Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 56
Invisible : 1
Total : 60
· ori · Argynne Aphrodite · Aude Doiderose
13149 membres inscrits

Montréal: 31 mars 13:21:33
Paris: 31 mars 19:21:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: Tiens, voilà le printemps ! (repost) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
958 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 21 mars à 05:48
Modifié:  21 mars à 07:46 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Tiens voilà le printemps !

L’hiver a remballé son ciel gris, ses frimas
Un printemps maigrichon s’en vient tenter sa chance.
Le soleil pâlichon veut montrer son éclat,
Tous les jours un peu plus, il prend de l’assurance.

« Du froid on en a marre ! » s’écrie tout un bestiaire,
Quelques fleurs vaillamment pointent le bout du nez.
Hésitants, les bourgeons, sans vouloir trop en faire,
Respectant leur mission, veillent à bourgeonner.

« Il est temps !» entend-on… Tiens, voilà des oiseaux !
On ne sait d’où ils viennent, s’étirant dans le ciel,
Mais ils sont bien plus beaux que ces tristes corbeaux
Qui brisaient le moral autant que les oreilles.

Les vents glacés s'en sont allés souffler ailleurs,
Les insectes s’ébattent dans l’air qui bourdonne,
Parsemé de fraîcheur, chargé de mille odeurs.
L’amour partout roucoule et l’espace fredonne.

Chacun offre à chacune, ses plus pressants égards,
Les amoureux échangent de tendres baisers,
La nature bien faite, de tout ce tintamarre,
Tous les ans fait la fête… en attendant l’été.

Georges Ioannitis
Tous droits réservés

 
Lucie Granville Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
411 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2019
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 21 mars à 07:13
Modifié:  21 mars à 07:15 par Lucie Granville
Citer     Aller en bas de page

Ce joli poème est très agréable à l'oreille, cadencé, frais, vif et chantant, avec un petit côté "y a d'la joie", de Charles Trenet. La légèreté qui s’en dégage, et ces petits dialogues insérés rendent l'ensemble vivant et en font une poésie originale et unique dans ce thème. Tu mets subtilement en relief des sons et des images, avec un brin de fantaisie qui me plait. J’aime particulièrement l’idée et les sonorités de « l’air qui bourdonne », des corbeaux "Qui brisaient le moral autant que les oreilles" et de "L'amour partout roucoule, et l'espace fredonne". Ta chute est légère avec ce petit zeste de frivolité qui convient si bien au thème. Ta poésie fait du bien, surtout avec ce que nous vivons actuellement … Lucie

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
173 poèmes Liste
2387 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 21 mars à 07:43 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Georges !

Tu sais quoi, nous devrions TOUS nous interdire d'écrire, par ces temps, autre chose que du loufoque qui fait tant de bien !

Je plaisante, bien sûr, car tout doit-être dit... Le bon qui nous "booste", c'est clair... mais aussi le mauvais, les angoisses pour les discuter, les partager et sentir le fardeau s'alléger !

Ceci étant, j'aurai bien dit ou parlé de Trenet mais une certaine Lucie m'a "coupé l'herbe sous les pieds ! " Commenter derrière Lucie, voilà un tour de force ! C'est à peu près comme commenter derrière d' autres personnes à qui je pense très fort mais dont je ne ferai pas la pub ! HIHIHI...

Merci pour,( attends, je regarde ce qu'elle n'a pas écrit...) cet instant (brin m'aurait plu davantage, mais... utilisé! ) de fraîcheur printanière !



Bien à toi.

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
472 poèmes Liste
22498 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 21 mars à 10:54 Citer     Aller en bas de page

L'hiver n'a pas été trop froid, il ne faut pas se plaindre. Tu sais, moi je ne déteste pas les corbeaux, ils sont aussi la vie.
Bien sûr, on les rejette, parce qu'ils sont noirs et qu'ils ont un cri strident, mais ce sont des oiseaux.
Autrement ton poème est bien joli, personnellement j'appréhende l'été. Trop de chaleur et tout meurt dans les jardins même chez les hommes. Mais que je reste optimiste et écris un autre poème pour le plaisir de toutes et tous et de moi même.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
958 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 21 mars à 14:09
Modifié:  21 mars à 14:10 par Georges Ioannitis
Citer     Aller en bas de page

_ Merci, Lucie, Trénet est éternel et si ce texte t’y a fait un peu penser, j'en suis ravi. G.I.

_Bonsoir Mawringhe. J’ai repris ce texte en le modifiant. Je crois qu’il s’accorde bien à ton commentaire. Amitiés, Georges

_Bonjour la cigogne. L’hiver a été clément et je te rassure, j’ai moi aussi beaucoup d’affection pour les corbeaux et tous les corvidés. Pies, geais corneilles, etc., sont réputés pour leur intelligence. Comme la plupart de mes textes, celui-là ne correspond ni à l’instant présent (il date de quelques années) ni à ma biographie. Ce poème est une composition, comme une fiction au cinéma. Le procédé permet, entre autres, de sortir l’écriture du registre du journal intime qui lasserait vite à mon avis le lecteur. Si j’avais vécu tout ce que j’ai écrit, je crois que je serais en H.P. Merci pour cette visite Madame la Cigogne, vive le printemps et tous les oiseaux. Amicalement, Georges.

 
Chlamys


L'incertitude est l'essence-même de l'aventure amoureuse. Oscar Wilde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
57 poèmes Liste
941 commentaires
Membre depuis
26 décembre 2017
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 23 mars à 10:30 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Georges,
Un poème bien écrit et qui grouille de vie animale et végétale

  Vint un temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore - Anaïs Nin
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
958 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 23 mars à 14:20 Citer     Aller en bas de page

Merci Chlamys, je reconnais là, l'ingénieuse forestière sensible à la nature. Amicalement, Georges.

 
gattopardo
Impossible d'afficher l'image
Tempus fugit
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
550 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2019
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 26 mars à 11:51
Modifié:  26 mars à 13:10 par gattopardo
Citer     Aller en bas de page

Bonjour Georges,
beau texte, mais où est le "loufoque"?
gattopardo

  gattopardo
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
958 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 27 mars à 03:23 Citer     Aller en bas de page

Salut le Gattopardo. Je n'ai pas voulu placer ce texte dans 'autres' je l'aurais plutôt rangé comme d'autres du même style dans une rubrique 'humour'. Ciao...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2111
Réponses: 8
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0321] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.