Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 357
Invisible : 0
Total : 358
· C.J.Kiin
13184 membres inscrits

Montréal: 29 nov 18:26:18
Paris: 30 nov 00:26:18
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de Blue Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



« Le monde semble sombre quand on a les yeux fermés. » Proverbe indien
   

Blue

Poèmes : 21
Commentaires : 221
Connexions : 176
Pages consultées : 5809

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 10 mai 2012
Dernière connexion : il y a 5 ans

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Date de naissance : 25 janvier 1964
Sexe : Féminin
Lieu : St Claude, Jura
Profession : Vivante





Dernière entrée au journal

Publiée : 12 juillet 2012 à 16:47
Titre : Reflexions n°8 - 2 commentaires sur cette entrée

Reflexions n°8 : De l'étrange effet métaphysique des poivrons trop cuits.

J'ai voulu faire griller des poivrons pour en enlever facilement la peau noircie. Même d'habitude j'aime cette étrange alchimie qui transforme un grand brûlé en poivron tout neuf, dépouillé d'amertume.

Sauf...Sauf qu'aujourd'hui, je ne sais pas où j'avais la tête - sans doute dans ces foutus nuages persistants qui me gâchent le ciel -, mais j'ai oublié mes poivrons au four.

Quand ma cervelle alertée par l'odeur a décidé de réintégrer mon crâne, mes poivrons été cuits-cuits, enfin pire que cuits-cuits. Sous la peau la chair avait commencé à être attaquée. Grrrrrrrrrr...

Mais j'en avais envie de mes poivrons marinés moi ! Ne manquant ni de temps ni, tenaillée par l'envie- de patience, j'ai décidé de sauver ce qui pouvait l'être, armée d'un petit couteau d'office.

Bien entendu, j'ai dû y mettre les doigts, et patouiller cette chair vraiment ramollie. Et j'ai réalisé qu'avant d'avoir mes troubles sensoriels, j'aurais détesté mettre les doigts dans cette substance un peu collante et gluante. Et là...Rien de tactilement rebutant, c'était même plutôt agréable.

Et voilà le virage de la cuisine à la métaphysique !

Depuis longtemps je me fais cette réflexion, ravivée soudain par cette expérience :
Comment pouvons nous être certains quand nous avons un ressenti sensoriel qu'il est identique pour tous ?

Comment pouvons nous savoir que le lisse procure à tous le même impact dans la cervelle, le chaud idem, et aussi le bleu, le rouge, le sol et le la ?
En lien aussi avec le post de la rubrique tout ou rien de Cat-à-strophe et le turquoise couleur divorce, parce que source de disputes puisque certains le voient bleu et d'autres vert.

En effet, mes sensations tactiles d'avant ne sont plus celles de maintenant, pourtant j'appelle toujours gluant du gluant, rugueux, du rugueux et lisse du lisse...Tout en ayant un ressenti tactile totalement différent !
Il a d'ailleurs fallu que je passe par une phase d'acceptation, et que je me reconstruise mon rapport au toucher. Reconstruction d'ailleurs incomplète car il reste un truc tout simple que j'appréhende au plus au point : la poignée de mains. Parce qu'il n'y a rien de moins prévisible tactilement que ce premier contact avec une peau inconnue, et que s'y ajoute en plus la terrible angoisse que pour quelques grammes de pression en trop ou une manière particulière, le serrage de main se transforme en épreuve de gestion de la douleur.

Sinon globalement, j'ai refait mes repères, accepté ces sensations différentes, remis des indicateurs agréables/désagréables, placés ailleurs.

De la même manière, je suis toujours interrogative de la vision du monde qu'a mon ami/amant daltonien...Et néanmoins photographe de talent ! Il ne vit pas dans le même monde que moi ! Il suffit pour cela d'aller faire un petit pipi dans ses toilettes dont les murs ont bénéficié d'une sorte de peinture à l'éponge rose fluo sur mon blanc pour le comprendre.
Et on ne s'étonne pas de ces tee shirts aux couleurs disons...bien franches !

Ne parlons pas des photos scientifiques de ce que voient, les mouches, les chiens...ou autres ratons-laveurs ! (ça, les ratons-laveurs, c'est la faute de Prévert...Pas ce qu'ils voient, mais leur présence ici ! ).

En fait on nomme identiquement tous un ressenti sensoriel, parce que chaque fois qu'on le rencontre, par "comparaison", on parle de la même chose, pour autant, si pour tous, le rouge est rouge et le bleu est bleu, on ne ressent pas forcément la même chose.
D'où le problème pour les nuances moins tranchées d'ailleurs.

En fait nous vivons tous dans des mondes différents.
Mais alors, le monde dans l'absolu, il est comment ?



Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Ci-gît...le temps des promesses (Poèmes par thèmes)
- Sous un arbre (par Vitalic et Blue) (Poèmes collectifs)
- Marine (Poèmes par thèmes)

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0124] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.