Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 119
Invisible : 0
Total : 121
· généralissime
Équipe de gestion
· In Poésie
13164 membres inscrits

Montréal: 12 déc 18:46:16
Paris: 13 déc 00:46:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes d'amour :: Giono, Le Contadour et les godasses d’azur Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
32 poèmes Liste
23 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
10 juillet
  Publié: 20 mars 2018 à 10:37
Modifié:  5 avr 2018 à 05:31 par ACONCAGUA
Citer     Aller en bas de page

Giono, Le Contadour et les godasses d’azur






C’était un jour où la Montagne de Lure
berçait son calcaire laiteux
dans la moiteur des genévriers
Le ciel semblait s’excuser d’être si pur
et le jas des Terres du Roux
tentait encore de me réchauffer
dans ses vapeurs de miel d’agneau.

Dehors le solstice d’été triomphait
dans l’échancrure du temps
il me rappelait mes pauvres efforts
pour échanger mes rides
au marché de la vieillesse.

J’avais trop bu ou bien il était trop tard
mes rêves réécrivaient le vivant
et mon sommeil persistait
dans le mensonge d’une nuit d'été

Le café noir distillait ses promesses
dans le gris cabossé de l’aluminium
et le pain sauvage au goût d’anis
essayait de rester tendre sous la dent.

Dans mon sac à dos, les milliards d’images
collaient à la sueur sans âge
de mon coupe-vent
trop riche de ses combats face au mistral
et ses bourrasques insouciantes

Le jas des agneaux gonflait encore
ses ruines apeurées pour écouter Crésus
Les pierres cherchaient les répliques
dans l’amoncellement des caméras ivres de ciel
et Giono doucement,
dans la douceur de ses doigts bleus,
brodait des images.


Mon pas gonflé par les caresses de l’herbe humide,
semblait porté par des godasses d’azur
et le sommet de Larran, si lointain ce matin,
affichait ses rondeurs sucrées,
dans les dernières brumes assassines.
Lure, décidément, s’enfuyait dans la clarté nouvelle
pour jouer les voleuses aux mille mains.

J’avais faim, le casse-croûte fleurait bon
les vertiges du romarin
et les promesses du pain lourd
et la mie aux douceurs perverses
et les tomates pleines d’effluves de soleil
et le banon au goût de chêne vert
et le sommeil pour respirer la vie.

En bas, Le Contadour cherchait encore les pacifistes,
la transhumance des images et l’odeur des contes,
la faiblesse du temps dans l’écoulement des rires,
la simplicité des sourciers du verbe
mais il n’y avait plus rien que la terre et le vent
comme ultime bibliothèque des rêves hallucinés.
Au retour le monde semblait s’être assoupi.


Mane le 20 juillet 2016
(Photos personnelles) 

  Aconcagua
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15806 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 20 mars 2018 à 11:16 Citer     Aller en bas de page

très plaisante lecture

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Maschoune

Modératrice


Je voudrais tout savoir pour pouvoir tout t'apprendre et tout avoir pour pouvoir tout te donner-Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
209 poèmes Liste
11578 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
12 décembre
  Publié: 20 mars 2018 à 14:39 Citer     Aller en bas de page

Voyage de senteurs pour le lecteur, merci à toi

  ISABELLE
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 324
Réponses: 2
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0282] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.