Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 196
Invisible : 0
Total : 197
· Galatea belga
13320 membres inscrits

Montréal: 25 oct 09:27:13
Paris: 25 oct 14:27:13
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Trois yakuzas dans un jacuzzi (devoir de vacances) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] 2 :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 09:24
Modifié:  10 août à 16:09 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page





Dans une maison de Benfica,
Un discret quartier portugais,
Se planque un bandit japonais
À la tête d’un syndicat.

Tout le monde ignore qu’il vit là,
Mais la police a des tuyaux.
Furieux, il veut le salopiaud
Qui a dénoncé sa villa.

Il convoque ses acolytes,
Car il est devenu méfiant.
À son accent, très terrifiant,
Ses lieutenants ont la colite.

Arrivent ses deux yakuzas,
Tatoués de la tête aux pieds.
Pour rassurer ses équipiers,
Le boss fait livrer des pizzas

Qu’ils dévorent à grands coups de dents.
Le chef propose un petit bain
Dans le jacuzzi du jardin,
Les voilà en tenue d’Adam.

Le plan était machiavélique :
Dans le chaud spa caribéen,
L’un des deux tatoués déteint,
C’était donc lui, l’indic des flics !





Maintenant prenez un papier,
Car je vous donne ce devoir :
"Moralité de cette histoire",
En quatre vers et en huit pieds.


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: En ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
720 poèmes Liste
15383 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 10 août à 09:43 Citer     Aller en bas de page




Oh, ce devoir est- il pour moi ?

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Loïc Lacam
Impossible d'afficher l'image
Le poète a carressé la plume de l'oiseau et l'oiseau a fait de même.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
64 commentaires
Membre depuis
23 juillet
Dernière connexion
20 septembre
  Publié: 10 août à 10:06 Citer     Aller en bas de page

Bravo pour ton texte Aude, très agréable.

Je me risque donc à proposer une dernière strophe :

Moralité de cette histoire,
Si parfois elle est sympathique
Il se peut aussi qu’elle soit noire,
Et que l’encre noie un Indic.

Merci encore
Loïc

  La poésie n’est pas une façon de parler de la vie, mais son synonyme.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 10:12 Citer     Aller en bas de page

Citation de Galatea belga



Oh, ce devoir est- il pour moi ?



Il est pour toute personne volontaire, mais il faut respecter la métrique et les rimes. Bisou

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 10:26 Citer     Aller en bas de page

Citation de Loïc Lacam
Bravo pour ton texte Aude, très agréable.

Je me risque donc à proposer une dernière strophe :

Moralité de cette histoire,
Si parfois elle est sympathique
Il se peut aussi qu’elle soit noire,
Et que l’encre noie un Indic.

Merci encore
Loïc



Hey ! Pas mal du tout !
Merci Loïc

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
169 poèmes Liste
6863 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 10 août à 10:32 Citer     Aller en bas de page

Ouais, un loufoque qui a du sens, pas de sang, comme quoi, les yakuzas, parfois, sont cools!

Et la morale, va dans le même sens...

C'est vrai que j'aime bien tout ce qui a trait au Japon et, là, même si ça se passe au Portugal, ça reste nippon, bon, j'aime moins les devoirs, surtout en vacances, alors que je suis juste là pour observer, ni vu ni connu...

Attention, chère Aude, "acolytes" et "colique", ça rime pas, même si l'un peut attraper l'autre...

Amitiés...

Hubix

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 10:40
Modifié:  10 août à 12:58 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Hubix-Jeee
Ouais, un loufoque qui a du sens, pas de sang, comme quoi, les yakuzas, parfois, sont cools!

Et la morale, va dans le même sens...

C'est vrai que j'aime bien tout ce qui a trait au Japon et, là, même si ça se passe au Portugal, ça reste nippon, bon, j'aime moins les devoirs, surtout en vacances, alors que je suis juste là pour observer, ni vu ni connu...

Attention, chère Aude, "acolytes" et "colique", ça rime pas, même si l'un peut attraper l'autre...

Amitiés...

Hubix



Tu as raison, je vais changer par "colite" ce qui est un mal encore pire...
Merci Hubix-Jeee

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
484 poèmes Liste
9721 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 10 août à 12:48 Citer     Aller en bas de page

Je vois que le bain à remous donne autant de vapeurs que d'inspiration.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 12:59 Citer     Aller en bas de page

Citation de Catwoman
Je vois que le bain à remous donne autant de vapeurs que d'inspiration.



C'est la chaleur, mon cerveau est liquide...
Bises Cath

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
QUOIQOUIJE

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
236 poèmes Liste
4578 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2013
Dernière connexion
22 octobre
  Publié: 10 août à 13:32 Citer     Aller en bas de page

Nul besoin de chercher plus loin.
L'indic, bon sang, mais c'est bien sûr !
La couleur de peau fait témoin :
C'est le faux yakuza, pour sûr !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 13:52 Citer     Aller en bas de page

Citation de QUOIQOUIJE
Nul besoin de chercher plus loin.
L'indic, bon sang, mais c'est bien sûr !
La couleur de peau fait témoin :
C'est le faux yakuza, pour sûr !



Ouais ! Super Quoiqouije !
Merci, maintenant tu peux aller bronzer sur la plage.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
133 poèmes Liste
1307 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 10 août à 16:02
Modifié:  11 août à 14:18 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Lorsqu'une histoire est trop boiteuse, aucune chute n'est heureuse.
J'aime bien le titre, ça fait très ''série noire'' grande époque. A peu de choses près, c'est précisément le titre d'un roman en ligne : "Un yakuza dans un jacuzzi". Georges

  Il vaut mieux avoir raison seul que tort avec la foule.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 10 août à 16:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de Tychilios
Lorsqu'une histoire est trop boiteuse, aucune chute n'est heureuse.



Raté, on avait dit quatre vers.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Tychilios Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
133 poèmes Liste
1307 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
24 octobre
  Publié: 10 août à 17:13
Modifié:  11 août à 09:29 par Tychilios
Citer     Aller en bas de page

Pardon je n'ai pas pris le temps de lire les directives de ce jeu jusqu'à la fin.

  Il vaut mieux avoir raison seul que tort avec la foule.
VikThor

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
62 commentaires
Membre depuis
23 mai 2012
Dernière connexion
19 octobre
  Publié: 10 août à 21:06 Citer     Aller en bas de page

Comme dans toute bonne histoire
c'est dans la chute qu'il faut voir
l’enseignement à en tirer:
à la couleur ne point se fier.

  L'amour est cette merveilleuse chance qu'un(e) autre vous aime encore quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même
SHElene


"On ne peut voir la lumière sans l'ombre..."
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
1600 commentaires
Membre depuis
27 décembre 2018
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 11 août à 02:45 Citer     Aller en bas de page

Quand un mafieux flair' un poisson
L'appâte avec la quatr'saisons
Au Portugal finira cuit
Quand au Japon serait sushi...

Moralité: Mangez local!

  SHElene
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
266 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
15 octobre
  Publié: 11 août à 03:19
Modifié:  11 août à 05:46 par Quitterie
Citer     Aller en bas de page

J'ai bien aimé cette histoire. Je ne suis pas très forte en morale, mais ton texte m'a donné l'envie de quelques octosyllabes :

Quand les tatoos d'un malabar
Fumant de gros cigares cubains
Soudain déteignent dans le bain
D'un épigone d'Escobar

Le gars peut se faire du soucis
Pleurer en reniflant du nez
Et si son boss est japonais
Il peut dire adieu aux sushis :

L'eau du bain sera le linceul
Où l'on trouvera son corps nu
Comme ceux des filles de Honshu
Dans le saké où se rince l’œil

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 11 août à 06:15 Citer     Aller en bas de page

Citation de VikThor
Comme dans toute bonne histoire
c'est dans la chute qu'il faut voir
l’enseignement à en tirer:
à la couleur ne point se fier.



Bravo VikThor pour ce quatrain dont la morale n'est, elle, pas loufoque mais, Ô combien profonde !

Citation de SHElene
Quand un mafieux flair' un poisson
L'appâte avec la quatr'saisons
Au Portugal finira cuit
Quand au Japon serait sushi...

Moralité: Mangez local!



Excellente morale, très développement du râble !
Au Portugal il y a tant de délicieuses spécialités !
Merci SHElene !

Citation de Quitterie
J'ai bien aimé cette histoire. Je ne suis pas très forte en morale, mais ton texte m'a donné l'envie de quelques octosyllabes :

Quand les tatoos d'un malabar
Fumant de gros cigares cubains
Soudain déteignent dans le bain
D'un épigone d'Escobar

Le gars peut se faire du soucis
Pleurer en reniflant du nez
Et si son boss est japonais
Il peut dire adieu aux sushis :

L'eau du bain sera le linceul
Où l'on trouvera son corps nu
Comme ceux des filles de Honshu
Dans le saké où se rince l’œil



Hooo ! Trois quatrains de belle facture !
Bonne idée que celle des filles nues dans le bol de saké !
Il faut absolument qu'on écrive bientôt en duo Quitterie. Si tu as une inspiration je suis preneuse !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Sidonie


Bien faire et laisser braire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
90 poèmes Liste
3935 commentaires
Membre depuis
10 avril 2011
Dernière connexion
27 août
  Publié: 11 août à 08:05 Citer     Aller en bas de page

La morale de cette histoire
est qu'il ne faut pas toujours croire
les marchands escrocs volubiles
jurant : « l'encre est indélébile »...

Aude, j'adore ton poème ......

  On voudrait que tout reparte d'où, un jour, tout s'est arrêté.
Gégé


“L’unique différence entre un psy et moi, ce que moi je ne fais pas le psy.”
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
23 poèmes Liste
309 commentaires
Membre depuis
27 octobre 2014
Dernière connexion
6 octobre
  Publié: 11 août à 09:08 Citer     Aller en bas de page

Il est connu, si non notoire
N’est pas qui veut, un grand faux noir
Non plus un gangster tatoué,
Son doigt sera, comme preuve coupé

Pauvre indic mal renseigné
Couleurs "made en chine" utilisées

Je dois avouer, j'ai pris mon pied

Gégé

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
797 poèmes Liste
22739 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 octobre
  Publié: 11 août à 14:24
Modifié:  11 août à 14:29 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Tychilios
Lorsqu'une histoire est trop boiteuse, aucune chute n'est heureuse.
J'aime bien le titre, ça fait très ''série noire'' grande époque. A peu de choses près, c'est précisément le titre d'un roman en ligne : "Un yakuza dans un jacuzzi". Georges



C'est bien possible, mais là il y en a trois. Et toi tu n'as écrit que deux vermisseaux et tu en ajoutes une couche chaque jour.
Si tu trouves mon histoire boiteuse, pourquoi ne pas commenter ailleurs si j'y suis ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] 2 :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 655
Réponses: 27
Réponses uniques: 14
Listes: 0 - Voir

Page : [1] 2

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0439] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.