Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 16
· Xuyozi
13381 membres inscrits

Montréal: 15 juin 00:03:06
Paris: 15 juin 06:03:06
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Contes fantastiques :: Lutins facétieux Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 29 avr 2013 à 12:27
Modifié:  1er mai 2013 à 05:10 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Ces êtres pas plus gros qu’un crayon ni plus haut qu’une pomme piquent un somme, ils se sont invités chez moi, surtout, ne les dérangez pas !


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


On dit que les lutins, seraient des inventions, je ne connais pas leurs noms, mais ils existent vraiment. Je les ai observés, tourner et virer, cachés dans les jardins, ils ne se doutaient de rien.
J’ai approché ma main, désirant les toucher, ils se sont offusqués, qu’ils dorment dans les prés ! Une petite bonne femme était endormie dans un arbre, et sur un coquelicot, un jeune lutin idiot !
Continuant mon chemin, d’un signe de la main, je leur ai dit bonne nuit et ils se sont enfuis.
Soudain, le lendemain, quand je me suis réveillée, j’en ai vu un passer, escaladant les couvertures. Arrête de rêver ! me suis-je réprimander. Dans les mains une mûre, le lutin a souri.
Mais que fais-tu ici ? me suis-je écriée. Il m’a dit : mon amie, je ne fais que passer !
Où te crois-tu donc ? Cette maison, c’est chez moi ! Et il me répliqua : chez les géants, ma foi !
Eh ! Toi qui n’es pas grand ! Sors vite d’ici, du vent !
Qu’as-tu contre ma taille ? s’exclama le petit lutin de Cornouailles.
Pourquoi cette créature, me menait la vie dure ? Je voulus le prendre par son chapeau pointu pour le jeter dans la rue mais il courut trop vite, je tentais de l’attraper, il bondit hors de portée sans se faire prier.
Mais où te caches-tu m’énervais-je, agitant un torchon, pour le faire déguerpir, il me fit tourner en rond en ne cessant de rire, me traitant de bourrique alors qu’il se noierait dans une barrique !
Enfin il décida, d’abréger mes souffrances, c’est ainsi qu’il fila, avec élégance.
Puis sa famille, vint dormir devant ma porte. J’ignore sans mentir, comment je les supporte.
Un jour de mai, je trouvais mon jardin remplit de fleurs et, partout, des lutins à genoux. Ils se mirent à parler dans une langue inconnue, puis ils s’éparpillèrent, je les perdis de vue.
Je lâchais le balai, que fièrement j’agitais et observais les fleurs qu’ils avaient fait pousser sans me demander la permission. C’était ma maison ! Ces chenapans c’est sûr, entendraient parler de moi ! Cette fois je n’en avais cure, ils s’en mordraient les doigts !


^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Huit ans plus tard, avec espoir, j’espérais les revoir. Je regrettais leurs sourires, leurs danses, leur frimousse. J’aurais dû le leur dire, mais j’avais trop la frousse. Je n’oublierai jamais ce jour où mon jardin devint merveilleux, tout cela grâce eux. !
Méprisante, je m’étais moquée de leur taille effilée, ils m’avaient accepté, je les avais rejeté. Aujourd’hui j’observe les nuages, je crois y voir leurs visages, j’ai perdu toute ma rage, ils ont eu du courage, tentant de sympathiser mais je les ai blessés…

Alors si vous doutez de la véracité de ce récit, l’été, tous, écoutez...sortez dans les prairies ! Leurs danses au clair de lune, louant dame fortune.
Ne faites pas comme moi, il n’y a pas de quoi, les repousser très loin, de toute façon, ils reviendront au matin. Ces lutins sont malins, mais ce sont mes amis et ça n’a pas de prix ! Pour tenter les appâter, de regagner leur confiance, je laisse de la nourriture. Avec un peu de chance…

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Je ne les ai plus jamais revus, les ai-je vraiment vus ? Je n’en suis plus très sure…mais tout ce que je sais, c’est que le pain dur et le lait frais, disparaissent toujours, avant que vienne le jour !
Qu'est-ce qu'un lutin m'a t-on demandé une fois ? C'est un être libre qui n'a aucune loi !

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 5 mai 2013 à 04:55 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup pour ce gentil commentaire !
Je suis heureuse que ce conte te plaise
J'ai toujours aimé raconter des histoires...encore merci et...attention aux lutins !

Bonne journée
Amities

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
562 poèmes Liste
25123 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
14 juin
  Publié: 6 mai 2013 à 12:39 Citer     Aller en bas de page

Merci AVA, j'adore, moi je mets une coupelle de lait la nuit pour les hérissons, mais peut - être bien que ce sont quelques petits lutins qui viennent à la nuit pour boire ce lait.
Ils ont dû se dire, celle là, c'est une copine à AVA, il faut lui apporter une part de rêve
Merci encore , je vais essayer de m'endormir avec ce joli conte
Bises ODE 31 - 17

  OM
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 6 mai 2013 à 13:23 Citer     Aller en bas de page

Comme c'est gentil de nourrir ces lutins^^
Merci d'être passée
Bonne soirée

Bises d'une lutine è_è

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 27 mai 2013 à 07:22 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup pour ton passage et ton commentaire !
Heureuse que tu aimes

Amicalement

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
antonio35


« Quand je ferme les yeux, c’est pour mieux ouvrir les cieux. » grand corps malade
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
323 commentaires
Membre depuis
30 octobre 2011
Dernière connexion
31 octobre 2020
  Publié: 27 juin 2013 à 22:25 Citer     Aller en bas de page

Qu'il est bon de voyager entre tes lignes!
Un dernier poème que je lisais avant de dormir..
Je sens que je vais bientôt rêver de ce monde merveilleux !
Bravo pour ce conte si bien écrit!

Antoine

 
Ava55


Il y a des étoiles mortes qui brillent encore parce que leur éclat est pris au piège du temps...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
222 poèmes Liste
1516 commentaires
Membre depuis
20 août 2011
Dernière connexion
1er août 2018
  Publié: 30 juin 2013 à 16:25 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup pour ce commentaire^^

Bonne nuit !

Amicalement

  La plus grande vérité que l'on puisse découvrir un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour... Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1573
Réponses: 6
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0237] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.