Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13734 membres inscrits

Montréal: 23 juil 23:33:04
Paris: 24 juil 05:33:04
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Théâtre & Scénario :: Confidences nocturnes 7 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
454 poèmes Liste
14986 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 12 déc 2020 à 16:44
Modifié:  13 déc 2020 à 02:56 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

20 h 32. Elles se parlent comme tous les soirs, ou presque.

— Comment vas-tu ?
— Bien, et toi ?
— As-tu passé une bonne journée ?
— Très bonne. Et la nuit précédente le fut aussi.
— J’en suis heureuse. Il est passé ?
— Oui, et resté. Ça m’a remonté le moral.
— Il était temps !
— Je m’adapte à lui, à ses défauts.
— Quels sont-ils ? Un côté pacha ?
— Je ne dirais pas ça, il est naturel, sans chichis, mais quand il arrive, c’est toujours avec une bouteille de bon champagne.
— Il sait comment te prendre !
— Il passe une demi-heure au téléphone avec sa famille et j’écoute sa conversation tout en cuisinant.
— Non ?
— Oui. Je n’écoute pas tout, mais c’est important, pour lui, la famille.
— Je m’en doute.
— Après, on parle pendant le dîner, mais le chat est avec nous. Ils ne se fréquentent pas, mais c’est paisible.
— La reine et ses mâles.
— Puis on va se coucher, je lui masse le dos.
— Il est vrai que tu masses plutôt bien.
— Bien sûr, ensuite on baise et après on dort enlacés. Ce n’est pas une histoire passionnelle, mais c’est rassérénant.
— Je comprends que cela te fasse du bien.
— Comment vas-tu ?
— Il y a eu des jours meilleurs, mais j’ai décidé que j’irai bien.
— Il y a toujours des jours meilleurs.
— Je me souviens d’avoir parfois pensé parfois qu’il n’existait pas de meilleure journée que celle que j’étais en train de vivre.
— Si tu l’as pensé plusieurs fois c’est que c’était faux.
— Tu as sans doute raison.

Elles se taisent, une heure ou deux jours.

— Comment tu vas ?
— J’entre dans la période où je ne supporte plus mon corps, je le malmène le plus possible mais il y a encore des choses que j'hésite à lui faire subir.
—  Lesquelles ?
—  Si j'hésite c'est que rien n'est grave.
— As-tu des nouvelles de T ?
— Il ne m’oublie pas et c’est plutôt sympa, mais je n’irai pas le voir avant quelque temps.
— Même si tu sais que sa motivation se situe entre le nombril et les genoux ça fait plaisir quand même.
— C’est tout à fait ça. Il excuse mon manque de motivation et continue à m’envoyer des photos ou des vidéos. Je dois t’avouer que je n’ai pas la tête à ça ; je le soupçonne d’être un peu narcissique. Il prend trop de plaisir à m’en envoyer. Ça semble lui suffire et ça me va.
— C’est pratique les narcissiques.
— Oui, ils sont relativement autosuffisants.

Elles se taisent.

— Tu es là ?
— Toujours. Comment va ton corps ?
— Il vit sa vie, mais je m’en fous, je le soigne au rhum.
— Ce n’est pas très prudent.
— Bah, ce n’est pas de l’alcool, c’est du rhum !
— Qui n’est pas de l’alcool comme chacun sait.
— Mais oui, c’est thérapeutique : un mal de tête, un verre de rhum.
— Médecine de cheval.
— Ça marche pour la gorge, le ventre, la déprime…
— Le stress aussi
— Voilaaa !
— Tu es le professeur Raoult des Antilles.
— Appelle-moi docteur M, qui soigne au rhum et par télépathie.
— Tu assures les retours d'affection également ?
— Je m'y essaie.


Elles se taisent jusqu'à la prochaine fois.

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 13 déc 2020 à 03:54 Citer     Aller en bas de page

Un jour j'espère que tu feras tout un livre sur tes correspondances nocturne.
Mais tu ne pourras pas mettre d'emojis !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
339 poèmes Liste
6149 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
22 juillet
  Publié: 13 déc 2020 à 05:56 Citer     Aller en bas de page

Un dialogue où plane un mal être sur des blessures qui jamais ne se refermeront totalement.

  YD
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
454 poèmes Liste
14986 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 juillet
  Publié: 30 déc 2020 à 09:33 Citer     Aller en bas de page

Merci Aude et Yvon

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 403
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0214] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.