Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 304
Invisible : 0
Total : 307
· Fried · Aude Doiderose · Myo
13149 membres inscrits

Montréal: 31 mars 12:30:15
Paris: 31 mars 18:30:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes loufoques :: Le pigeon au collier. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
1122 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 21 févr à 13:33 Citer     Aller en bas de page

Le pigeon au collier.




Dans un parc, un pigeon qui avait faim
Portait en collier une croûte de pain
Que de mauvais plaisantins qui voulaient s’amuser
Avaient réussi à lui faire enfiler.
Pourtant sa maigreur était telle qu’il n’avait guère besoin de parure
Mais bien plutôt d’une abondante nourriture.
Or celle qu’il avait reçue n’était guère accessible
Et faisait de lui la cible
De tous les pigeons affamés qui après lui couraient
Et à son cou, force coups de bec donnaient.
Le malheureux fuyait à toutes pattes
Ne se rendant pas compte dans sa hâte
Qu’il fonçait droit sur une dame âgée
Qui heureusement le prit aussitôt en pitié.
Elle lui enleva ce collier si inopportun
Et le transforma en miettes de pain
Qu’il apprécia bien davantage
Car il avait compris qu’il est plus sage
De ne posséder que des choses ordinaires
Plutôt qu’un superflu dont il ne sait quoi faire
Et qui peut être cause de douleur
Car il attire trop les voleurs.




  Flora Lynn
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
472 poèmes Liste
22498 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 22 févr à 07:15 Citer     Aller en bas de page

Une belle fable FLORA er qui se termine en morale, c'est une bien agréable lecture.
J'aime les pigeons et chocolat, celui de mon enfance qui n'était pas en chocolat, m'a laissé de beaux souvenirs. Il venait se percher sur mon épaule.
Bises amicales ODE 31 - 17

  OM
Georges Ioannitis Cet utilisateur est un membre privilège

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
137 poèmes Liste
958 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2018
Dernière connexion
31 mars
  Publié: 22 févr à 13:40 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir, Flora lynn. voilà une fable pleine de bon sens.

C'est vrai qu'un bon sandwich
Est bien plus nourrissant
Qu'un collier de diamant
Même à la sauce Gribiche.

Amicalement, Georges

 
Flora Lynn


Aspirer à la clarté du jour à naître, Tendre vers la beauté absolue en l'être
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
64 poèmes Liste
1122 commentaires
Membre depuis
10 février 2017
Dernière connexion
30 mars
  Publié: 23 févr à 20:30 Citer     Aller en bas de page

Merci OdeJe suis heureuse de constater que la lecture de ma fable a ravivé en vous des souvenirs d'enfance et de savoir que vous aviez un pigeon apprivoisé.Je n'ai pas eu cette chance.Il y avait bien des pigeons qui venaient manger sur le rebord de ma fenêtre mais ils s'envolaient dès que j'approchais ma main.
Amitiés sincères

Merci Tychilios d'être sensible à l'enseignement transmis par ma fable.
Amitiés sincères

  Flora Lynn
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 159
Réponses: 3
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0228] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.