Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 269
Invisible : 0
Total : 269
13186 membres inscrits

Montréal: 17 jan 21:52:11
Paris: 18 jan 03:52:11
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Respire (2020) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
221 commentaires
Membre depuis
7 août 2019
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: Hier à 07:32
Modifié:  Hier à 08:25 par Argynne Aphrodite
Citer     Aller en bas de page

Calme ta peur qui conte et s'emballe
des possibles effrayant ton joli coeur malade ;

Tu sais tout ce qui doit apaiser !
Tu vis tout ce qui doit rassurer !


Calme le grincement de tes serrures pieuvres.
Ses tentacules t'attrapent comme une fleur carnivore
répandent le poison qui vocifère
dans ta tête
dans tes yeux
dans ta gorge
dans ton coeur
dans ton ventre.

Sa poche-au-noir se vide
dans tes rêves
dans tes heures
dans ton éveil
dans tes avancées
dans ta confiance.

Calme ta peur vorace,
enfant unique de tes cauchemars,
calme ta peur et libère la place
à l'orchestre de votre amour phare.

  Poétiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Cecel Cet utilisateur est un membre privilège Nouveau membre!


Il n'y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes. Il n'y a que de mauvais cultivateurs. - Victor Hugo
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
3 poèmes Liste
16 commentaires
Membre depuis
14 janvier
Dernière connexion
18 janvier
  Publié: Hier à 09:08 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Argynne Aphrodite,
J’ai beaucoup apprécié votre poème en ressentant une réelle authenticité.
Les mots sont si forts et la syntaxe tellement… implacable.
Un dilemme entre la raison –probablement accessible grâce à un entourage rassurant- et un stress maladif qui occulte toute ouverture sur la vie, la vraie, celle qui est là, toute proche, vous tendant la main.
Je ne veux pas sombrer dans la facilité en donnant des conseils mais c’est tentant.
Merci pour ce partage.
Amitiés.
Cecel

 
Allantvers Cet utilisateur est un membre privilège


Il ne faut écrire qu'au moment où chaque fois que tu trempes ta plume dans l'encre un morceau de ta chair reste dans l'encrier. Léon Tolstoï
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
247 commentaires
Membre depuis
3 novembre 2019
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: Hier à 17:15
Modifié:  Hier à 17:16 par Allantvers
Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup le message de ton poème , un dialogue intérieur qui me parle de l'angoisse et de l'amour, peut-être de la peur d'aimer. Les images sont fortes, la construction elle-même est très évocatrice. De la très belle poésie.



MariePaule

  MariePaule
ori
Impossible d'afficher l'image
Mourir? C'est bien la dernière chose que je compte faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
717 commentaires
Membre depuis
24 août 2018
Dernière connexion
17 janvier
  Publié: Aujourd'hui à 01:48 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Argynne,
Le rythme de votre poème nous fait sentir la suffocation que peut provoquer la peur intrasèque celle qui vient du ventre et finit par nous tétaniser… Il fait surgir la question se sépare-t-on un jour vraiment de ses peurs ou pouvons nous nous contenter de les apprivoiser afin qu'elle laisse l'essentiel se révéler.. Si besoin elle sera toujours là et sera se réveiller.
Tel un petit prince avec un renard:
« Je ne suis pour toi qu’un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. »
Amicalement
Philippe

  Ori
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 76
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 1 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0260] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.