Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 74
Invisible : 0
Total : 75
· Xuyozi
13737 membres inscrits

Montréal: 26 juil 21:32:15
Paris: 27 juil 03:32:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Xuyozi Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Le silence est d'or. La parole est d'argent. L'écriture est de bronze.
   

Xuyozi

Poèmes : 27
Commentaires : 424
Connexions : 459
Pages consultées : 15252

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 17 mai
Dernière connexion : il y a 4 heures

Présentement en train de composer un nouveau message instantané.

Informations générales

Nom : Xuyozi Y. Zayaxa
Lieu : En moi-même — c'est pratique, je ne m'égare jamais.
Profession : Occultiste (j'occulte le Jour la nuit et la Nuit le jour.)



Autres informations

Film préféré : Le grand film de la Vie
Style musical préféré : La musique des Sphères
Écrivain ou poète préféré : Les meilleurs (Pas les plus grands, car ils ne sont pas tous de la même taille)
Personnage de bande dessiné préféré : Je ne comprends pas cette question...




Passe-temps

Perdre mon temps... à nous rendre mes vers et moi imputrescibles...



Son histoire

Mon histoire ? Je peine depuis la naissance à tenter de la transcender, alors vous n'allez tout de même pas me demander de la raconter ! Non mais !



Projets futurs

Mourir en paix ; je travaille aussi à me rendre imputrescible après ma mort, et même avant, histoire de m’entraîner pour ne pas manquer mon coup. Un jour, vous lirez cette auguste inscription sur ma tombe : « Ci-gît Xuyozi, le Poète aux vers imputrescibles. »



Autre

Non, rien d'autre, je vous aviserai s'il y a lieu.

Edit : Je cultive les Paradis artificiels, mais je ne sème que du bio.

Edit : J'ai rencontré des Anges sur LPDP... des Anges de lumière... plus blancs qu'elle blanche, et des Cœurs profonds comme l'océan... se noieront-ils dans leur propre profondeur ? et de grands Esprits qui visent les étoiles, pour en jongler, ou leur donner l'éclat supérieur de la Poésie ? Et, non, vous êtes trop curieux, je ne vous révèle pas leur nom...



Dernière entrée au journal

Publiée : 10 juillet à 23:49
Titre : Une seule conscience, une seule Poésie. - 11 commentaires sur cette entrée

Réflexion de mon Journal sur la Conscience, sur la Vie, sur la Mort et sur la Poésie.

En fait, il n'y aurait qu'une seule Conscience, qu'une seule Vie, qu'une seule Mort et qu'une seule Poésie.

Vous connaissez sûrement, dans votre grande érudition, l'exemple fourni dans le Vedanta pour expliquer l'unicité de l'Atman, qui est comparé au soleil. Il faut imaginer un ensemble de récipients de différentes grosseurs, de différentes formes, dont certains contiennent de l'eau claire, d'autres de l'eau croupie ou de l'eau de différentes couleurs, ou encore certains à moitié vides et d'autres pleins jusqu'au bord.

Le même soleil se reflète dans chacun de ces récipients, mais son reflet change en fonction du milieu qui le reçoit. Il en va de même de la conscience, une pour tous, mais exprimée différemment selon la moralité et les différentes qualités et défauts de l'individu.

Idem pour la vie, la même pour tous dans son principe, mais vécue différemment selon les expériences de vie propres à chacun.e., elles-mêmes conditionnées par le corps, l'âme et l'esprit propres à chacun.e, et qui lui sont légués de générations sans nombre, d'Adam et Ève, pourrait-on dire, et avec lesquels chacun.e doit composer au mieux de ses possibilités de naissance et du parcours accompli au cours du temps.

Aujourd'hui, je faisais une promenade le long d'un cimetière où gisaient des centaines de tombes. J'ai eu cette réflexion : tant de tombes, tant de gens qui ne sont plus, mais une seule mort. Il n'existe rien de tel que ma mort, votre mort ou leur mort. Il n'existe que la Mort, la même pour tous et toutes quand elle survient. Idem pour la vie, qu'une Vie, reflétée en différentes couleurs selon le « récipient » dans lequel elle se reflète.

Multiplions les exemples, le même constat s'impose : les mêmes organes, la même circulation sanguine, le même cœur palpitant, la même faculté de penser, la même électricité dans les ampoules, la même eau dans les turbines des barrages, le même air qui enveloppe la Terre, le même feu dans les volcans, la même eau dans les mers et les rivières, etc. etc. etc.

Seul l'ego perçoit des différences, parce que son principe même est la différentiation : le voile de l'ego une fois déchiré, l'heureux être à qui cette expérience survient ne voit plus que l'unité en tout et tout dans l'unité, et qu'il soit incarné dans ce corps-ci ou dans celui-là, il jouira de la même conscience et de la même vie jusqu'au jour où une seule et même mort vienne lui imposer un terme définitif.

N'en va-t-il pas de même pour la Poésie ? Les mêmes fleurs du langage offerte à la cueillaison de chacun, selon que chacun saisonne de beaux fruits en son printemps, en son été, en son automne ou en son hiver. L'inspiration n'est pas avare non plus de ses éclairs qu'elle darde sur tous les esprits ouverts à sa lumière. S'ouvrir, voilà le principe de toute création et de toute voyance qui la sous-tend et la rend possible. Bien sûr, travailler, piocher parfois pour aplanir le terrain, pour émonder l'arbre des images et des représentations intuitives, mais tous n'en sont-ils pas capables si leur vrai destin les veut créateurs ? Et patati et patata, car vous avez compris... pourquoi jeter plus de lumière sur la clarté même ? Elle n'en serait pas plus limpide...

Vale.



X.

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Un si naïf poème (Autres poèmes)
- Jongler avec les étoiles (***) (Autres poèmes)
- Amour et Poésie à l'antique (Poèmes d'amour)

État du vote : 0/13691

 

 
Cette page a été générée en [0,0148] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.