Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 22
Invisible : 0
Total : 22
13124 membres inscrits

Montréal: 22 nov 18:05:10
Paris: 23 nov 00:05:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Poppy... ( Coquelicot ) pour l'amour d'un pays ! Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1963 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 10 nov à 17:13
Modifié:  11 nov à 03:41 par Maschoune
Citer     Aller en bas de page

* Poppy en Anglais, coquelicot. Fleur de la solidarité et du souvenir portée par les Anglais en la mémoire des morts de la première guerre mondiale.

Ils n'étaient pas Français, ils sont venus de loin, certains même, de très loin. Ont tout quitté. Nombreux ont perdu leur vie, pour notre beau pays : la France !

Une fleur symbolique qui pousse sur notre sol, à la couleur du sang et de nos cœurs pour les remercier infiniment, chaleureusement. Un devoir de mémoire.
Cent-un ans se sont écoulés mais le souvenir, une pensée profonde et émue demeurent pour nos compatriotes ainsi que pour tous ces hommes et femmes, de tous pays, qui ont tout donné, jusqu'à leur dernier souffle.

Les pertes humaines, militaires et civils confondus, s'élevèrent à environ 18,6 millions de morts...

Vingt ans plus tard, la seconde guerre mondiale éclatait, devenant le conflit le plus meurtrier de l'histoire, entre 50 à 70 millions de morts...

A quoi pense l'homme ?

Plus jamais ça et pourtant ! Regardez le monde, jugez par vous-mêmes.
Nous ne sommes à l'abri d'aucune folie humaine !

Le coquelicot à " l'ardeur fragile " continuera à pousser...

Poppy... (Coquelicot) pour l'amour d'un pays !

Coquelicot, couleur de sang,
Pétales frêles et froissés,
Que tu déplies dans tous les champs,
Parmi les blés blonds de l'été...

La Grande Guerre et tous ses morts.
Les obus, seuls, remuent la terre,
Nul ne peut connaitre le sort,
Des hommes partis à la guerre.

Combien d'entre eux ne verront plus,
Femmes, enfants ou leur pays ?
Gisant au sol, ils n'auraient cru...
Qu'ici s'achèverait leur vie !

Coquelicot, couleur de sang,
Pétales frêles et froissés,
Tu es le seul qui à présent,
Leur long sommeil, viendra parer.

Dans cette guerre des tranchées,
La mort puait de toutes parts.
La peur au ventre et la nausée,
Lot des soldats aux yeux hagards.

Pour nos frères qui sont tombés,
Tu es devenu une obole,
Petite fleur rouge empourprée,
Sur les poitrines, un symbole.

Coquelicot, couleur de sang,
A celui des hommes mêlé,
Versé jusqu'au dernier instant...
Quand le clairon a résonné !

C'était le sept*, cessez-le-feu !
Leur annonçait Pierre Sellier*,
Mettant fin à ces jours odieux,
Le onze*, le traité signé.

Coquelicot, couleur de sang,
Dans les épis blonds de l'été,
Déplies pétales tous les ans,
Dans tous les champs de Liberté.

Mawr


* Sept novembre 1918 à 20h20, Pierre Sellier, Caporal au 171 ème R.I. à Belfort, Premier bataillon, fut chargé d'annoncer, par la voix de son clairon, la fin des combats.
* Onze novembre 1918, à 5h15 dans un wagon, dans la forêt de Compiègne à Rethondes (Oise) , l'armistice de Rethondes est un traité signé entre la Triple Entente (République Française, Empire Russe, Royaume-Uni) et l'Allemagne.

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
306 poèmes Liste
17816 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 03:36 Citer     Aller en bas de page

J'ai été attirée par le titre car le coquelicot est ma fleur des champs favorite. Même si je dois avouer que je préfère garder son image bucolique, voilà un bel hommage dans ton texte

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
207 poèmes Liste
11478 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 03:44 Citer     Aller en bas de page

Chapeau Mawr

Tu as su trouver les mots, simplement, sans envolée lyrique, pour dire le sacrifice et le calvaire de ces hommes !

Merci pour eux Mawr !

  ISABELLE
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
257 poèmes Liste
8759 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 04:13 Citer     Aller en bas de page

je thème aux "si", MAWR t'y nais.
.
j'ai moi aussi cueilli, de ces fragilités.
maintenant je laisse, ces présences en champs.
sont-ce des pavots en vie, que l'on peut observer,
avec tendresses, en mots de toi pensant.
.
ce qui peut paraitre, d'usages surprenants,
ce serait le bleuet, que les historiens,
nous ont fait connaitre, pour cet évènement.
ton texte en secret, sait nous faire du bien.
.
j'aime ta sensibilité, et tes imageries.
maintenant, je verrais les coquelicots,
d'une autre visibilité, en en gardant l'esprit.
évidemment, ici ce ne sont que des mots.
.
SAM fait voyager ?
l'important c'est un jour férié.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1963 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 08:05 Citer     Aller en bas de page

Bonjour à vous trois

- Vinie, merci de ton passage sous mes lignes, tu as vu "rouge", c'est ce qui t'a amenée ! Je plaisante, deuxième point commun après "La Méditerranée", les coquelicots... J'aime énormément ces fleurs simples, fragiles et fortes à la fois. La graine d'un coquelicot peut rester en terre très longtemps, si les conditions ne lui sont pas favorables, mais, dès que le sol est à nouveau remué et qu'il tombe un peu d'eau, la voilà repartie avec encore plus de vigueur, nous donnant ces couleurs flamboyantes dans les champs !

- Maschoune, ton enthousiasme me va droit au cœur et je te remercie sincèrement ! C'était pour moi une évidence de saluer toutes ces personnes qui ont donné leur vie pour notre patrie. Comme je le dis, c'est un devoir de mémoire. Non pour entretenir une haine ou un sentiment hostile vis à vis de l'Allemagne, surtout pas ! Simplement une piqûre de rappel pour qu'une telle abomination ne récidive pas... c'est mon souhait le plus cher. Toutefois, tout laisse à penser que toutes les guerres ayant eu lieu et celles en cours ne suffisent malheureusement jamais ! Quand, d'une manière collective y aura t-il une véritable prise de conscience, quand ? Il faut tout de même y croire...

- Sam, effectivement, je ne t'apprends rien si je te dis que pavot et coquelicot font partie de la même famille ! Quoique, attention toutefois avec le coquelicot, car bien dosé, je te promets en plus d'un effet antitussif de voir " les éléphants roses " dans ton sommeil ! Tu as raison quand tu parles du bleuet que les historiens ont fait connaître davantage, il est d'ailleurs aujourd'hui encore, en France, la fleur arborée en ce jour lors des cérémonies officielles. Toutefois pour la petite histoire, c'est une française exilée aux États-Unis, Anna Guérin, qui eut l'idée de faire confectionner par les veuves de guerre, qui n'avaient aucune pension à l'époque, des coquelicots et bleuets en soie d'abord, puis en papier, qui étaient vendus le 11 novembre et dont tous les fonds récoltés leur étaient reversés à titre de soutien. La France petit à petit à gardé comme emblème le bleuet, la Grande-Bretagne et plusieurs pays du Commonwealth, " le poppy "(coquelicot) !
Merci à toi, Sam, qui me gâtes souvent avec tes " comment-poèmes " ! Et comme tu le dis si bien... c'est un jour férié !

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15752 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 10:14 Citer     Aller en bas de page

tres plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
451 poèmes Liste
21962 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 11 nov à 10:30 Citer     Aller en bas de page

Un grand merci MAWR, pour ce magnifique poème, ne pas oublier tous ces jeunes hommes et leur famille, ces hommes qui sont venus de loin mourir sur une terre étrangère. Un des plus jeunes avait 17 ans.
Quand j'étais petite, mon père m'emmenait aux cérémonies officielles pour honorer tous les morts de ma ville et les autres bien sûr et je vendais des bleuets et des coquelicots en papier.
Fragile est cette fleur comme la paix que nous souhaitons tous.
Merci pour tes connaissances que tu nous fais partager.
Quelqu'un de ma famille, un jeune de vingt ans est décédé la veille de l'armistice.
Un vibrant hommage de ta part, merci encore à toi
Bises ODE 31 - 17
Un coup de coeur

  OM
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1963 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 11 nov à 16:00 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir à vous deux,

- mido, merci d'avoir pris le temps de lire le texte et ce poème qui me tiennent particulièrement à cœur !

- Ma Petite Cigogne, je suis tellement heureuse de te revoir !
Je "rebondis"sur ce décès de ce jeune de ta famille, décédé la veille de l'armistice et là... c'est ce qui arrache encore plus les tripes !
A ne pas revenir, mieux vaut tomber le premier jour et ne pas avoir à subir toutes les horreurs que cette guerre, comme toutes les guerres d'ailleurs, a pu faire faire subir... Ironie du sort qui semble se moquer de tout ! "Tu as survécu jusque là mais c'est fini... et le lendemain, la guerre est terminée." Quelle diablerie !
Une pensée s'imposait à moi, aujourd'hui, pour rendre un modeste hommage à tous ceux qui sont tombés pour la France.
C'est moi qui te remercie, Ode, pour ton coup de cœur.



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
634 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 12 nov à 02:28 Citer     Aller en bas de page

merci pour ce joli texte en poésie pour ce 11 novembre.

 
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
30 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
12 novembre
  Publié: 12 nov à 05:49 Citer     Aller en bas de page

Mawr, un magnifique et poignant hommage dans "un devoir de mémoire". Tout a été dit avant moi et tes mots sur ce texte me sont allés droit au coeur. Tu as une grande sensibilité mawr et j'aime, alors un grand merci à toi pour ce partage!























 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
134 poèmes Liste
1963 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
22 novembre
  Publié: 12 nov à 08:44 Citer     Aller en bas de page

à vous deux !

- Fried, je t'en prie, c'est moi qui te remercie de suivre mes écrits et d'y apposer un petit commentaire que je prends plaisir à lire !

- Franck, comme je disais juste plus haut à Fried, c'est à moi de remercier ! Ton commentaire me fait grand plaisir et je suis heureuse de voir que tu as aimé mon poème.
Son partage avec tous les lecteurs me touche. C'est une part de notre histoire, où toutes les familles de l'époque, de près ou de loin furent endeuillées ou touchées. Je pense également à tous ceux qui ne sont pas morts mais sont revenus estropiés, diminués... ce dut être pire encore ! Comment ne pas avoir une pensée pour toutes ces choses affreuses, même cent ans après, sans l'avoir personnellement vécu mais en sachant qu'encore de nos jours, de par le monde, de telles atrocités perdurent ! Effectivement, je suis sensible à cette souffrance, à toutes les souffrances qu'elles quelles soient. C'est plus fort que moi...

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 200
Réponses: 10
Réponses uniques: 8
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0547] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.