang... je ne peux pas dire que ma plume s'en est allée, non elle reste, là, à mes côtés, mais elle tremble, mes doigts tremblent sur le clavier... il y a tout qui frissonne.

Il n'y a toujours aucunes larmes dans mes yeux, j'espère que cela pourra te consoler. Non je ne pleure pas, même pas de l'intérieur. Il y a toujours cette cascade d'amour qui s'écoule, qui se répand dans ma vie... je n'ai toujours pas compris que les vannes de ces eaux viennent de se fermer... ce n'est pas possible, il était écrit "éternité"...

Naïf, gentil, j'essayais de ne pas être égoïste... j'avais devant les yeux l'utopie de l'amour, le don de soi à l'autre, entier... corps et âme... construisant, bâtissant... je ne sais même plus quoi... peut être une vie, la notre... enfin je ne sais plus... c'est le trou dans ma tête, le trou noir là haut...

Astre... ridicule, puéril, profil d'un parfait imbécile... une étoile, un soleil diurne, nocturne, remplissant certains cieux ou éteignant ses feux pour ne pas se faire voir
Un astre, la blague de l'utopiste, la blague de l'ami, la blague de l'aimant... Oh !! Certes une blague, mais un bel utopiste, un bel ami et un bel aimant... enfin se croyait il ainsi !! Splendeur et décadence... l'orgueil de l'imbécile est celui de se croire gentil, aimable, sociable... un bien bel imbécile.

Mais je ne veux pas revenir en arrière, je ne veux pas tomber dans cette torpeur de violence... mes poings ont suffisamment frappés les murs, mes dents ont suffisamment grincé... je ne veux pas de cette haine, je ne veux pas de ce contraire qui m'appel... le sang appel le sang comme l'amour appel la haine, le rouge s'y retrouve obscurcis tout les sens...

Je ne veux plus écrire l'agonie, la solitude, l'errance, l'enfer...

Je veux être vide, ne plus sentir, ne plus respirer, ne plus ressentir... même ce mot est bidon "ressentir"...

D'un côté se trouve l'illusion de l'autre l'illusoire... un monde naïf, à l'autre qui l'est tout autant... blanc ou noir... le gris n'existe pas, il n'a jamais existé, enfin ceux qui s'y trouvent n'existent pas... Un blanc luminescent tel un astre, ou les ténèbres infernales d'un trou noir, une étoile en vie, ou une morte.... si l'on peut parler d'étoile bien sur...

***

Je t'aime
Tu m'aimes

Je me hais
Tu te hais


Qu'ais je fais
Qu'as tu fais... oui mais qu'as tu fais.... m'as tu brisé où t'ais je conduis à le faire....

***

J'ai envie de me mordre, d'arracher ce cœur qui avait trouvé le repos... me foutre en lambeaux, en cendre, une charpie de sentiment qui ne savent s'exprimer...

Le duel d'un cœur... un duel que tu m'imposes en ne sachant pas les armes que je gardais... un duel entre mon égoïsme et mon moi... ça va être un putain d'holocauste.

***

J'ai volé le temps.... oh oui !! Et bien mal m'en pris, il se venge toujours. Une seconde, un clic... une seconde, je reçois... je lis... et j'écris... ce n'est pas la durée d'une vie, enfin qui sait ce que peut durer une vie... je ne sais plus... je ne l'ai jamais su... enfin je viens de le comprendre. Tu t'éloigne...

N'étais tu pas déjà assez loin ? J’ai attendu, Dieu sait que j'ai attendu, partie toujours à l'autre bout du monde, je t'attendais...

***

Je me suis toujours fais quitter... le rire se coince dans ma gorge, ne sortira t-il plus?
J'aimais... peut être trop, je ne savais pas qu'on pouvait aimer différemment... ou bien l'un de nous n'a jamais su ce qu'était ce verbe.

***

J’ai écris avec sincérité chacun de mes poèmes, j’y ai mis toute mon honnêteté… crois tu qu’il me sera possible de repartir en une amitié… faire comme si…

M’as-tu lu, n’as-tu pas vu ce que mes émotions clamaient ?

Putain de romantique de merde… je me hais… je devrais pleurer toutes les larmes de mon corps, puis t’harceler de messages, t’appeler et essayer de te retenir… mais non, mes yeux sont secs, et si j’écris ceci c’est peut être parce que tu ne le liras jamais, tu ne viens pas ici, pourtant c’est l’un de mes jardins secrets…

Alors à quoi sert ces mots… je pourrais interdire les réponses et faire comme si c’était personnel, alors pourquoi publier dans ce cas ? Serait ce pour recevoir un réconfort ? Ce serait assez comique, celui qui d’habitude apporte un sourire, en demanderait en retour ? Je pourrais moi-même me les écrire, j’y suis habitué et fais d’assez jolies tournures…

« Alors quoi, vas-tu nous dire adieux ou au revoir, est ce un appel de détresse, tu veux te suicider ? » Ce serait naïf de lire cet écrit ainsi, vous m’avez lu et vous savez qui je suis… ma plume n’est pas morte, elle tremble juste… les vannes sont fermées, mais qui sait encore combien de temps, les eaux de sa vie s’écouleront elles ?

J’ai 19 ans, merde la vie est devant toi, les chagrins d’amour à cet âge passent et s’effacent, Gad m’amènerait les filles du dicton et je trouverais sûrement l’âme sœur… à un détail près, je ne suis pas de ces hommes qui se consoleront dans les bras d’une autre… putain d’amoureux de merde.
Impoli de surcroit, Elle n’aime pas ça… je m’en fou Elle ne lira pas.

***

C’est tellement étrange à écrire, il y a tant de chose qui bouillonne… je m’étale, une vie, la mienne enfin ce bout de jeunesse, et voilà… j’attends quoi… d’Elle, de moi, de vous… rien, je l’ai dis le gris n’existe pas…
Blanc : Gentillesse, geste d’amitié, je connais j’ai déjà fais… tristesse, peine, compassion, c’est dur à avaler…
Noir : va te pendre, on s’en fou, putain de bisounours… (tiens ça m’a fais sourire)

Je ne suis pas aveugle j’ai lu les uns et autres, et vous m’avez lu, alors vous comprendrez, pourquoi cet écris, pourquoi ces mots… je me défoule, un exutoire (on aime bien ce mot, ça fait « romantique ») !! Ah non !! Tu écris cependant ta tristesse…

Oui j’écris… et c’est tout.

***

je mets une date normalement, c'est symbolique...
9 juin 2010 étrange j'y lis 19, ça fait boum boum là dedans, 19 ans... et un coeur qui bat à 200 à l'heure...

et pis je mets mon prénom,
Pascal, tout de suite on comprend mieux, enfin rien quoi...

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20765 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
19 juillet
  Publié: 9 juin 2010 à 13:35 Citer     Aller en bas de page




(*L'a vécu... Et en souffre encore... Parce qu'être romantique, c'est un lourd fardeau*)

Moi non plus, je peux pas faire semblant... Quand je donne mon coeur, c'est en entier... Ouai, ben ouai, je devrais pas, mais je suis trop conne...

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
6 juin 2020
  Publié: 9 juin 2010 à 13:55
Modifié:  9 juin 2010 à 14:31 par Astre
Citer     Aller en bas de page

Vénusia

"je n'ai que des mots d'espoir d'amour et de renaissance à t'offrir, une rédemption qui viendra en son temps à son heure.

tu es jeune et il faut que tu regarde vers demain, ne te renferme pas dans cette douleur, dans ce vide qui peut être si néfaste.

Regarde, l'espoir te tend les bras,je ne sais quoi te dire, je suis émue par tes mots par ta souffrance si évidente dans tes mots, j'ai peur d'être maladroite."

Je ne baisserais pas les bras, je m'en rends compte maintenant que cet écris, n'est qu'un coup de tête, qu'une peur d'un moment... des mots comme ceux que tu me donnes, sont ceux qui me permettre de voir m'a propre bêtise... je ne réagis pas comme il le faut... alors cet espoir je le mets devant les pas que je ferais, demain, après demain et ainsi de suite.
Merci beaucoup
Amitiés
Pascal

Aubelune
La consolation s'y trouve et je l'ai lu... ce geste que tu m'offres j'en prendrais soin, il m'a touché...
On écrit toujours fortement sur le coup, c'est mon côté sang chaud

Merci à toi d'être passé sur ces mots et d'avoir vu quand même que vous m'êtes précieux...
Amitiés
Pascal

Lunastrelle

Ce fardeau est notre joie et notre peine... une part de nous qu'on ne peut oublier car, elle est et nous sommes.
Aimer, ne peut l'être si ce n'est entier, les "tu es toute ma vie" des ados qui sont ensemble que depuis 4 jours, ne sont qu'une partie de l'amour... se donner, sans égoïsme, en toute confiance... et bien tu n'es pas conne loin de là, tu fais partie de celle qui ne le sont pas justement... de celle qui croit en l'amour. J'y crois toujours en faite, maintenant avec le recul et j'ai de la chance que pour Elle s'est pareil, alors j'espère et j'y crois encore, j'attendrais...

On s'en sortira
Amitiés
Pascal



Aubelune, Lunastrelle... j'aime beaucoup ces mots... je m'y vois aussi

 
Elféemère

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1570 commentaires
Membre depuis
10 février 2010
Dernière connexion
1er novembre 2011
  Publié: 9 juin 2010 à 14:04 Citer     Aller en bas de page

Je comprends c'est tout, je ne peu dire rien de plus....Le temps réserve aussi bien des surprises, mais ça tu la sais bien mieux que moi du haut de tes19 ans

 
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
6 juin 2020
  Publié: 9 juin 2010 à 14:33 Citer     Aller en bas de page

Elféemère
Il y a toujours des clins d'oeil qui incitent à se relever... merci de m'en adresser un
merci beaucoup
Amitiés
Pascal

 
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16146 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 9 juin 2010 à 15:24 Citer     Aller en bas de page

"A coeur vaillant rien d'impossible"

Et le tien retrouvera sa force...

amicalement

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Nitrox

Modératrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
132 poèmes Liste
7578 commentaires
Membre depuis
6 avril 2010
Dernière connexion
20 octobre
  Publié: 9 juin 2010 à 15:27 Citer     Aller en bas de page

On tombe, on se relève.. souvent avec quelques bleus au coeur, à l'âme.. Mais que te dire de plus que le temps calme les blessures. Tu as le temps de te relever, meme si ca semble long, car notre désir d'être heureux ne voudrait pas attendre.
Je te souhaite de te relever tout bientôt.
Ecrire, poser ses mots çà soulage. alors hurle autant que tu as envie..
Amitiés sincères.
F

  le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages
Astre
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
110 poèmes Liste
1760 commentaires
Membre depuis
22 juin 2009
Dernière connexion
6 juin 2020
  Publié: 11 juin 2010 à 05:00 Citer     Aller en bas de page

Malika
L'amitié je la lui donnerais, mais elle fait juste partie d'un tout qui lui appartient toujours... je l'aime, comme un ami, un frère, un mari... elle n'a rejeté qu'une partie et cela me donne de l'espoir...
J'ai écris sur le coup, j'étais en miette, maintenant j'essaye de me reconstruire, même si j'ai peur...
Merci d'être là Malika, et prends soin de toi aussi, oui prenons soin de nous


Pascal

bellenuit
La vie est belle... à son bras... elle le sera encore.
Je m'y accroche.
19 ans et un foutu romantique... ça en a déjà tué plus d'un
Merci

Guido
Et me voilà beau chevalier, recommençant une quête qu'il croyait avoir réussi...
Il y a un entrainement spécial?? sinon je suis preneur

Merci ça m'a fais sourire

FeudeBelt
Oui je vais hurler, crier et le désir d'être heureux prendra le dessus, dans la joie et la tristesse il prend toujours le dessus. Mais j'ai du mal à cautériser la plaie, et l'hémorragie vient juste de s'arrêter. Je n'aimerais pas être défiguré...

Merci

Ismael
" les beaux coeurs se font toujours limés dans les barbelés"

Et purée ça déchire mais on passe à travers, si on s'y prend bien... ton voeu je le prends avec moi, c'est mon désir le plus fort... que mon chemin recroise le sien... elle a évité les barbelés, et je ne sais pas qui me les a balancé.



"Le monde n'est pas fait pour les lâches. Nous devons tous en quelque sorte être prêts à peiner, à souffrir, à mourir. Et le tiens n'est pas moins noble parce que tu abordes sans tambour ni trompette les champs de bataille de ton quotidien ou parce que les foules ne hurlent pas quand tu reviens de tes victoires ou défaites quotidiennes."

R.L Stevenson

Je ne fuirais pas...

"La vie n'exige que la force que l'on possède. Le seul exploit qui tienne, c'est de ne pas devoir s'enfuir."

Dag Hammarskjold

 
Corwin


Le poète est semblable au prince des nuées. Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. Baudelaire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
1218 commentaires
Membre depuis
16 mai 2009
Dernière connexion
1er mai 2012
  Publié: 14 juin 2010 à 03:53 Citer     Aller en bas de page

La vie est faite d'apprentissages, et celui de l'amour est des plus difficiles car au premier élan de jeunesse on croit avoir tout connu. Non, il reste à explorer la douleur de l'abandon, la déchirure de la solitude, et on croit qu'on oubliera jamais.

Mais le prochain est déjà en gestation dans les cendres .

  De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent. P. Desprosges
Titou[Snif]


Il y a ces mots qui ne servent à rien, ces regards qui en disent long...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
507 commentaires
Membre depuis
10 octobre 2006
Dernière connexion
29 mai 2013
  Publié: 14 juin 2010 à 07:43 Citer     Aller en bas de page

alors je m'en vais.. je pars.. un peu.. un jour.. presque toujours..

Et quand je reviens en me disant qu'il me faut quelques douceurs pour survivre a ce harcelement sans precedent et sans fin .. que lis je?

PASCAL ! plein de tristesse.. plein de desespoir.. de haine, de rancoeur.. plein d'amour..

Mon petit frere mon cornichon .. j'ai lu les mots et j'ai vu les sourires, j'ai lu les larmes de l'attente et tout ce qui est imaginable venant de toi... soit vraiment tout...

mais pas ca..
je ne t'aime vraiment pas dans ce registre laisse moi la peine et reprend l'amour s'il te plait

cela dit... tu m'as touché emu.. sans doute parce que je le connais fort bien mon cornichon a force de mots.

Alors aujourd'hui tu es dans ma cour, alors ... viens dans mes bras.. jvais mfaire etincellante pour te reconforter un peu.... qu'il y ai comme.. un echange d'amitié...


j'espere que ces mots sont passé.. que tout est revenu..
j'espere.... le bonheur pour toi parce que si toi .. tu ne l'as pas alors qui peut le connaitre?

cachée dans un tout petit coin d'une chambre qui n'a plus d'ampoule depuis quelques jour... je suis la.. je veille...

je pense a toi

  Tomber dans le coeur d'un adolescent qui .. ressemble à l'ado qu'on était.. c'est doux comme tomber sur un nuage...
opium
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
1708 commentaires
Membre depuis
9 septembre 2007
Dernière connexion
8 novembre 2020
  Publié: 14 juin 2010 à 08:11 Citer     Aller en bas de page

J'ai été touchée par ton journal.
Beaucoup de sincérité, de coeur et une réflexion autour que j'ai trouvé sensible et touchante.
Je suis passée dans ma vie au travers de terribles crises amoureuses...Il y en aura sûrement d'autres.
Je me dis que ce qui ne tue pas rend plus fort, et que si ça se termine c'est qu'il m'attend autre chose et que ce que j'ai vécu n'est qu'une clef pour la suite.
Je pense que le pire est de regarder en arrière et de vouloir revivre une histoire terminée.
De toutes façons nous évoluons sans cesse et rien ne peu jamais se revivre.
Un couple à saturation ne peut plus rien donner de bon parfois.
Et comme l'amour ne disparaît pas, mais se transforme, il vaut mieux garder un bon souvenir en n'agrémentant plus l'histoire, plutôt que d'insister et d'y ajouter de mauvaises expériences et d'en arriver à la haine...C'est pas bon la haine, ça fait mal vieillir! lol

Bon, et bien je te souhaite de la sérénité, du bien être, déjà avec toi-même, car c'est la clef de la vie...Et de trouver des accompagnements de chemin qui te remplissent.


 
SélénaéLaLouveFéline

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
259 poèmes Liste
9826 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
25 septembre
  Publié: 15 juin 2010 à 09:52
Modifié:  15 juin 2010 à 09:55 par SélénaéLaLouveFéline
Citer     Aller en bas de page

Pascal

Je suis revenue le lire et j'ai trouvé ce qu'un jour, j'avais écrit....Redevenez

D'un amour transcendant dépassant les frontières d'un rêve...............vous imaginant là près de moi, c'est mon vœux le plus cher, j'existe que par vous et vous êtes sans trêve

Je ne suis que vous, je suis l'étoile filante qui ne s'arrête qu'à vos pieds.......vous êtes cet astre brûlant qui réchauffe mon cœur.

Je suis cette lune qui vous berce le soir, oui venez dans mes rêves et ne songe pas d'ailleurs........
j'ai rêvé cette nuit d'un ange de douceur, que venait m'emporter vers son seul destin, celui-ci qui pour moi n'a qu'un nom, c'est celui de l'amour........

j'ai parcouru sans cesse votre ligne de main, là poser sur ma joue, j'ai senti l'avenir, des caresses d'argent, de vos mots en lingots, qui pour moi sont désirs........

Je rêve d'absolu et n'ai qu'une seule envie, de trouver le chemin qui me mènera vers vous...

Celui-là

Vous comprenez

Sélénaé toute mon amitié

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 942
Réponses: 11

Page : [1]

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0290] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.