Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 14
Invisible : 0
Total : 14
13241 membres inscrits

Montréal: 30 nov 21:47:53
Paris: 1er déc 03:47:53
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Autres poèmes :: Angélus Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
verso
Impossible d'afficher l'image
ferme les yeux et tu verras
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1460 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
19 août 2018
  Publié: 31 mai 2005 à 18:39
Modifié:  27 juin 2005 à 14:49 par verso
Citer     Aller en bas de page

Bientôt l’angélus va sonner en longs cerceaux.
Un soir sable ou gravât viendra doux et dans l’ombre
Meubler mon infortune avec pelles et seaux;
Dire homme le temps des lunes et pâtés sombre.

Je me ferai saumon sur mes anciens récifs
Et nagerai encore où la vie est berceau;
Bientôt libre au torrent et rocher décisif,
Apeuré et doutant du caprice des flots.

Une balle est lancée et suit ainsi sa cambre.
Et nul savant compas sinon d'un pas furtif
Ne peut la suivre dans son calcaire ou son ambre.

Il y avait une route, un parchemin, écriteau.
L’avoir suivie ou non n’est pas le marteau;
L’enclume est l’angélus de ne plus dire un mot.

 
Lorna
Impossible d'afficher l'image
Le rêve est un monde.... la vie est notre réalité...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
60 poèmes Liste
1109 commentaires
Membre depuis
22 juin 2004
Dernière connexion
25 mars 2011
  Publié: 31 mai 2005 à 19:29 Citer     Aller en bas de page

Joli poème, j'adore tes rimes!!

Bien à toi

Lorna

  Nous sommes libre depuis notre premier soupir, mais dans la vie, il y a des exceptions. Alors je souhaite qu'un jour,ils connaitront la liberté à leur tour!!
patrick dabard Cet utilisateur est un membre privilège


Un bruissement d'aile peut faire trembler une étoile.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
95 poèmes Liste
6611 commentaires
Membre depuis
18 février 2004
Dernière connexion
13 mars
  Publié: 1er juin 2005 à 03:17 Citer     Aller en bas de page

Il est superbe!
Amitiés.
Patrick.

  le banissement n'est autre qu'une sorte d'autodafé symbolique indigne d'un site de poésie.
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
61 poèmes Liste
6016 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 1er juin 2005 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

De la poésie que j'aime
amitié
jc

 
Andjik
Impossible d'afficher l'image
Le sucre ne vaut rien lorsque c'est le sel qui vous manque.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
179 poèmes Liste
5972 commentaires
Membre depuis
21 mai 2004
Dernière connexion
11 juillet
  Publié: 2 juin 2005 à 16:06
Modifié:  2 juin 2005 à 16:07 par Andjik
Citer     Aller en bas de page

L'angélus de ne plus dire un mot... J'essaie de faire des rapprochements avec

"Un soir sable ou gravât viendra doux et dans l’ombre
Meubler mon infortune avec pelles et seaux;
Dire homme le temps des lunes et pâtés sombre."

Et

"Je me ferai saumon sur mes anciens récifs
Et nagerai encore où la vie est berceau;
Bientôt libre au torrent et rocher décisif,"

L'angélus serait p-e la rédemption, et donc de ne pouvoir dire un mot, exprimer ses idées serait pire catastrophe, ce serait être impuissant comme une enclume!

Enfin, voilà ce que j'ai retenu de ma lecture!

Amicalement!

Yvano

  J'aurais voulu que tu voies l'homme que je suis devenu.
verso
Impossible d'afficher l'image
ferme les yeux et tu verras
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1460 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
19 août 2018
  Publié: 2 juin 2005 à 18:06 Citer     Aller en bas de page

Etonnant Yvano, tu es une sorte de rémouleur de la poésie en aiguisant toujours le sens critique. Il y a de l'obéissance aux contraintes du monde et à d'humaines ou citoyennes réactions. On baisse ou on lève la tête devant mère et père, professurs, militaires, employeurs, partenaires etc...Mais quand il faut rendre sa copie, on ne peut plus rien modifier. verso

 
verso
Impossible d'afficher l'image
ferme les yeux et tu verras
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1460 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
19 août 2018
  Publié: 27 août 2006 à 06:34 Citer     Aller en bas de page

Est-ce dû à une refonte du site ou quelque oubli de ma part au moment de leur lecture, mais je m'étonne de ne pas avoir relevé tous les commentaires amicalement ici relus: alors, si tel est le cas, que Lorna, Patrick Dabard, Rimarien et Ombrage reçoivent en retour mes excuses et une marque renouvelée de ma gratitude. verso

Merci Poussinette en sucre. Ton commentaire étant le dernier déposé, il a déclenché malgré lui, les lignes précédentes. Ce qui est sûr, c'est qu'en le lisant, je ressens que le seul talent se trouve dans le partage des mots qui parfois trouvent une grâce fraternelle dans l'oreille et le coeur des gens. Comme les tiens. verso

 
verso
Impossible d'afficher l'image
ferme les yeux et tu verras
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1460 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
19 août 2018
  Publié: 12 jan 2009 à 17:24 Citer     Aller en bas de page

Merci Dominique Bouy de ta venue ici. Ensemble, plus léger. verso

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2064
Réponses: 7
Réponses uniques: 5
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0228] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.