Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 25
Invisible : 0
Total : 26
· SienKieWicz
13170 membres inscrits

Montréal: 2 juin 13:21:57
Paris: 2 juin 19:21:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: La femme et l'adolescent Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 14 mai à 12:34
Modifié:  14 mai à 13:38 par Emme
Citer     Aller en bas de page

En souvenir, amer, de Sylvie T...

Je rêve encor de vous qui m’avez fait si mal
À ne vous dévoiler dans un tout dernier geste
Qu’au soir meurtri de cet après-midi funeste
Qui me poursuit toujours d’un mal-être primal.

J’étais l’adolescent devant une madone !
Était-ce de l’amour ? J’avais le feu aux sangs
De vous voir installée dans le creux du divan,
Avec vos yeux coquins que jamais rien n’étonne.

Oui, moi, jeune garçon, je buvais vos paroles,
Seulement emporté par l’ivresse des sons,
Tandis que mes regards sur vos deux genoux ronds
Imaginaient déjà frôler votre corolle.

Vous me saviez troublé et vous preniez la pose
En attendant de moi peut-être un mouvement
De mes mains vers vos seins, ou même seulement,
Un imprudent baiser sur vos lèvres si roses.

Vous me donniez l’envie, ingénue et narquoise,
L’envie de vous aimer sans vertu ni pudeur,
Mais dans le feu ardent qui suintait des heures,
Vous reveniez toujours à vos airs de bourgeoise !

Je devais être un homme et n’étais qu’un enfant.
J’aurais dû… j’aurais dû vous prendre sans décence,
Vous prouver l’énergie de mon adolescence,
À vous, la femme prétentieuse de trente ans.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
197 poèmes Liste
2678 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 14 mai à 14:27 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Bernard

Aïe ! C'est ce qui s'appelle "rester sur sa faim ! " et fin de l'histoire ( qui n'a pas débutè ! )...

Au demeurant, délicieusement contée, cette histoire où se mêlent, à ce trouble du jeune ado que tu étais, l'envie, le feu je dirai même qui te consumais ! Le au corps !

Tu vois, la question à se poser d'après moi, vaut-il mieux vivre avec des remords que des regrets ?

Là, regret il y a, si tu avais "tenté le coup", de deux choses l'une ou... bingo ! ou une bonne paire de claques , on oublie la claque, la joue est rouge mais ne fait pas mourir ! Alors que là tu y penses toujours ! Remarque, pour nous lecteurs, tu nous a concocté ainsi un superbe poème ! Merci pour ce partage.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Didier
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
2555 commentaires
Membre depuis
12 janvier 2005
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 15 mai à 01:39 Citer     Aller en bas de page

J'aime bien l'histoire que raconte ce poème. (Elle ressemble à celle du film Le lauréat avec sa célèbre musique par Simon and Garfunkel.)

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14073 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 15 mai à 05:16 Citer     Aller en bas de page

Je l'aime ce poème.

 
Pieds-enVERS


Qu'importe si l'alexandrin est mal chaussé à partir du moment où il a une semelle musicale
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
1710 commentaires
Membre depuis
31 janvier 2015
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 15 mai à 09:33 Citer     Aller en bas de page

Bonjour
Oh combien j'aime ce texte.....ce jeu de séduction entre cette femme épanouie et tout le désir exprimé par cet adolescent , une dualité entre interdit et passage à l'acte , et tout est si joliment écrit presque avec pudeur ....fallait oser et ne pas rester sur des regrets .

 
Damon

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
435 commentaires
Membre depuis
20 février 2018
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 15 mai à 11:06 Citer     Aller en bas de page

Très fort!

 
Jean-Louis


La vie, ce que l'on en fait, est comme un jardin...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
158 poèmes Liste
4577 commentaires
Membre depuis
29 octobre 2015
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 15 mai à 15:09
Modifié:  16 mai à 13:06 par Jean-Louis
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Bernard,

C'est fièrement dit et votre poème traduit avec talent la timidité impétueuse du jeune garçon que vous étiez. Des regrets, vraiment, après tout ce temps !

Amicalement
jlouis

  Poésie, la vie entière
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
102 poèmes Liste
778 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 16 mai à 01:47 Citer     Aller en bas de page

Il ne s'est rien passé et dans votre esprit c'est à jamais une porte ouverte au désir
J'aime beaucoup.

 
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
3898 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 16 mai à 02:47 Citer     Aller en bas de page


Le Blé en herbe... Mais lui, il a osé...

Un coup de coeur pour ce poème

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Kanth
Impossible d'afficher l'image
L'Aube pâlit, elle avait reconnu le Monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
56 commentaires
Membre depuis
20 mars
Dernière connexion
1er juin
  Publié: 16 mai à 04:11 Citer     Aller en bas de page

L'adage dit que des remords valent mieux que des regrets. Mais est-ce vrai ? Vous avez très bien su rendre l'amertume que procure encore ce souvenir. Par la grâce de votre texte, beaucoup d'hommes se souviendront d'avoir été cet adolescent transi et qui brûle pour LA femme. Merci d'avoir si bien restitué ces moments cruels et émouvants.

 
HF.TELLER
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
46 poèmes Liste
355 commentaires
Membre depuis
24 décembre 2019
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 16 mai à 06:09 Citer     Aller en bas de page

Merci Mawringhe
Des remords : je n'en aurais pas eu, je pense...mais les regrets sont toujours présents...

Merci Didier
Oui...ou "le diable au corps" de Radiguet...mais ils ont conclu, eux !...

Merci Adamantine
Du passage et de l'appréciation.

Merci Pieds-enVERS
Oui, j'aurais dû...mais, n'est ton pas bête quand on 17 ans ?

Merci Damon
Pour avoir apprécié.

Merci Jean-Louis
Oui, des regrets encore : c'était vraiment une très belle femme, un peu coquine et certainement un peu seule aussi (expatriée elle aussi en Algérie).

Merci Fried
Tout à fait. Et les portes ouvertes alimentent la poésie. Mais, en l'occurrence, j'aurais bien aimé la fermer, moi, cette porte là...

Merci Sidonie
Tout à fait raison...je suis bien le seul fautif de ces regrets...

Merci Kanth
Et de plus, on ne s'imagine pas la trace indélébile que cela laisse dans la mémoire.

Amitiés à toutes et tous.
Bernard

 
Rose-Amélie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
1288 commentaires
Membre depuis
1er mars 2019
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 20 mai à 14:07 Citer     Aller en bas de page

La fougue de l'adolescence empêtrée dans ses perspectives contradictoires... ne pas savoir quoi dire, quoi faire... et il reste là à tenter de la déchiffrer, ce faisant, il manque une occasion inoubliable. Et celle-ci est manifestement plus entraînée aux jeux de l'amour et de la séduction que lui!...

J'ai aimé le ton un peu théâtral de ce poème, qui se prête bien à la persistance de ce souvenir marquant et marqué par le regret.

Bravo!

Amitiés
Rose-Amélie

  🌷
Adria d'Orances


Recueil de poésies érotiques édité ...... (voir mon profil)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
8 poèmes Liste
1275 commentaires
Membre depuis
9 mars 2016
Dernière connexion
2 juin
  Publié: 23 mai à 04:28 Citer     Aller en bas de page

Merci Bernard pour ce poème de l'occasion perdue.
La jeune femme était joueuse et vous, vous étiez dans la pré-découverte des jeux de l'amour.
Vous rejouez visuellement cette scène, par vos mots, et rien de cette ambiance n'est perdue, juste l'occasion... peut-être ?!

Un beau texte que je me réserve en favoris.


Adria

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 221
Réponses: 12
Réponses uniques: 12
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0653] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.