Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 228
Invisible : 1
Total : 231
· trapanel · Fried
13320 membres inscrits

Montréal: 25 oct 09:40:32
Paris: 25 oct 14:40:32
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: L'exoplanète - Satire 15 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Charlentoine

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
121 commentaires
Membre depuis
14 mars 2017
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 19 août à 11:14 Citer     Aller en bas de page

L'on vient de découvrir – mais la chose est secrète -
Comme un vaste rocher en forme de planète,
Quelque part dans le ciel, avec de l'air, de l'eau,
Du pétrole dedans et d'autres minéraux.
Le sujet, en haut lieu, fait l'objet d'une étude
Pour savoir qui porter jusqu'à cette altitude,
Dès lors qu'il s'agira, car cela va de soi,
D'aller coloniser ce lieu qu'on aperçoit.
Les meilleurs d'entre nous, les premiers de cordée,
Depuis des décennies caressent cette idée
D'aller construire ailleurs un monde de vertu,
Bien loin de celui-ci qu'ils nous disent foutu ;
Mais alors qu'il est temps de faire sa valise
Pour aller sans retour sur l'étoile promise,
Il ne s'en trouve aucun pour prendre le vaisseau,
Et quitter son chez-soi pour faire le grand saut !
Car si tous ont tiré des plans sur la comète
Et dépensé l'argent en fusées et conquêtes
En laissant bien le soin à d'autres d'aller voir
Si le bonheur était dans l'un de ces trous noirs,
On ne les sens pas prêts pour aller de bon gré
S'installer loin d'ici comme des émigrés,
Loin du réchauffement de notre bon vieux globe
Pourtant défiguré et couvert de microbes !
Alors il semblerait – à ce que l'on m'a dit -
Que les Autorités et quelques érudits,
Se penchent sur l'idée passablement stupide
D'acheminer là-haut les rêveurs, les candides,
Les poètes déviants et autres effrontés,
Qu'on trouve un peu partout et polluent nos cités.
Cette idée, je le crains, me semble insuffisante
Pour peupler ce caillou d'une horde imposante
Propre à bien exporter nos instincts prédateurs,
Et nos habiletés de civilisateur.
Le nombre n'y est pas, même en ratissant large,
Pour faire colonie et occuper la charge,
Pas plus que les talents dont sont dotés ces gens,
Trop portés à aimer la veuve et l'indigent.
Non, ce qu'il nous faudrait pour pareille aventure,
Ce sont des médaillés, des cadors, des pointures,
Ces bas du front sanguins qui pullulent chez nous
Sans s'encombrer l'esprit de morale à deux sous,
Et qui, sans que jamais quelqu'un les sollicite
Ont de ce monde-ci fait une réussite !
Je veux parler des cons - mais vous l'aurez compris -
Qu'on pourrait propulser manu militari,
En convois escortés, à des années lumières,
Pour croître et prospérer entre eux, à leur manière.
On pourrait redouter - et j'entends l'argument -
Que la Terre, d'un coup, se vide énormément,
Car le con est ici comme dans son Royaume,
Et l'espace public est son petit sweet home !
Alors je n'exclus pas – comme on le sait bougon -
Qu'il renâcle au moment d'entrer dans le wagon,
Sauf – et c'est là je crois mon idée de génie -
Si se dégage un chef pour la cérémonie,
Capable par des mots et des intonations
D'envoyer au combat cette grande nation.
Il suffirait, ma foi, qu'il déclare en substance
Quelque chose qui soit vide et sans consistance,
Mais nous montre Raoul en costard de faucon :
« Un petit pas pour moi, un grand pas pour les cons ! »
Me paraît suffisant pour transporter la foule
Jusque à ces hauts confins, avant qu'elle dessoûle.
Et les enfants émus, longtemps après l'adieu,
Vers l'étoile des cons tourneraient leurs grands yeux.

  Vive la poésie et le canon de 75
SienKieWicz

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
83 poèmes Liste
2801 commentaires
Membre depuis
7 mars 2007
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 19 août à 11:34 Citer     Aller en bas de page

Superbe! ... et original!

 
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12548 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 27 août à 05:18 Citer     Aller en bas de page

Excellent ! et joli travail en plus... Merci pour cette lecture

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
froggy33
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
49 commentaires
Membre depuis
3 décembre 2016
Dernière connexion
17 octobre
  Publié: 25 sept à 22:27
Modifié:  25 sept à 22:28 par froggy33
Citer     Aller en bas de page

Charlentoine, j'adore.

Relit 'La conscience', et compare par exemple...

Et qu'on eut sur son front fermé le souterrain,
L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.

avec...

Et les enfants émus, longtemps après l'adieu,
Vers l'étoile des cons tourneraient leurs grands yeux.

Tu es le Victor Hugo du XXI siècle!

 
Charlentoine

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
121 commentaires
Membre depuis
14 mars 2017
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 8 oct à 11:39 Citer     Aller en bas de page

Pardon pour cette réponse tardive, et grand merci à vous.

  Vive la poésie et le canon de 75
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 223
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0227] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.