Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles & Formes courtes
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
Vos parutions
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 64
Invisible : 0
Total : 67
· Jean-Claude
Équipe de gestion
· Ishtar · Ashimati
13222 membres inscrits

Montréal: 6 déc 07:00:27
Paris: 6 déc 13:00:27
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Filiquier Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Que vois-tu encore dans le sombre recul abyssal du temps ? Shakespeare, La Tempête
   

Filiquier

Poèmes : 67
Commentaires : 489
Connexions : 627
Pages consultées : 11350

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 3 octobre 2019
Dernière connexion : il y a un jour

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Sexe : Masculin



Autres informations

Film préféré : Danse avec les loups
Style musical préféré : Musique classique : Bach, Mozart
Écrivain ou poète préféré : Albert CAMUS, René CHAR, Louis ARAGON, RUTEBEUF
Personnage de bande dessiné préféré : Lucky Luke




Passe-temps

Peinture - Poésie
Vélo - Ski nordique



Son histoire

Enfance dans un milieu de grande pauvreté mais solidaire et digne.
Instituteur puis professeur de collège (Français, Histoire-Géographie)
Longue pratique du théâtre : stages nationaux de la Ligue de l'Enseignement ,création et animation d'une troupe de théâtre dans un village. Participation aux côtés de Francis JEANSON à la Préfiguration de la Maison de la Culture de Chalon-sur-Saône. Animation d'un atelier théâtre au collège. Depuis ma retraite, plusieurs lectures publiques de textes d'auteurs : VILAR, CAMUS, PASCAL ...



Projets futurs

Lecture de poèmes en public



Dernière entrée au journal

Publiée : 20 mars à 05:50
Titre : Millières - 8 commentaires sur cette entrée

Me voici donc au coeur du monde, c'est-à-dire au coeur de moi-même. Tout ici me reconnaît et je n'ai rien oublié, pas même ce qui a changé, ce qui a disparu après une si longue absence.
J'approche de la mare où des canards et toute une couvée de canetons barbotent. A ma vue, ils partent se réfugier sous la haie vive qui surplombe la rive pposée. C'était exactement ainsi...
J'avance dans la cour. Il me faut traverser un ruisselet qui déverse le trop-plein de la mare jusqu'à l'emplacement du lisier en bordure du bâtiment d'exploitation en contrebas. Tout près je distingue maintenant la fontaine émergeant à peine d'un épais buisson. Je ne peux, comme autrefois, m'asseoir sur la margelle : on a posé une tôle épaisse qui en condamne l'accès. Là, on s'asseyait volontiers en été pour se désaltérer d'une eau pure et fraîche qui mettait tout un bien-être dans le corps. A cette saison, on posait délicatement sur le fond carrelé de faïence bleue la bouteille de vin et la motte de beurre. Cette fraîcheur naturelle valait tous les réfrigérateurs d'aujourd'hui.
Il y avait bien sûr la corvée d'eau et les deux seaux bien pleins qu'il fallait porter jusqu'à la cuisine et poser sur la pierre d'évier. C'est encore là qu'on venait laver la salade, à trois ou quatre eaux, avant de la secouer sur place pour l'égoutter afin de la ramener toute luisante et propre sur table.
Ces corvées, ajoutées à bien d'autres, égrenaient le temps. On jetait rarement un coup d'oeil à la pendule, on ne portait pas de montre et le temps se mesurait très précisément par la succession immuable et rassurante des travaux. On avait, du temps, une sensation toute instinctive.

Je tourne le dos à la fontaine. Devant moi s'étend la cour descendant doucement vers l'imposant bâtiment constitué des étables, pour les chevaux et les bovins, surmontées des fenils et séparées par la grange. La blessure irréparable est là : au-dessus de la double-porte à peine fermée, le toit offre au ciel une plaie béante. La charpente dénudée n'en peut mais et les tuiles ont coulé, formant un tas informe qui barre l'entrée.
Contournant la vieille bâtisse, je me trouve en pignon, face à l'étable aux bovins. Je n'entrerai pas dans cette immense salle vide aperçue à travers la porte mal fermée. Les matins d'hiver y étaient chauds tandiis que les hommes s'affairaient à reprendre la litière. Il n'y entrera plus l'haleine du bétail. On n'y entendra plus la lente rumination, coupée par instants d'un cliquetis de chaîne. L'hiver y est entré tout entier, le froid remplit tout le bâtiment, chassant toute forme de vie.
Je sais pourquoi je ne veux pas pénétrer dans cette salle sombre. C'est l'image de la mort qui apparaît devant moi. Plus de lumière, plus de chaleur: une ombre grise et muette, tout habitée de peurs. C'est un vide sans vibration, d'une immobilité totale, un néant engloutissant tout. C'est bien ainsi que j'imagine la mort : un temps soudain vidé de toute espérance.
Le 20 mars 2021

Répondre      Entrées antérieures


 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Eau Dormante (Autres poèmes)
- L'arbre (Autres poèmes)
- La foule (Autres poèmes)
- Echappée belle (Autres poèmes)

État du vote : 0/13274

 

 
Cette page a été générée en [0,0125] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.