Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 34
Invisible : 0
Total : 39
· Adria d'Orances · Paul Ferguson · Drôle d'oiseau · silence. · navigateur
13050 membres inscrits

Montréal: 10 déc 04:28:33
Paris: 10 déc 10:28:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Sultana Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Marc-Antoine


La nuit noire est sacrée
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
46 commentaires
Membre depuis
24 octobre
Dernière connexion
7 décembre
  Publié: 6 déc à 10:03
Modifié:  6 déc à 10:37 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

Sultana


Fertilisé par vos courbures promulguées,
Je me vis étourdi d’Ingres et de voilages.
Vos rivières de col, d’eaux de lys irriguées,
Finirent par vider mes bien piètres adages.
Vos regards traversiers, vos sourires subtils
M’avaient pourtant promis baldaquin et sultane,
Alors que s’éveillait la tentation fragile
D’être de votre couche l’étalon, le prytane.
Aussi, lorsque, vaincu par votre jeu cynique,
Las de gravir en vain cette stèle érigée,
Je démasquai enfin l’ombre machiavélique
De votre esprit malin qui me désagrégeait,
J’arrachai violemment de l’ambre chevelure
Le diadème d’argent qui ornait votre front
En jurant perdition de telle âme parjure
Comme vindicte légitime de l’affront.
Devenu comme fou, je saisis un poêlon
Et frappai votre crâne, frappai puis refrappai !
Aveuglé par la haine, démuni de raison,
Pareil à un molosse avide de sang frais.
Non, je déconne. En vrai, j’ai fait comme les autres :
Ma dignité en berne, je t’ai rendu la laisse
Et rejoint chichement l’armée des bons apôtres,
Ceux qui secouent leur queue en pensant à tes fesses.

  Soyons réalistes: demandons l'impossible
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
166 poèmes Liste
2588 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 6 déc à 10:40 Citer     Aller en bas de page

Ha ha ha !

D'une haute envolée, Prytane convoqué - excuse du peu, finir en soumis... Quelle décadence !

Je préfère la Fesse Insoumise.

Tu m'as bien fait marré. Merci.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
191 poèmes Liste
10302 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 7 déc à 03:41 Citer     Aller en bas de page

Citation de Marc-Antoine

Non, je déconne. En vrai, j’ai fait comme les autres :
Ma dignité en berne, je t’ai rendu la laisse
Et rejoint chichement l’armée des bons apôtres,
Ceux qui secouent leur queue en pensant à tes fesses.



La fin de ton poème m'a bien fait rire
Elle arrive sans qu'on s'y attende, c'est plutôt bien vu après le début plutôt lyrique !

Merci à toi

  ISABELLE
Obsidiane

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
219 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 7 déc à 05:43 Citer     Aller en bas de page


Tordant

N’empêche c’est bien mené

O.

 
Miette
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
22 poèmes Liste
223 commentaires
Membre depuis
30 novembre
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 7 déc à 15:37 Citer     Aller en bas de page

Ainsi s’étreignent les sens dans leur humble misère ^^
Merci Marc-Antoine pour cet épatant et inattendu fou rire

 
Paul Ferguson


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
11 poèmes Liste
177 commentaires
Membre depuis
30 octobre
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: Avant-hier à 03:47 Citer     Aller en bas de page

Ne riez pas mesdames,
car nous sommes nombreux
A rêver de ces drames
Dans l'antre ténébreux...

De rêves impossibles
Soulageant comme on peut
Vos refus indicibles
Par nos doigts vigoureux

  Trouver d'abord, chercher après. Jean Cocteau
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 107
Réponses: 5
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0435] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.