Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 21
Invisible : 0
Total : 28
· Galatea belga · Léora Kah · mido ben · Aloïs · Drima · Philippe
Équipe de gestion
· Bombadil
12248 membres inscrits

Montréal: 16 avr 13:24:46
Paris: 16 avr 19:24:46
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: lettre d'adieu pour un au revoir temporaire... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
cha
Impossible d'afficher l'image
au marché des illusions, le marchand de sable vend du rêve a la pression.... (babylon circus)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
15 poèmes Liste
92 commentaires
Membre depuis
19 octobre 2005
Dernière connexion
21 juin 2013
  Publié: 11 févr 2006 à 15:15
Modifié:  21 sept 2009 à 05:29 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

"faut il partir ? rester ?
Si tu peux reste,
Pars s'il le faut..."
baudelaire....




Deux choses avant de commencer cette lettre, la première c'est que j'ai toujours pensé que les vraies belles lettres d'amours s'écrivaient à la main, mais je t'épargne l'effort de me déchiffrer, donc ce n'est pas par ce que l'aspect de cette lettre est assez impersonnelle qu'elle est moins chargée d'émotions….
Ensuite, je vais te citer un auteur que j'aime beaucoup, d'abord par ce que cela fait classe et cultivé ; mais surtout par ce qu'il le dit beaucoup mieux que moi…..


" C'est toujours d'amour que l'on écrit, et par amour, que cet amour soit de passion ou d'amitié, de famille ou de vacances, profond ou superficiel, léger ou grave.
On écrit aussi et surtout par ce que quelque chose ne peut être dit, ou mal, que seule l'écriture peut porter.
L'écriture naît de l'impossibilité de la parole, de sa difficulté, de son échec.
Il y a les lettres qui remplacent la parole comme un ersatz, un substitut. Puis celles qui la dépassent, qui touchent par là au silence. Celles-là ne remplacent rien et sont irremplaçables.
Ce dont on ne peut parler, il faut l'écrire.
Mais pourquoi s'écrire quand on peut se parler, quand on se parle effectivement? Par ce qu'on ne peut pas toujours parler, ni de tout. Par ce que la parole peut faire obstacle à la communication parfois, ou la vouer aux bavardages. Par ce qu'il faut prendre le temps d'être seule, d'être vrai, par ce qu'il est doux de penser à l'autre en son absence dû-on le voir le lendemain, de lui dire la place qu'il occupe dans notre vie, même quand il n'est pas là, dans notre cœur, dans notre solitude. Et c'est ce que la parole ne saura jamais faire, puisqu'elle l'abolit…."



C'est une introduction qui me plait assez….
J'ai cherché pendant longtemps, la carte, la phrase, la citation ou le cadeau qui auraient pu mieux que mes propres mots te dire à quel point tu comptes pour moi.
Mais, quel intérêt?
Alors aujourd'hui assise bien droite à mon bureau, j'essaye de t'exprimer, et ce, comme à un examen avec les mots les plus justes, l'amour que je te porte.
Tu ouvriras sans doute cette carte dans ton train, moi je serais en voiture avec JC et j'essayerais d'imaginer l'expression de ton visage quand tes yeux balayeront ses quelques lignes.
Je l'ai réfléchie longtemps cette lettre, je l'ai pensée, j'en ai fait des tas de brouillons. J'avais des phrases toutes prêtes dans ma tête, mais dès que je commence à écrire mes mots ne sortent plus dans le bon ordre…. Que puis-je te dire d'ailleurs que mes regards, mes gestes, ma conduite certains de mes mots et même parfois mes silences ne t'aient dit avant moi?
Je pense sans arrêt à ton train qui va quitter la gare demain par ce que à ce moment là ce sera la fin.
Pardonne ma prose "mélo-dramatico-tragique" mais je le vis assez mal…
Bien sûr que nous nous reverrons, beaucoup au début et puis un peu moins…. Comment peut on faire coller nos vies l'une à l'autre quand elles sont si différentes?
Tu vas tellement me manquer….
Cette année avec toi fut pleine de surprises, et quand j'essaye de comprendre d'où tout cela est parti je ne parviens jamais à aucune explication. Je crois que c'est comme çà, mine de rien la relation s'est tissée comme une toile d'araignée, fil à fil, par hasards de moments non choisis de la vie où tout était prétexte à voir à quel point on se captait.
Le plus dur pour moi c'est de te laisser partir avec ce goût d'inachevé sur les lèvres. Je cherche les mots qui pourraient nous dire sans nous trahir, qui pourraient nommer cette histoire et tout ces moments que je n'ai pas notés. Tu m'auras rempli la tête de souvenirs; belle expérience que tu m'as offerte là…. Pendant longtemps j'ai pensé qu'il y'avait des gens qui rentraient dans une vie pour un court moment, partager un peu puis repartir pour finir dans l'oubli, et puis d'autres, bien qu'ils ne passent qu'un bref instant impriment pour toujours leur marques dans l'autre.
Bref, tout cela pour te dire que tu fais désormais partie de toutes mes images indélébiles.

Il va falloir que je profite de toi un maximum, que je grave dans ma tête chaque petits bout de ton corps, l'expression de ton visage quand tu me regardes, que je colle ton odeur à ma peau. Je mettrais tes caresses, tes lèvres sur les miennes, nos étreintes, ta main dans mes cheveux qui me réchauffe le rêve, je mettrais tout cela dans un coin de ma tête et je le sortirai quand l'absence se fera trop forte… je prend cela comme la garantie que même si les choses ont pris une tournure différente de celle à laquelle j'aspirais il y'a tout de même ce "je ne sais quoi, ce presque rien" (Vladimir Jankélévitch) qui fait que je t'aime tant.

Par ce que c'est vrai je t'aime, à la fois pour tout ce que tu es et tout ce que tu n'as pas été ; pour tout ce qu'on s'est dit, et pour le reste qui se devine dans nos silences. Je t'aime pour tous ces frôlements de peau, ces corps à cœur ou au-delà de la passion physique se dessine un attachement l'un pour l'autre indéniable.
Je me suis souvent demandé quelle place j'avais dans ta vie, ce que je representais à tes yeux, si tu avais de moi la même image admirative et douce que j'ai de toi. Je sais aujourd'hui que cela n'a que peu d'importance, que le principale est que nous ayons vécu ce qu'il y'avait à vivre sans hypocrisie, ni pudeur, sans fausse retenue, juste avec l'envie d'être l'un à l'autre par petit bouts……


C'est vrai qu'il n'y pas eu que des bons moments, qu'on s'est un peu écorché le cœur tous les deux de temps à autres, mais tout cela s'estompe et s'efface quand je repense à ces petits moments passés ensemble où l'illusion que tu m'appartenais été parfaite….
Il m'est arrivé d'être en colère contre toi aussi, j'étais en colère que tu ne comprennes pas que j'y croyais pour deux, que tu avais juste à être là, à coté de moi, sans trop me faire de mal….
En colère aussi pour cette indifférence que tu laissais parfois paraître et qui remplissait ma tête de doutes et de pourquoi. Mais je sais que tu m'as donné un peu de toi et je t'en suis reconnaissante.

Au final, cette lettre n'as pas vraiment de but précis, si ce n'est de te dire à temps que je t'aime, par ce plus tard seras trop tard…
Tout cela va me manquer très fort…
Quand je pense à ton départ, je suis envahie par plein de sentiments différents : "on risque de pleurer un peu si l'on s'est laissé apprivoiser"….. (Le petit prince…)
Il va falloir s'habituer à l'absence, essayer d'exister dans d'autres yeux que les notre.
Puisque nous, enfin puisque JE suis en plein aveux, j'en profite aussi pour te dire que je suis désolée, je ne suis pas toujours facile mais cela ne t'a jamais empêché d'être là quand il le fallait….
Je ne sais pas très bien ce que l'on est toi et moi, mais j'ai trouvé mon petit bonheur à tes cotés durant ces quelques moi et j'espère que j'ai pu t'apporter un tout petit rien aussi.

Voilà? Que dire de plus? Cette lettre n'est ni une lettre d'excuses, ni une lettre de remerciements, pas non plus une lettre d'amour fol bien que je t'ai présenté les trois. Ce sera comme un contrat entre toi et moi certifiant que nous sommes liés l'un à l'autre. Que même absent je continuerai de me lover tout contre ton corps, en repensant à ce qu'on a partagé et à tous ces souvenirs que l'on s'est laissés…
Je n'ai pas envie de finir cette lettre par ce que je serai obligé de te dire au revoir et je n'apprécie que très peu cette idée…. Tu penseras peut être que j'abuse des citations d'auteurs, mais celle là, je la trouve très belle, c'est une lettre de Juliette Drouet à Victor Hugo :


" Je fais tout ce que je peux pour que mon amour ne te dérange pas. Je te regarde à la dérobée. Je te souris quand tu ne me vois pas. Je mets mon regard et mon âme partout où je voudrais mettre mes baisers, dans tes cheveux, sur ton front, dur tes yeux, sur tes lèvres, partout où les caresses ont un libre accès…."

Quitte à finir autant que ce soit sur une jolie fin, alors je pense que ça y'est j'ai presque tout dit… et puis ça commence à faire long alors je vais te laisser.

Prends soin de toi, love
Charlotte….

  il n'est jamais trop tard pour être soi....
TheDream


Il y a la musique, et ce que l'on en fait.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
515 commentaires
Membre depuis
5 février 2006
Dernière connexion
6 mars
  Publié: 11 févr 2006 à 15:54 Citer     Aller en bas de page

Que dire sur cette lettre ...

C'est une de ces lettres qui prennent au coeur , qui nous font verser des larmes .
Rien qu'en parcourant ses lignes je n'ai pu les empechers .

Je connais si bien cette situation , pour l'avoir vecus ...

Courage a toi Charlote , ne retiens que les bons moments ...


Amicalement .

  Miles after miles ...
lulubellule


les vrais paradis sont les paradis qu'on a perdu...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
2 poèmes Liste
5 commentaires
Membre depuis
10 février 2006
Dernière connexion
19 mai 2006
  Publié: 12 févr 2006 à 18:02 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai pas pu finir ta lettre...j'ai commencé ,j'ai avancé mais ça me fait mal tro mal ma situation n'est pas la mem mais une séparation d'avec quelqu'un kon aime ceux sont ces mots...ils sont si douloureux ici inscrit...
je pense a toi car je sai les douleur de l'amour...
Thedream j'aimerai beaucoup te parler j'ai lu un de tes poeme et je le trouve super...mais je ne sai pas comment ça marche ici sur ce site pour se parler...

 
SélénaéLaLouveFéline Cet utilisateur est un membre privilège


"Vient qui veut, reste qui veut, part qui veut"
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
242 poèmes Liste
9370 commentaires
Membre depuis
29 février 2008
Dernière connexion
14 avril
  Publié: 23 sept 2009 à 11:25
Modifié:  23 sept 2009 à 11:26 par SélénaéLaLouveFéline
Citer     Aller en bas de page

cha

J'ai juste a dire que je connais, sauf que c'est moi qui suis allée prendre le "train"


Très émouvante cette lettre, quels souvenirs en moi, tu as fais remonter...

Très jolie lettre

Sélénaé (La Lionne)

 
Utopie_des_Anges


L'amour n'est pas un rêve...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
18 poèmes Liste
65 commentaires
Membre depuis
14 avril 2010
Dernière connexion
2 octobre 2012
  Publié: 14 avr 2010 à 10:35 Citer     Aller en bas de page

C'est terrible de laisser son(sa) bien aimé(e) partir dans ce train...

Pour l'avoir vécu... tes mots me touchent tellement... ils sont criant de vérités, teintés d'une tendresse amer et ce goût d'inachevé...

Oui gardons ces meilleurs moments comme "des traces indélébiles"...

Merci de partager cette lettre émouvante...

  Sans rêve rien ne change.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 125082
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0583] secondes.
 © 2000 - 2014 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.