Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 624
Invisible : 0
Total : 631
· Joker · Flora Lynn · ami_des_vers · Fried · Andesine · QUOIQOUIJE
Équipe de gestion
· Allantvers
13164 membres inscrits

Montréal: 29 mai 15:37:31
Paris: 29 mai 21:37:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Faut-il... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 25 oct 2015 à 16:35
Modifié:  25 oct 2015 à 17:00 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page




Faut-il que l'on vous saigne
Pour vous ouvrir le cœur
Quand le sang de vos frères
S'écoule dans les rues
Que leurs corps se raidissent
Et enflent sous un soleil
Qui ne réchauffe plus
Que vos plages de détente.

Faut-il que l'on arrache
L'enfant de votre sein
Pour qu'au fond de vos âmes
Un vent d'humanité
Gonfle vos yeux de perles
Et qu'enfin vos regards
Expient l'indifférence
De vos cœurs desséchés.

Faut-il que chaque pierre,
Que chaque champ de blé
Que l'amour, que le temps
Ne valent rien de plus
Que l'attention distraite
De ces poupées d'argiles
Modelées à l'image
D'un diable travesti ?

Faut-il que chaque soir,
Je m'arrache la peau
Pour retirer l'odeur
Répugnante de mots
Qui depuis si longtemps
Stigmatisent à bon compte
L'ennemi quel qu'il soit.

Faut-il encore le dire
Ou dois-je le crier !





  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Marie Fée


Tout ce que je ne crie à voix haute, sans faute, je l'écris
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
149 commentaires
Membre depuis
21 août 2015
Dernière connexion
18 septembre 2018
  Publié: 26 oct 2015 à 03:53 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Philippe!

Je trouve que ce poème est une réflexion sur la vie. C'est vrai que lorsqu'on écrit, c'est un peu comme un cri de coeur. Très beau poème!

Amitiés,
Marie

  L'amour est un triste arc-en-ciel où les couleurs suscitent le serpent à travers une vague de poussière
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 26 oct 2015 à 04:24
Modifié:  26 oct 2015 à 04:28 par Philippe
Citer     Aller en bas de page

Citation de Marie Fée
Bonjour Philippe!

Je trouve que ce poème est une réflexion sur la vie. C'est vrai que lorsqu'on écrit, c'est un peu comme un cri de coeur. Très beau poème!

Amitiés,
Marie



Merci, c'est une réflexion sur ces hommes, femmes et enfants qu'il y a peu nous nommions encore migrants, et qu'on nomme réfugiés maintenant que l’euphémisme a cessé d’être tolérable. Encore un petit effort, et bientôt on parlera enfin de demandeurs d’asile, osant regarder dans les yeux ce que ces hommes et ces femmes demandent effectivement, et que nos décideurs tardent, hésitent ou répugnent à leur accorder.
C'est une réflexion sur le racisme ordinaire, celui que l'on retrouve aux lèvres de nos voisins, de nos amis, de notre famille même.
C'est une réflexion sur notre humanité.



Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
216 poèmes Liste
12252 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
29 mai
  Publié: 26 oct 2015 à 04:40 Citer     Aller en bas de page

Tu nous offres un texte très juste, qu'il fallait oser écrire.

Cette phrase retient mon attention : "C'est une réflexion sur le racisme ordinaire, celui que l'on retrouve aux lèvres de nos voisins, de nos amis, de notre famille même."... c'est tellement vrai ...

Merci à toi

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 26 oct 2015 à 05:28 Citer     Aller en bas de page

Citation de Maschoune
Tu nous offres un texte très juste, qu'il fallait oser écrire.

Cette phrase retient mon attention : "C'est une réflexion sur le racisme ordinaire, celui que l'on retrouve aux lèvres de nos voisins, de nos amis, de notre famille même."... c'est tellement vrai ...

Merci à toi



Merci beaucoup , je pense que c'est un texte qui passe au travers des trois tamis de Socrate (celui de la vérité, de la bonté et de la nécessité).



Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 26 oct 2015 à 05:43 Citer     Aller en bas de page

Citation de Vénusia
je reconnais bien là ta plume incisive et j'aime
du coup je prends ton texte chez moi
merci et belle journée




Il est à toi

Lorsque des braises couvent un simple courant d'air suffit à les ranimer, hélas pour ranimer les brides d'humanité de mes contemporains il faudra plus qu'une brise marine déposant le corps d'un enfant sur une plage.

Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
470 poèmes Liste
9400 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
28 mai
  Publié: 26 oct 2015 à 07:49 Citer     Aller en bas de page

Philippe,

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre, je le crains.
J'ai bien aimé ton texte.

Catherine

 
Philippe


La poésie n'a pas d'autre but qu'elle-même. (Charles Baudelaire)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
1125 commentaires
Membre depuis
13 juillet 2013
Dernière connexion
8 octobre 2019
  Publié: 26 oct 2015 à 08:55 Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Philippe,

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre, je le crains.
J'ai bien aimé ton texte.

Catherine



La haine rend sourd, comme tout plaisir solitaire ...



Philippe

  Un seul amour pour savoir où l'on vivra, plusieurs maisons pour ne pas savoir où l'on mourra.
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14985 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 14 nov 2015 à 21:38 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Philippe,

Une belle poésie que j'ai aimé lire !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Argynne Aphrodite Cet utilisateur est un membre privilège


Lorsqu'il est déjà bien trop tard pour dormir te kidnappe l'inspiration poétique. _Argynne
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
819 commentaires
Membre depuis
7 août 2019
Dernière connexion
26 mai
  Publié: 13 févr à 03:07 Citer     Aller en bas de page

très bel hommage rappelant que l'humain est humain...

  Y A T'IL UN PASSAGE QUI VOUS A PIQUÉ AU COEUR ? ;-) Poètiquement vôtre, Argynne Aphrodite
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1143
Réponses: 9
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0371] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.