Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 59
Invisible : 0
Total : 59
13744 membres inscrits

Montréal: 5 août 22:46:16
Paris: 6 août 04:46:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Théâtre & Scénario :: Surprise-suprises - Acte I - scène 2 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 15 mars 2020 à 11:15
Modifié:  22 mars 2020 à 06:22 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Scène 2


Baptiste, son téléphone à l’oreille, sort de l’atelier et va ouvrir la porte d’entrée. Ses deux potes Aubin et Trévis, arrivent, lourdement chargés de sacs à dos. Ils se font, sans un mot, des checks compliqués.


Baptiste : — Vous avez apporté la tise ?


Aubin : — Deux packs et une bouteille de sky.


Trévis : — Deux packs et une bouteille de vodka.


Baptiste : — Cool. Oh là là, il faut que je vous en raconte une bonne ! Le mec avec qui je bosse depuis deux mois, le renoi, l’informaticien, ben il se tape Carole, une daronne, une copine de ma mère.


Aubin et Trévis : — Naaaaan ! T’es sérieux ? C’est ouf !


Aubin : — Carole, c’est la meuf qui a au moins quarante ans ? Ptain, les renois, quels dalleux… Remarque, il pourrait se taper ta mère, lol !


Baptiste : — T’es con ou quoi ? Ma mère elle vient d’avoir 55 ans. Faut pas abuser…



Carole et Liliane surgissent de la chambre, hilares.


Carole : — Alors tu vois, je n’ai pas hésité une seconde !

(voyant les 3 jeunes, elle s’interrompt) … je n’ai pas hésité à te faire la surprise ! Tu es contente au moins ?


Liliane : — Positivement ravie (plus bas) mais ne me refais plus jamais ça !


Les 3 jeunes entrent dans l’atelier d’où émanent des conversations confuses et de la musique.


Carole : — Comment aurais-je pu deviner ? Tu ne m’as jamais parlé de cet homme. Je sacrifie ma réputation pour toi, il faut que tout le monde pense que c’est mon amant, sinon…


Liliane : — Sinon quoi ? Après tout j’ai atteint l’âge de faire ce qu'il me plaît !


Carole : — Sinon on t’appellera la vieille cougar dans tout le quartier !


Liliane, vexée : — Redondant.


Carole : — Moi ? Au contraire, j’ai perdu 3 kilos !


Liliane : — Non, dire vieille cougar c’est redondant ! Tu redondes !


Carole : — Haaa j’avais compris re-dondon !


Liliane : — C’est malheureux d’être libraire et de n’avoir pas de vocabulaire. Bon, allons rejoindre les invités, je boirais bien un verre, moi. (Plus bas) N’en fais pas trop avec Idriss, hein ! Il pourrait y prendre goût. Soyez… décents.


Carole, pouffant : — Décents ? Laisse-moi pouffer !


Liliane : — Ma chérie, tu pouffes depuis des années…


Soudain une musique s’élève de l’atelier, tonitruante, les invités, en silhouette derrière la verrière, commencent à danser.


Liliane : — Ho là là mais on va avoir des ennuis ! Mon dieu  ! La police va débarquer !


Carole : — Laisse les gens s’amuser, c’est ton anniversaire après tout !


Elles s’engouffrent dans l’atelier où Liliane est accueillie par des cris de joie. Jade et Sofia se faufilent pour discuter discrètement dans le vestibule.

Jade : — Cet aprèm je l’ai encore croisé à la fac ! Il est troooooop beau, je te raconte même pas ! Mais il m’intimide vachement, j’ose à peine lui parler.


Sofia : — Il suit les mêmes cours que toi ?


Jade : — Non il est il est prof, politologue, il donne des cours de sciences politiques !


Sofia : — Naaaaaan ? Sérieuse ?


Jade : — Ouais, même que c’est son premier poste. Il m’a dit qu’il gagnait pas trop de tunes et qu’il était obligé de donner en plus des cours particuliers, donc je lui ai dit de passer ce soir !


Sofia : — Pour faire quoi ?


Jade : — Je vais persuader ma mère que j’ai besoin de cours de soutien et devine qui va les donner ?


Sofia : — Le gynécologue !


Jade : — Po-li-to-logue !


La sonnette retentit.


Jade : — C’est lui ! Pas de gaffe, hein ?


Sofia fait le signe de la bouche cousue.

Jade ouvre la porte, au même moment Liliane surgit de l’atelier


Liliane : — J’en étais sûre, avec tout ce boucan… (à Karl, le prof) Ho monsieur, je suis confuse, vous êtes de la police ?


Karl : — Ha non madame, je préférerais crever.


Liliane : — Comment ça ?


Karl : — Ces vendus de fachos à la botte du gouvernement, ça me dégoûte ! Des mecs qui nous tabassent chaque weekend, qui nous balancent des grenades, ils mériteraient qu’on leur éclate leurs gueules de suppôts du libéralisme à coups de barres de fer !


Liliane : — Ha très bien, très bien, j’aime mieux ça…


Jade : — Maman, je te présente Karl Da Silva, il est prof à la fac.

Liliane : — Drôle d'heure pour donner des devoirs…

Jade : —  Il ne viens pas me donner de devoirs, tout du moins, pas encore. C'est moi qui lui ai dit de passer, il a accepté de me donner des cours de soutien en sciences politiques.

Liliane :  — Au point où nous en sommes ! Entrez donc, monsieur Marx

Karl : —  Da Silva

Liliane : — Comme vous voulez. Mais d’abord, buvons un verre !

Liliane emmène Jade et Karl dans l’atelier, au même moment, Baptiste, Trévis, Thomas et Aubin en sortent et s’écroulent dans le canapé chesterfield.


Par Aude Doiderose et Adamantine

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
241 poèmes Liste
3029 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 15 mars 2020 à 17:44 Citer     Aller en bas de page

Ben oui ! Le commentaire est sur la une !

Allez, allez... la suite, la suite !



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 15 mars 2020 à 17:54 Citer     Aller en bas de page

Citation de Mawringhe
Ben oui ! Le commentaire est sur la une !

Allez, allez... la suite, la suite !



Mawr



La suite est en train de mijoter...
Merci Mawr !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
La Brune Colombe


Au jour du jugement dernier, la plume du poète pèsera plus lourd que l'épée du guerrier.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
268 poèmes Liste
3818 commentaires
Membre depuis
3 janvier 2014
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 15 mars 2020 à 18:05 Citer     Aller en bas de page



« Tu redondes ! »


Bon bah fidèle au poste ! J’attends la suite


Re-dondon-s ensemble !




La Brune Colombe


 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 16 mars 2020 à 08:36 Citer     Aller en bas de page

Citation de La Brune Colombe


« Tu redondes ! »


Bon bah fidèle au poste ! J’attends la suite


Re-dondon-s ensemble !




La Brune Colombe




On va redinder ! Entre chaque scène les spectateurs sont conviés à la buvette.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
435 poèmes Liste
4916 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
25 juillet
  Publié: 26 mars 2020 à 14:16 Citer     Aller en bas de page

Franchement je trouve ça drôle, on se croirait réellement au théâtre et j'imagine bien les comiques de situations
Je vais continuer à lire la suite

  Pichardin
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
815 poèmes Liste
22980 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
17 juillet
  Publié: 9 avr 2020 à 12:50 Citer     Aller en bas de page

Citation de Pichardin
Franchement je trouve ça drôle, on se croirait réellement au théâtre et j'imagine bien les comiques de situations
Je vais continuer à lire la suite



Maintenant que tu as tout lu, quel rôle voudrais-tu jouer ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 797
Réponses: 6
Réponses uniques: 4
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0313] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.