Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 8
Invisible : 0
Total : 8
13035 membres inscrits

Montréal: 18 sept 21:46:10
Paris: 19 sept 03:46:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: A ma femme. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
slim le poete
Impossible d'afficher l'image
ne te désespère jamais de rien tant que tu peux encore aimer...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2011
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 11 juil à 08:39
Modifié:  12 juil à 13:36 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Tes lèvres étaient sensuelles, je voulais t’embrasser
Et faire de notre baiser un long voyage de désir
Tu me parlais alors que j’étais loin d’écouter
Je te regardais comme un véritable point de mire.

Ta main chancelante était douce et tellement chaude
Je la retenais comme si je voulais à jamais la retenir
Je la sentais cependant qui fuyait la mienne si grande
Pour ta petite main toute blanche, blafarde et si pure !...

Ta voix était fraîche, évoquait le murmure du printemps
Je l’écoutais telle une musique que j’ai aimée et oubliée
Tu chantais en parlant remuais tes douces lèvres en souriant
Tes paroles étaient un concert que dans mon cœur j’écoutais.

Tes yeux doux et mélancoliques, avaient la clarté de mai
Dans leur profondeur je me perdais et me saoulais
Tes yeux sont si beaux que devant ton image les miens se figèrent
Je les aime et les adore comme une nouvelle prière…

Tes cheveux couleur de blé valsaient sous la brise
Cachant parfois et tes yeux et tes lèvres vermeilles
Et puis retrouvaient leur forme découvrant un visage dont je me grise
C’est tout un champ de blé sur lequel mes lèvres sommeillent

Ton corps si frêle d’antan vibrait sous le vent du printemps
Je voulais te sentant chancelante entre mes mains te retenir
Et te serrer contre moi pour mieux sentir tes sensations
Ton corps arborait l’effigie d’une idylle que je voulais vivre

Ton âme comme un firmament s’ouvrait aux bonnes âmes
Je m’y suis aventuré avec un corps souillé et presque infâme
Et durant mon voyage mon âme à ton contact s’épurait
Ton âme est un océan paisible par la nature créé pour aimer

Ton esprit est celui d’un bel enfant qui a vite grandi
Il prêche la beauté et l’innocence des choses de la vie
Il affectionne et gagne sans le vouloir l’amour de nous tous
C’est un esprit pieux et paisible qui n’aimerait aucune rescousse

Ton amour pour la vie comme une fleur pour une douce averse
Il ne finit point se peut-il que ton cœur soit si profond ?
Mes déconvenues désormais sur ton cœur s’apaisent
Ton amour est si pur que je ne saurais lui trouver de nom…

Telle est la femme que j’aime et que je protégerais
Une telle histoire n’est que l’ombre de ses qualités
Je ne saurais bien vous la décrire et dévoiler le secret de sa vie
Je l’aime mon Dieu je l’aime et de toute mon âme je la chéris.


Slim le poète.

  être davantage grandi par la paix du jour qui tombe...
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
211 poèmes Liste
6831 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
18 septembre
  Publié: 13 juil à 02:12 Citer     Aller en bas de page

slim le poète

Telle est la femme que j’aime et que je protégerais
Une telle histoire n’est que l’ombre de ses qualités
Je ne saurais bien vous la décrire et dévoiler le secret de sa vie
Je l’aime mon Dieu je l’aime et de toute mon âme je la chéris.

et maintenant là où elle est, elle le sait, et de son énergie dont tu ne dois pas douter, elle chemine à tes côtés.

à + de Sam

 
slim le poete
Impossible d'afficher l'image
ne te désespère jamais de rien tant que tu peux encore aimer...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
43 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
5 décembre 2011
Dernière connexion
16 juillet
  Publié: 16 juil à 06:13 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sam,
merci pour votre gentil commentaire. Slim.

  être davantage grandi par la paix du jour qui tombe...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 149
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0190] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.